DVD (2)

Reviews (2)

DVD Covers

Videos

Posters

Lobby Cards

 FILM INFOS

 Titre original

 SPLIT SECOND

 Autres titres

 KILLER INSTINCT
 

 Année

 1992

 Nationalité

 Angleterre

 Réalisation

 Tony Maylam
 Ian Sharp

 Scénario

 Gary Scott Thompson

 Musique

 Francis Haines
 Stephen Parsons

 Acteurs

 Rutger Hauer
 Kim Cattrall
 Neil Duncan
 Michael J. Pollard
 Alun Armstrong
 Pete Postlethwaite

 

 DVD INFOS

 

Editeur

Neo

Format Disque

Simple Couche

Durée

86 minutes

Format Image

Format Sonore

Francais

Sous-titrages

Aucun

 

 SUPPLEMENTS

Aucun

 

 ON AIME

• Un film sympathique

 ON N'AIME PAS

• Pas de VO

 KILLER INSTINCT

 SPLIT SECOND

KILLER INSTINCT est, dans un premier temps, un scénario rédigé par Gary Scott Thompson, achevé en 1988. Il attire l'attention d'une compagnie de production britannique, Challenge Film Corporation. En s'associant avec des partenaires américains, elle parvient à réunir un budget, honnête, de sept millions de dollars. Le réalisateur choisi est Tony Maylam, qui ne s'est illustré au cinéma qu'assez irrégulièrement, et a parfois oeuvré dans le fantastique (le slasher CARNAGE et le téléfilm édité en vidéo sous le titre LE SECRET DE DORIAN GRAY). Le tournage de KILLER INSTINCT se déroule entièrement à Londres, en 1991. Pour boucler le film, le secours d'un second réalisateur, le britannique Ian Sharp, est nécessaire. Ce dernier est donc crédité comme co-réalisateur, en tête du générique de fin. Le casting se prévaut de la présence de comédiens à la réputation internationale, comme Kim Cattrall (LES AVENTURES DE JACK BURTON DANS LES GRIFFES DU MANDARIN...) et, bien sûr, le néerlandais Rutger Hauer (BLADE RUNNER...).

Photo : KILLER INSTINCT (SPLIT SECOND)

2008... La situation écologique de la planète a tellement dégénéré que Londres est désormais à moitié engloutie sous les eaux de la Tamise. Les rues sont couvertes de déchets et des rats envahissent petit à petit la cité. Un policier, seul dans la nuit, hante ce décor lugubre, à la recherche d'un serial killer ayant la particularité d'arracher et de dévorer le cœur de ses victimes. Ce flic, Harley, a déjà perdu son co-équipier, tué par ce meurtrier, et il n'a plus qu'une idée en tête : se venger ! On lui colle dans les pattes une jeune recrue, Dick Durkin, qui a encore une vision idéalisée de son métier. Les deux hommes vont tenter de retrouver le mystérieux assassin, auquel Harley semble lier par d'étranges ondes télépathiques...

Photo : KILLER INSTINCT (SPLIT SECOND)

KILLER INSTINCT s'ouvre sur une vue d'ensemble de Londres immergée dans un nuage de pollution, tandis qu'un soleil crépusculaire noie les boucles de la Tamise sous ses feux orangés. Après ce prélude visuel aux forts relents de BLADE RUNNER, l'ambiance confirme cette influence en adoptant le ton d'un film noir futuriste, se déroulant dans une gigantesque cité décrépie. Plus il progresse, plus KILLER INSTINCT mêle des éléments fort à la mode au temps de son tournage. L'intrigue policière a des relents de Thomas Harris (serial killer cannibale, profiler doué d'un sixième sens...), rappelant le récent triomphe du SILENCE DES AGNEAUX. Le tandem dépareillé formé par les enquêteurs nous renvoie à des classiques du polar américain des années 1980 comme 48 HEURES ou L'ARME FATALE. Surtout, le recours à des séquences de fusillades pétaradantes et musclées rappelle ces mélanges de science-fiction et d'action qui triomphaient depuis le milieu des années 1980 (ALIENS, TERMINATOR, PREDATOR, ROBOCOP...).

