LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA (http://www.devildead.com)

LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA
THE DAY THE EARTH STOOD STILL


Un vaisseau spatial vient se poser à Washington. Aussitôt, la soucoupe est entourée d'un périmètre de sécurité par l'armée pendant que les badauds affluent et que l'information se répand à travers le monde.

En plein milieu des années 50, la guerre froide et la montée du MacCarthyisme aux Etats-Unis s'est déjà bien installée. Le cinéma fait ainsi la part belle aux peurs de ses contemporains en appliquant des menaces communistes déguisées sous la forme d'extraterrestres en provenance de la planète rouge. LA CHOSE D'UN AUTRE MONDE en est un parfait exemple et de nombreux films continueront dans cette voie par la suite comme par exemple L'INVASION VIENT DE MARS. Et pourtant, LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA prend une direction surprenante puisque l'extraterrestre est très différent des belliqueuses créatures habituelles.

Klaatu, puisque c'est son nom, n'a pas de tentacules et n'a que deux yeux. L'homme de l'espace nous ressemble en tous points et se présente même de façon pacifique à des militaires qui n'ont pas envie d'écouter son message. Le climat paranoïaque accroît la peur envers l'inconnu, que ce soit dans la population mais aussi et surtout au niveau des autorités. Klaatu n'a pas sa carte du parti communiste et, à vrai dire, il n'est pas venu pour dépatouiller les différends politiques de notre bonne planète. D'ailleurs, lorsqu'un secrétaire d'état essaye de lui faire un petit cours de géopolitique simplifiée, Klaatu lui fait bien comprendre que ces histoires de querelles intestines ne l'intéressent pas. Au contraire, il est venu pour délivrer un message à l'humanité toute entière et non pas à une sélection de personnalités "politiquement correctes" pour l'époque.

La menace rouge plane dans LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA mais de façon assez ironique. Par exemple, lors d'un petit déjeuner, une dame sous-entend que l'homme de l'espace ne vient pas de… l'espace mais bel et bien "d'on sait d'où" ! Des tas de petits détails et allusions qui finissent par broder le portrait d'une Amérique en pleine paranoïa confrontée à un extraterrestre qui n'en demandait pas tant ! Mais LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA s'amuse aussi à prendre à revers le cliché de l'énergie atomique. Diabolisée, la peur de l'atome est au centre du récit mais le message est nuancé, contrairement à nombre de films où les radiations provoquent catastrophes et émergences de monstres géants. L'atome est donc bel et bien destructeur, faites gaffe, mais on nous y explique aussi que l'énergie atomique peut avoir des bienfaits.

Le message délivré par LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA pourrait être à présent vieillot puisque le film accuse ses cinquante années. Et pourtant, il est toujours d'actualité. Les informations d'aujourd'hui, et probablement de demain, nous montrent l'être humain s'adonner à la guerre, à la haine et à la violence. Qu'en sera t'il une fois que nous aurons dépassé les frontières de l'atmosphère terrestre ? Difficile à dire, surtout si l'on survit jusque-là, qu'il y ait des extraterrestres ou non n'est finalement pas l'important !

DVD américain
DVD français


Labellisé en THX aux Etats-Unis, le transfert audio/vidéo du JOUR OU LA TERRE S'ARRETA qui sort en France bénéficie de la même copie. On notera essentiellement des différences de contrastes entre le disque américain et le français, certainement dues au passage de l'image du NTSC au PAL. Rien de bien grave pour autant. Le film ne date pas d'hier et il faudra donc bien se mettre en tête que les petits défauts de pellicule ou l'apparition de grain, surtout sur des séquences à effets spéciaux ou utilisant des stock-shots, sont des soucis tout à fait normaux. L'image permet même de déceler des trucages tels que les câbles soutenant Patricia Neal. La vision du film sur ce DVD est donc un vrai plaisir ! Avec un souci de taille… Les sous-titres en français sont en jaune, ce qui est plutôt une bonne chose dans le cas d'un film en noir et blanc, mais surtout sont affichés sur un fond noir. Une option qui camoufle un pan entier de l'image ce qui est plutôt disgracieux. L'AVENTURE DE MADAME MUIR, autre grand film sorti dernièrement chez le même éditeur, ne proposait pas de fond noir mais des sous-titres en blanc rendant dès lors la lecture moins facile. Pas très logique, tout ça !

Pour la version originale, vous n'aurez pas droit à la piste sonore en mono d'origine. Seul le remix en stéréo datant de quelques années déjà est disponible. Celui-ci est très bien géré et met surtout en valeur l'excellente musique de Bernard Herrmann mais aussi quelques effets sonores. Pour la version française, par contre, c'est donc la version en mono d'origine qui tout de suite sonne un peu plus étriqué, surtout en ce qui concerne la musique.


Robert Wise est accompagné de Nicholas Meyer pour commenter le film dans son intégralité. Deux réalisateurs qui en viennent forcément à aborder des sujets assez éloignés des anecdotes habituelles. Par moments, en effet, les deux hommes se mettent à discuter de leurs techniques de travail (les répétitions, etc…) ce qui pourra surprendre et décevoir puisqu'il n'y a pas toujours un rapport avec LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA. Néanmoins, il faut peut-être souligner que ce commentaire audio ne date pas d'hier. Il était en effet proposé sur un Laserdisc sorti aux Etats-Unis il y a pas mal d'années déjà. Cette même édition Laserdisc contenait d'ailleurs un documentaire d'environ une heure vingt, où toute l'histoire du film était abordée. D'où, peut-être, un commentaire audio moins précis que ceux habituels, mais dont la complémentarité avec le documentaire devenait parfaite. Toutefois, l'édition française du DVD ne propose pas du tout le documentaire, alors que celui-ci est bel et bien présent sur le DVD américain. Sa suppression étant sûrement due au fait que le disque européen, puisqu'il est prévu pour être vendu dans une demi douzaine de pays, est double couche et empêche l'inclusion du documentaire sur la seconde face du disque à moindre coût.

