Header Critique : KILLER KLOWNS FROM OUTER SPACE

Critique du film et du DVD Zone 1
KILLER KLOWNS FROM OUTER SPACE 1988

 

Une petite ville américaine est en proie à une invasion extra-terrestre. Rien de plus banal, sauf que les aliens en questions sont des clowns tueurs bardés de gadgets meurtriers ! Un couple d'amoureux et un jeune policier vont s'improviser les sauveurs de ce génocide gagesque.

Le clown tueur a souvent inspiré les histoires fantastiques désirant scruter les sombres méandres du rapport à l'enfance. On se souvient surtout de grippe-sous, le croquemitaine de CA, écrit par Stephen King et adapté pour le petit écran par Tommy Lee Wallace, ou encore du sulfureux CLOWNHOUSE de Victor Salva. Des films dans l'ombre du célèbre tueur en série John Wayne Gacy, qui était surnommé le «clown tueur» en rapport à son travail d'animateur pour enfants. En 1988, les frères Chiodo décident pourtant de replacer la figure du clown meurtrier dans un contexte fun et délirant. Les trois compères, connus pour leur travail dans les effets spéciaux notamment sur CRITTERS de Stephen Herek et PEE WEE BIG ADVENTURE de Tim Burton, s'attellent ensemble à l'écriture de KILLER KLOWNS FROM OUTER SPACE dans l'idée de rendre un hommage amusé aux films d'invasion extra-terrestres des années 50 qui ont bercé leur enfance. Les frères se répartissent les casquettes sur le projet : Stephen réalise, Edward supervise la production tandis que Charles est en charge de la direction artistique.

KILLER KLOWNS FROM OUTER SPACE fait partie de ces films dont le concept est entièrement contenu dans le titre. Aussi aberrant que cela puisse paraître, le film narre bien l'invasion d'une bande de clowns venus de l'espace ! Le film ne déroge à aucune incongruité : leur navette spatiale est un chapiteau volant, les pistolets laser sont remplacés par des canons à pop-corn meurtriers, et leurs victimes sont stockées dans le garde-manger dans des cocons de barbe à papa. Bien entendu, rien de tout cela n'est bien sérieux et le film ne cessera de regorger d'inventivité pour détourner l'univers drôle et coloré du cirque pour servir son attaque vindicative. Quand les clowns perdent la trace de leurs victimes, ils sculptent illico un chien dans des ballons pour que ce dernier puisse les pister. Pour «manipuler» une personne humaine, les clowns rentrent leurs mains directement dans le dos des humains pour les contrôler telles des marionnettes. D'apparence invulnérable, nos aliens maquillés ont un point faible : il faut tirer dans leurs gros nez rouges. Les frères Chiodo ne reculent devant rien et s'amusent comme des fous à orchestrer le massacre de braves américains à coup de tartes à la crème acide ou de spectacle d'ombres chinoises mangeuses d'hommes.

Ambitieux, le film n'en reste pas moins un petit budget de seulement deux millions de dollars tourné en 36 jours. Heureusement, le savoir-faire des frères Chiodo en termes d'effets spéciaux permet de tirer le meilleur de leur maigre tirelire. Les clowns ne sont pas des figurants maquillés mais bel et bien des monstres avec un faciès différent pour chacun. Leur design est excellent, grotesque et bariolé, tout en restant très inquiétant. Les séquences à effets sont nombreuses, et culminent dans un final généreux et inattendu où nos héros devront affronter un «Klownzilla», soit un clown géant. Avis aux nostalgiques des effets à l'ancienne, tout ici est truqué grâce à des maquillages prosthétiques, des effets optiques de superposition sur pellicule, ou encore des plans en fausse perspective lors des scènes avec le géant.

Bien entendu, grâce à son imagination et son enthousiasme, KILLER KLOWNS FROM OUTER SPACE est irrésistible. Ce serait cependant faire l'impasse sur le gros problème du film, son rythme très inégal. Car si les Chiodo sont très inspirés dès qu'il s'agit de mettre en scène les clowns, ils se montrent bien moins performants dans les scènes plus classiques. Le film est régulièrement noyé dans les dialogues de couloir, même si certaines répliques amusantes font cependant mouche. Le ton du film est dans ces séquences hésitant entre parodie et hommage, et génère malheureusement l'ennui face à des situations caricaturales (comme de convaincre la police de la réalité de l'invasion). C'est d'autant plus dommage que le film ose un groupe de héros inhabituels pour le genre, à savoir un couple et un policier ancien amant de la jeune femme. Le scénario s'offre donc des ficelles de triangle amoureux sans pour autant les exploiter convenablement.

Les Chiodo montrent ainsi leurs limites en tant qu'auteurs et cinéastes, faisant de KILLER KLOWNS FROM OUTER SPACE davantage une suite de sketchs qu'un véritable récit solide et maîtrisé. C'est le gros bémol de ce titre pourtant extrêmement sympathique, à voir comme une petite série B conviviale et délibérément vieillotte. Autant se laisser porter par l'univers du film et l'amusante chanson de hard rock FM interprétée par The Dickies afin de passer un bon moment, et ne pas y chercher une quelconque pépite oubliée du genre. Le thème de l'invasion extra-terrestre décalée trouvera son paroxysme en 1996 avec MARS ATTACK de Tim Burton, un cinéaste que les Chiodo connaissent bien pour avoir travaillé sur ces premiers films, et dont l'univers contamine en sous-terrain KILLER KLOWNS FROM OUTER SPACE.

