Header Critique : LE VOYAGE DANS LA LUNE

Critique du film
LE VOYAGE DANS LA LUNE 1902

 

Le Professeur Barbenfouillis réussit à convaincre une poignée d'astronomes de faire un voyage en direction de la Lune...

Issu d'une riche famille ayant fait fortune dans le domaine de la chaussure, Georges Méliès a une carrière toute tracée. En tout cas, c'est ce que pensent ses parents qui lui refusent l'entrée aux Beaux-Arts avant de l'envoyer faire des études commerciales en Angleterre. Mais, à Londres, il découvre l'illusionnisme et la prestidigitation. De retour en France, il se produit en tant que magicien sous le patronyme de Docteur Mélius. Quelques années plus tard, grâce à l'argent de sa famille et à ses connaissances dans le milieu artistique, il va reprendre le Théâtre Robert-Houdin. Le lieu n'est pas anodin puisqu'il a été créé en 1845 par Jean-Eugène Robert-Houdin pour y présenter des spectacles de magie. En 1891, Georges Méliès va créer l'Académie de Prestidigitation qui se transformera, deux ans plus tard, en Syndicat des Illusionnistes puis, en 1903, en Association Syndicale des Artistes Prestidigitateurs. Au sein du Théâtre Robert-Houdin, Georges Méliès joue de son imagination pour créer de nouveaux spectacles et illusions. A la fin des représentations, le public peut assister à des projections photographiques.

C'est le lien avec la photographie qui va le mener à découvrir le Cinématographe des Frères Lumière en 1895. Il  devine tout de suite le potentiel de cette nouvelle invention. Antoine Lumière refusant de lui vendre le matériel, Méliès va alors créer le Kinétographe à partir de l'Animatographe dont il fait l'acquisition auprès de l'Anglais Robert William Paul.

A partir de là, Georges Méliès a entre ses mains tous les ingrédients pour créer le Cinéma Fantastique, en tout cas celui où toutes les fantaisies sont possibles. Rappelons qu'en 1895, ce qui deviendra le cinéma se borne souvent à présenter des séquences ancrées dans le quotidien. C'est d'ailleurs avec ce type de sujets que Méliès commence, il présente ces films au sein de la programmation du Théâtre Robert-Houdin. Par hasard, il découvre un effet inattendu suite à un problème technique survenu avec son appareil de prise de vues. Il n'en faut pas plus pour que l'ingénieux magicien invente les premiers effets spéciaux cinématographiques et expérimente les inattendues et nombreuses possibilités que lui offre une caméra. Il peut dès lors filmer des scénettes impossibles, absurdes, poétiques et féeriques. Mais en tournant ses films, il prend conscience des contraintes liées à la lumière et aux conditions météorologiques. Il fait donc construire le tout premier studio de cinéma, ses murs et son toit sont des verrières. Il ne tarde pas à en faire bâtir un second pour faciliter l'organisation des tournages.  Il va aussi créer une marque déposée, Star Film, de façon à protéger ses films. Georges Méliès, en véritable pionnier, a posé les bases du cinéma tel qu'on le connaît aujourd'hui !

Sur plus de 500 films réalisés par Méliès, le plus connu est LE VOYAGE DANS LA LUNE. En 1902, le film fait figure de super-production hors-normes à tous les niveaux. Son tournage durera trois mois, ce qui est extrêmement long pour l'époque. Cela explique sûrement la durée exceptionnelle du film, 16 minutes, qui dépasse celles des autres productions d'alors. Le film est bourré d'effets spéciaux et de décors animés par machinerie, il contient même l'une des premières séquences animées. Il se compose de tableaux statiques à l'image d'un théâtre filmé où les mouvements de caméra sont quasiment inexistants. Mais l'ingéniosité de ce qui est montré à l'écran et toutes les étrangetés proposées font oublier au spectateur cet aspect statique. Evidemment, aujourd'hui, LE VOYAGE DANS LA LUNE s'apprécie non plus pour ses prouesses techniques mais pour sa fantaisie. Les jeunes enfants y trouveront de quoi titiller leur imagination alors que les adultes ne pourront qu'être surpris par tant d'inventivité.

1902 ? Couleur ? Cela peut surprendre mais il existait des films en couleur dès les débuts, ou presque, du cinéma. On peut d'ailleurs dissocier deux techniques pour le cinéma en couleurs au temps du muet. La version la plus simple était de proposer des versions teintées, l'image prenait alors dans son intégralité une unique coloration. Mais dans le cas du VOYAGE DANS LA LUNE, chacune des images a été coloriée à la main ! Ce procédé était déjà été utilisé par Méliès depuis très longtemps. Pour cela, il faisait appel à un atelier de coloristes qui travaillait, à l'origine, sur les photos utilisées dans les lanternes magiques, les ancêtres du cinéma, en quelque sorte !

En ce qui concerne LE VOYAGE DANS LA LUNE, longtemps a circulé une version noir et blanc. On pensait que la version couleur était définitivement perdue jusqu'à ce qu'une copie en mauvais état, mais en couleur, ait été retrouvée en Catalogne en 1993. Après un long et coûteux processus de restauration, il est à présent possible de revoir le film dans ses «conditions d'origine».