Photo : KILLER INSTINCT (SPLIT SECOND)

Et, curieusement, la fusion de toutes ces références prend plutôt bien et aboutit à un ensemble des plus cohérents. Proposant un récit rythmé, une réalisation solide, des décors variés, des maquillages et des effets gore de très bonne qualité, ainsi qu'une interprétation sympathique, KILLER INSTINCT a tout du petit film bien emballé. A la manière d'ALIEN, le tueur monstrueux n'est montré que rarement et partiellement dans l'obscurité. On ne le distinguera nettement (et encore, seulement aux détours de plans très courts) que dans le dénouement. La mise en scène parvient à lui garder son allure mystérieuse tout en l'impliquant dans des scènes d'action cinglantes et spectaculaires, ce qui révèle une excellente maîtrise du montage.

Photo : KILLER INSTINCT (SPLIT SECOND) Photo : KILLER INSTINCT (SPLIT SECOND)

Malheureusement, si KILLER INSTINCT assimile ses influences en un ensemble homogène, il ne réussit pas à bien s'en démarquer. Recyclant des idées ayant déjà abondamment servies dans les années précédant son tournage, il souffre d'un manque de personnalité ennuyeux. Tout paraît doucement prévisible, et, le léger manque de moyens aidant, ce film, dont le manque d'ambition apparaît évident, ne parvient jamais à se hisser au-dessus du statut d'œuvre mineure.

Photo : KILLER INSTINCT (SPLIT SECOND)

Oeuvre mineure, certes, mais néanmoins sympathique, qui se visionne sans ennui. Toutefois, il ne connaîtra pas vraiment un gros succès. Il faut dire que le cinéma populaire et fantastique anglais était alors en pleine déconfiture. Dans ce paysage grand-breton, où seuls émergeaient les classiques Kenneth Branagh et James Ivory, KILLER INSTINCT faisait, comme HARDWARE peu avant, figure de pari risqué. S'il sort bien en salles dans certains pays, il n'arrive en France que par le biais du marché de la vidéo. Ce titre est néanmoins bien connu des abonnés de la télévision câblée hexagonale pour y être, encore aujourd'hui, abondamment rediffusé !

Photo : KILLER INSTINCT (SPLIT SECOND)

Déjà sorti en DVD aux USA, par HBO, il a été récemment publié en France par Neo Publishing, dans une édition destinée à être distribuée en kiosque puis dans un circuit plus traditionnel. Le film est proposé dans le cadrage panoramique 1.66 de son exploitation en salles, sans option 16/9. Le télécinéma souffre de teintes et de contrastes un peu pâlichons, ainsi que d'une importante dominante verte dans les noirs et dans les scènes sombres. On remarque aussi un peu de bruit vidéo dans les passages obscurs et quelques problèmes d'état, légers et ponctuels (points blancs, poinçons de fin de bobines). Heureusement, la propreté d'ensemble de la copie, la bonne définition et la compression discrète en font un DVD plutôt convenable, au vu de son prix de lancement.

Photo : KILLER INSTINCT (SPLIT SECOND)

La bande-son n'est proposée que dans son doublage français (médiocre), dans un mono basique, mais propre et très dynamique (la piste anglophone était, à l'origine, en Dolby Stereo). Donc, on ne trouve, hélas, pas de version originale... Il n'y pas non plus de bonus pour ce titre, ce qui, au vu du prix du DVD, est compréhensible.

Photo : KILLER INSTINCT (SPLIT SECOND)

Voilà donc une petite édition qui aurait tout pour plaire, si l'on ne devait pas constater amèrement l'absence de la version originale. Celle-ci était pourtant présente sur le DVD HBO (zone 1, NTSC), qui proposait, en plus, un sous-titrage français. Toutefois, ce disque américain ne présentait le film que dans un cadrage plein écran. De plus, il est désormais épuisé, et seul le DVD français est disponible pour le moment. Une édition vraiment satisfaisante de KILLER INSTINCT reste encore à proposer...

Emmanuel Denis

MENUS

KILLER INSTINCT (SPLIT SECOND)  - Menu DVD KILLER INSTINCT (SPLIT SECOND)  - Menu DVD

 

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Science-fiction
Horreur
Extra-terrestre

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com