Le film des frères Chiodo garde malgré les années un solide capital de sympathie chez les amateurs du genre. L'édition Zone 1 du titre l'a bien compris puisqu'il propose un disque de très bonne qualité. L'image est d'excellente tenue pour un film de cette gamme. Seuls quelques plans d'effets optiques souffrent de quelques saletés, un défaut d'origine qui n'est pas à imputer à la qualité de la copie. L'unique piste sonore est un stéréo surround, propre et efficace. Cerise sur la tarte à la crème, le disque bénéficie de sous-titres français et espagnols.

La section bonus est extrêmement chargée, peut-être un peu trop. Les trois frères Chiodo répondent bien entendu présent pour commenter leur seul et unique film en tant «qu'auteurs». La parole part rapidement dans tous les sens et tourne à la réunion de famille. Les frères passent leur temps à fouiller leurs souvenirs personnels ayant inspiré tel personnage ou séquence. Ces derniers brossent autant le portrait des films de science-fiction des années 50 que de leurs vieux copains d'école. Pour des propos plus construits sur la production du film, mieux vaut aller directement à la section Featurettes où une série de documentaires nous attendent.

Le premier module est un Making Of assez classique alternant une interview des Chiodo et des images de tournage. Tout le monde revient sur son rôle et sur la genèse du film, quitte à faire des doublons avec le commentaire audio. Le gros intérêt du Making Of est d'avoir accès à des images vidéos des coulisses de certaines séquences, même si ces plans s'éternisent parfois un peu trop. «Komposing Klowns» est une interview du compositeur John Massari, auteur de la musique du film. Rien d'extraordinaire à se mettre sous la dent, excepté les directives des Chiodo qui lui demandaient une musique prenant systématiquement le contre-pied des séquences (comme de mettre une fanfare sur une scène d'angoisse). Les modules sur les effets visuels et la création des clowns sont plus intéressants car ils s'attardent véritablement sur le point fort du film. C'est surtout l'occasion d'assister à des images d'archives dévoilant les trésors de système D mis à disposition pour le film, tout en s'arrêtant sur les moments difficiles (voir comment un banal plan de marionnette peut prendre des heures à concrétiser). Les Featurettes s'achèvent avec une surprise amusante, deux films d'enfances des Chiodo. Tournées en vieux Super 8, ces récréations font la part belle à l'animation image par image, parfois mélangée à des prises de vue réelles.

Les bonus continuent dans la bonne humeur avec deux scènes coupées sur lequel on peut écouter un commentaire optionnel des Chiodo. La première est une scène de dialogue dans le chapiteau avec notre couple de tourtereaux. L'héroïne confie à son copain qu'elle déteste les clowns suite à un traumatisme d'enfance. Un dialogue qui n'est pas sans rappeler le traumatisme de Noël de l'héroïne de GREMLINS de Joe Dante. La seconde scène est une très intéressante scène de poursuite à nouveau dans le chapiteau, où nos héros doivent s'enfuir en traversant une corde tendue dans le vide. La scène fut écartée car elle fut ensuite complétée par des effets visuels qui se sont révélés décevants. Ambiance clownesque oblige, un court bêtisier s'invite dans les bonus. L'occasion de quelques viandades de cascadeurs en costumes ou de savonnages de dialogues à l'intérêt très limité.

Plus intéressant, le disque ouvre les archives photographiques du projet où se côtoient clichés de tournage et dessins de production. Le visionnage des superbes dessins et concepts est sans aucun doute le point fort de cette section bonus un peu trop riche en barbe à papa et disposant d'ailleurs de deux babioles camouflés dans les menus. Dernier point et non des moindres, le disque est proposé dans le commerce à bas prix par MGM aux Etats-Unis. Une bonne excuse pour se replonger dans ce sympathique délire dans des conditions de visionnage optimales.

Rédacteur : Eric Dinkian
Photo Eric Dinkian
Monteur professionnel pour la télévision et le cinéma, Eric Dinkian enseigne en parallèle le montage en écoles. Il est auteur-réalisateur de trois courts-métrages remarqués dans les festivals internationaux (Kaojikara, Precut Girl et Yukiko) et prépare actuellement son premier long-métrage. Il collabore à DeVilDead depuis 2003.
47 ans
1 news
287 critiques Film & Vidéo
On aime
Un film bariolé et délirant
Les séquences avec les clowns
Un DVD d’excellente qualité et chargé en bonus
On n'aime pas
De gros problèmes de rythme
Des bonus à l’intérêt parfois limités
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
8,00
6 votes
Ma note : -
L'édition vidéo
KILLER KLOWNS FROM OUTER SPACE DVD Zone 1 (USA)
Editeur
Support
DVD (Simple couche)
Origine
USA (Zone 1)
Date de Sortie
Durée
1h26
Image
1.85 (16/9)
Audio
English Dolby Digital Stéréo Surround
Sous-titrage
  • Français
  • Espagnol
  • Supplements
    • Commentaire audio des frères Chiodo
      • Featurettes
      • The making of Killer Klowns (21mn39)
      • Komposing Klowns (13mn15)
      • Visual effects with Gene Warren Jr. (14mn53)
      • Kreating Klowns (12mn48)
      • Chiodo Brother’s earliest films (7mn10)
      • Scènes coupées avec commentaire optionnel
      • Bad experience (2mn15)
      • Tight rope (2mn24)
    • Bêtisier (2mn50)
      • Story-boards
      • Original Opening
      • Klowns float !
      • Shadow show
      • Debbie vs. Klowns
      • Klownzilla
      • Galerie photos
      • Kreating klowns konceptual art
      • Props & devices konceptual art
      • Production design
      • Unit photography
      • Original advertising material
      • Poster art
      • Behind the scenes
      • Klown koncepts
    • Bande-annonce
    Menus
    Menu 1 : KILLER KLOWNS FROM OUTER SPACE
    Autres éditions vidéo