Nous avons mentionné plus haut une durée de 16 minutes mais sachez que toutes les versions du film n'ont pas la même longueur. En premier lieu, il faut savoir que le défilement de la pellicule était actionné manuellement par une manivelle et ne respectait pas encore une vitesse d'image fixe par seconde clairement définie. Cela peut aussi s'expliquer par l'absence de préservation des films aux débuts du cinéma. De ce fait, certains films existent en version incomplète et d'autres sont irrémédiablement perdus. Sur plus de 500 films qui ont été tournés par Méliès, environ 200 d'entre eux sont parvenus jusqu'à nous.

Les voyages vers la Lune ont inspiré les auteurs et compositeurs. En 1865 et 1869, Jules Verne a publié «De la Terre à la Lune» puis «Autour de la Lune». Ces livres ont inspiré, en 1875, l'opéra de Jacques Offenbach intitulé «Le voyage dans la Lune». Puis en 1901, H.G. Wells aborde lui aussi le sujet et publie «Les Premiers Hommes dans la Lune». LE VOYAGE DANS LA LUNE est souvent vu comme une adaptation des livres de Jules Verne. C'est en partie vrai, néanmoins les deux romans ne couvrent pas tout ce que l'on voit dans le film de Méliès. Et il semblerait que pour la partie lunaire du film et la confrontation avec les Sélénites, Méliès ait été plutôt influencé par le livre de Wells paru un an avant le tournage.

Comme déjà dit auparavant, LE VOYAGE DANS LA LUNE se compose de divers tableaux et l'on pourra donc discerner plusieurs parties dans l'histoire. Contrairement à ce qui se fait dans les films muets qui seront produits plus tard, il n'y a aucun intertitre. Ici, l'intrigue se suit entièrement par l'image. Du projet de voyage lunaire jusqu'au dénouement de cette extraordinaire expédition, les pantomimes suffisent amplement à la compréhension de l'histoire. Le film est aussi composé d'images poétiques et absurdes telles que les étoiles représentées par des visages de jeunes femmes. C'est aussi le cas de l'image emblématique du VOYAGE DANS LA LUNE, cette face lunaire, reprenant le visage de Méliès lui-même, qui reçoit l'obus des visiteurs directement dans l'œil ! A noter que si l'on pouvait penser que la Lune était une tarte à la crème, la version couleur surprend puisque le liquide qui s'écoule de l'œil est bien rouge sang ! Evidemment, avec une courte durée, LE VOYAGE DANS LA LUNE ne perd pas de temps et va droit au but, l'histoire se précipitant lorsque les sélénites entrent en jeu et précipitent le retour des aventuriers sur la Terre !

Georges Méliès pensera faire fortune en vendant des copies du VOYAGE DANS LA LUNE partout dans le monde. Il n'en sera rien. On l'a dit, précurseur du cinéma, il fut donc aussi l'un des premiers à être piraté ! En effet, des copies illicites du VOYAGE DANS LA LUNE sont réalisées avant même que Méliès ait eu le temps d'agir. Plus surprenant, certains cinéastes vont même jusqu'à reproduire son film plutôt que d'en faire une simple copie. La plus connue, EXCURSION DANS LA LUNE, date de 1908 et a été réalisée  par Segundo de Chomón pour le compte de Pathé. Cette version de 1908 est extrêmement proche, parfois au plan près, du VOYAGE DANS LA LUNE. Comme quoi, les remakes ne datent pas d'hier !

Malheureusement pour Georges Méliès, le public commence à se lasser de ses fantaisies et s'oriente vers des films historiques. Aux alentours de 1910, le cinéaste préfère retourner à la magie. Il transforme également l'un de ses studios en salle de cinéma. A la demande de Pathé, il réalisera tout de même quelques derniers films. Mais les difficultés financières s'accumulent, ce qui l'oblige à céder ses propriétés. Méliès va même jusqu'à vendre ses films qui seront fondus pour en récupérer les substances chimiques. Dans un accès de désespoir, il mettra le feu à une partie des films qui lui restent. Comme on l'a vu plus haut, à peine plus de 200 sont aujourd'hui visibles. Le reste est probablement définitivement perdu à moins d'un miracle, comme ce fut le cas pour LE VOYAGE DANS LA LUNE...

A la fin de sa vie, Méliès va tenir une boutique de jouets à la Gare Montparnasse après s'être remarié avec Jehanne d'Alcy, l'une des actrices qui apparaissaient dans ses films. Cette partie de sa vie, on peut la voir dans LE GRAND MELIES de Georges Franju, un court-métrage des années 50 où le fils de Méliès incarne son père et où Jehanne d'Alcy y interprète son propre rôle. Elle est aussi racontée de façon très romancée dans le film HUGO CABRET de Martin Scorsese, adapté d'un livre de Brian Selznick. Et, en guise de curiosité, on peut mentionner une «reconstitution» du tournage du VOYAGE DANS LA LUNE dans le dernier épisode de la série DE LA TERRE A LA LUNETom Hanks interprète l'assistant réalisateur de Georges Méliès !

Rédacteur : Christophe Lemonnier
Photo Christophe Lemonnier
Ancien journaliste professionnel dans le domaine de la presse spécialisée où il a oeuvré durant plus de 15 ans sous le pseudonyme "Arioch", il est cofondateur de DeVilDead, site d'information monté en l’an 2000. Faute de temps, en 2014, il a été obligé de s'éloigner du site pour n'y collaborer, à présent, que de manière très sporadique. Et, incognito, il a signé de nombreuses chroniques sous le pseudonyme de Antoine Rigaud ici-même.
55 ans
10313 news
572 critiques Film & Vidéo
4 critiques Livres
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
-
1 votes
Ma note : -