Dans le commentaire audio, Robert Wise vient inévitablement à parler, sous l'impulsion de Nicholas Meyer, de ses débuts au sein de la RKO, tout en évoquant, sur la séquence de l'ascenseur, sa collaboration avec Val Lewton avec qui il tournera deux films fantastiques. La suite de LA FELINE, c'est à dire LA MALEDICTION DES HOMMES CHATS, mais aussi l'excellent RECUPERATEUR DE CADAVRES avec Boris Karloff. Rapidement, divers sujets sont abordés comme l'acteur se trouvant dans le costume de Gort ou les autres choix possibles concernant l'acteur principal (Claude Rains ayant été pressenti !) ou alors l'évocation rapide de la présence de Sam Jaffe qui fut par la suite sur la liste noire du McCarthyisme. Plutôt ironique lorsqu'on le voit quelques années auparavant dans ce film ou mieux incarnant carrément le Dalaï Lama dans HORIZONS PERDUS de Frank Capra.

Autre raison probable, un tel documentaire se doit d'être sous-titré. Mais aucun des suppléments présents sur le DVD ne propose de sous-titrage. Que ce soit la bande-annonce ou les actualités de l'époque. Le commentaire audio ne bénéficie pas non plus des sous-titres. Tout du moins, il nous a été totalement impossible de les activer en français. La FOX nous ayant habitués à afficher les sous-titrages directement en fonction de la configuration du lecteur de DVD (voir PHOTO OBSESSION ou VORACE), nous avons donc fait en sorte que tout soit correct mais rien à faire ! Par contre, sur le menu des sous-titrages, vous trouverez une option pour afficher des sous-titres sur le commentaire audio mais… en anglais !

Les actualités d'époque nous donnent un petit aperçu sur ce qui se passait en 1951, de sujets sérieux, la guerre de Corée, à des considérations plus légères comme l'élection d'une Miss. Au milieu, on apprend, en une poignée de secondes, que LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA s'est vu remettre un prix lors d'une convention de science-fiction. Un petit bonus qui rappelle, à ceux qui ne le savaient pas, que le cinéma présentait des informations. Avec l'avènement de la télévision, cette pratique a disparu petit à petit, tout comme les dessins animés, les courts métrages ou même des spectacles sur scène. En fait, seules les réclames, les publicités, continuent de passer dans les salles de cinéma de nos jours. La façon de fréquenter les salles ayant de toutes façons largement changé !

Le DVD contient encore la bande-annonce, ainsi qu'un petit segment vidéo nous montrant les différences entre les anciennes versions du film en vidéo et le transfert restauré proposé sur le DVD. Ca ne donne pas grand chose de plus d'un point de vue informatif à l'acheteur du disque mais pourquoi pas…

Encore aujourd'hui, LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA possède des atouts de taille et l'intelligence des idées développées dans le scénario le rend encore plus attrayant. D'ailleurs, si autant de réalisateurs placent soit des extraits, soit des références à ce film dans leurs propres œuvres, il y a certainement une raison. C'est le cas par exemple de Sam Raimi qui utilise la célèbre phrase ("Klaatu Barada Nikto") comme ressort scénaristique dans L'ARMEE DES TENEBRES. Le film de Robert Wise est devenu au fil du temps un véritable classique du cinéma qu'il faut au moins avoir vu une fois surtout si l'on apprécie la science-fiction. Dommage que ce DVD n'ait pas autant d'atouts que le film lui-même !

Christophe "Arioch" Lemonnier

ON AIME
Un véritable fleuron cinématographique de la science-fiction
Klaatu et Gort

ON N'AIME PAS
Fond noir pour les sous-titrages
Impossibilité de trouver des sous-titres en français pour le commentaire audio
Dommage que l'excellent documentaire n'ait pas réussi à se frayer un chemin jusqu'au disque français

Meilleures scènes

  • L'accueil de Klaatu et l'intervention de Gort
    (Chapitre 3)
Année : 1951

Durée : 88 minutes

Acteurs :
Michael Rennie
Patricia Neal
Billy Gray

Hugh Marlowe
Sam Jaffe

Réalisateur :
Robert Wise

Scénario :
Edmund H. North
Harry Bates (livre)

Musique :
Bernard Herrmann

Format disque :
Double Couche

Format Image :

Format sonore :
Anglais : 
Français : 
Allemand : 
Espagnol : 
Italien

Les pistes sonores codées sur deux canaux sont en mono à l'exception de la version anglaise qui est en stéréo

Sous-titrage :
Anglais
Français
Allemand, Espagnol, Italien & Néerlandais

Les Suppléments

  • Commentaire audio de Robert Wise et Nicolas Meyer
  • Archives Movie Tone 1951 (6mn02)
  • Bande-annonce
  • Restauration : Avant / Apres (4mn16)

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS


 Il y a 6 DVD/HD en DB...

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Science-fiction
Drame
Extra-terrestre
Robots

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com