RING (http://www.devildead.com)

RING
RINGU


Une légende circule parmi les étudiants japonais. Le visionnage d'un programme télévisé provoquerait la mort chez l'infortuné spectateur au bout d'une semaine ! Réalité ou fiction ? Une journaliste mène l'enquête sur ces faits étranges pensant y déceler un fond de vérité pour expliquer rationnellement les faits. Malheureusement, elle mettra la main sur la cassette contenant le fameux programme...

Le cinéma d'épouvante a disparu depuis longtemps de nos écrans. Faire peur est remplacé par l'envie de tout montrer, transformant par là même l'épouvante et l'horreur en de simples films d'action menés tambour battant. Seulement, à ce petit jeu, la "peur" a disparu des grands écrans. Comptez vous-même le nombre de films qui vous ont vraiment fait trembler ces dix ou vingt dernières années ? Pas beaucoup voire aucun ! Dans ce domaine, RING retrouve une recette depuis longtemps oubliée. A commencer par le rythme du film qui prend le temps de vous placer dans l'ambiance adéquate. Petit à petit, un climat de tension s'installe et ce, même dans les séquences où il ne se passe rien. Ce n'est plus le film qui montre l'horreur mais le spectateur qui la cherche, inquiet, dans les moindres détails de ce qui apparaît sur l'écran. La magie du cinéma l'a prouvé depuis très longtemps, pour faire peur, il est préférable de ménager ses effets plutôt que d'exhiber des créatures ridicules ou quelques effets faciles. La suggestion est ici appuyée par la musique de Kenji Kawai, plus proche d'effets sonores stressant que d'autre chose la plupart du temps, ainsi que la découverte des victimes aux traits torturés par la peur.

Elément important de RING : la télévision. La petite lucarne est une sorte de fenêtre sur un vaste monde extérieur qui est, de plus, présente dans presque tous les foyers. Certains films avaient déjà utilisé cette idée par exemple KAMIKAZE et son tueur cathodique, VIDEODROME et ses cassettes ou alors SHOCKER dont l'une des scènes ramène directement à RING (Horake Pinker sort de la télévision). Qu'y a t'il au-delà de l'écran ? N'est-ce pas une porte vers d'autres mondes ? RING se sert des peurs inconscientes de la télévision en conjonction avec l'utilisation d'une cassette vidéo dont l'insertion dans un magnétoscope est devenue depuis longtemps un geste commun. Dans RING, ce n'est plus une maison hantée à laquelle on peut échapper en s'enfuyant. En lieu et place, la cassette fait son bonhomme de chemin hantant les télévisions et surtout il est impossible d'échapper à l'entité qui vous aura désigné !

A la base, RING est un roman écrit par Koji Suzuki. Joli succès, il est adapté pour la télévision sous la forme d'un téléfilm puis d'un feuilleton télévisé avant que le cinéma ne s'en empare. RING, l'adaptation cinématographique est un tel succès qu'il fait naître des suites plus ou moins inspirées des autres livres du même écrivain. A l'heure actuelle, il existe ainsi quatre livres consacrés au cycle de RING. Pour le cinéma RING 2 est d'ailleurs réalisé par Hideo Nakata alors qu'il ne s'occupera pas du RING 0 qui suivra. Pendant le même temps, le succès de RING aura aussi relancé une vague horrifique au pays du Soleil levant. Alors que ce type de film est assez peu considéré, du jour au lendemain, il se réinstalle aux frontons des salles de cinéma nippones. INUGAMI, UZUMAKI, KAIRO... Autant de films qui n'auraient pas eu les honneurs de sorties en salles avant que le public japonais ne se déplace pour frissonner à la vision du premier RING. Même Shinya Tsukamoto, pourtant réalisateur hors-norme, accepte un film de commande avec GEMINI. Un film qui, s'il n'est pas fantastique, a été produit dans l'optique de surfer en partie sur le renouveau du film de fantômes. Un genre qui s'était fait pas mal oublier depuis plus de quarante ans alors que les cinéphiles gardent toujours en mémoire l'un des chefs-d'oeuvre du genre avec KWAIDAN.



Hideo Nakata le dit lui-même, il s'est lancé dans le cinéma d'horreur tout à fait par hasard. Rien ne le prédestinait vraiment à réaliser ce type de films. En abordant RING, il se lance dans la vision de nombreux films et non des moindres. Ainsi, pour les mécanismes de la peur et dans le genre histoires de spectres, il se tourne vers les deux grosses valeurs sûres que sont LA MAISON DU DIABLE et LES INNOCENTS. Pour la relation avec l'image, éléments importants de RING, il se laisse influencer par VIDEODROME et LE VOYEUR de Michael Powell. Juste après RING, Hideo Nakata essaye de se tourner vers d'autres genres mais la plupart des films qu'il réalise n'ont pas un grand succès. Son destin semble scellé par RING puisqu'il a depuis remis le couvert avec un tout nouveau film de fantômes présenté au festival du film fantastique de Bruxelles en 2002.

Claire et nette, l'image ne souffre finalement que de bien peu de défaut. Quelques petites souillures dues au passage pourtant maigre des années ne risquent pas de gêner grand monde ! Les bandes sonores en Dolby Digital 5.1 sont quant à elles très réussies. Alternant des passages d'une sobriété extrême avec de subites envolées d'effets sonores inquiétants du meilleur effet. Rien de mieux pour vous foutre la pétoche.

RING est, vous le savez déjà, un phénomène, pourtant le DVD paraît bien décevant. En plus des quatre bandes-annonces et filmographies d'usage, vous ne trouverez que deux bonus. Tout d'abord une interview du réalisateur, Hideo Nakata, qui s'écoule sur un peu plus de vingt minutes. L'occasion pour le réalisateur de parler justement du phénomène RING au Japon mais aussi la possibilité de nous livrer quelques secrets sur la création du programme de la cassette... Justement, ce programme, c'est le deuxième véritable supplément. Vous pourrez découvrir dans leur continuité les images de la cassette maudite. Au cas où le téléphone sonne juste après, le mode d'emploi du DVD ne dit pas si vous serez obligé de faire acheter le DVD à une connaissance pour éviter l'issue fatidique ! Il y a fort à parier qu'un grand nombre de spectateurs n'oseront peut-être pas se visionner ce petit bonus au cas où...

La filmographie de Hiroyuki Sanada est assez étrange. En effet, l'acteur est plutôt connu en France pour incarner l'un des rôles principaux de la série SAN KU KAI. La filmographie présente donc cette série mais aussi le film LES EVADES DE L'ESPACE avec une date ultérieure. Cela pose un problème dans le sens où SAN KU KAI, réalisé plus tard, reprend les costumes des EVADES DE L'ESPACE ainsi que les effets spéciaux comme de vulgaires stock-shots. Une bourde, donc !

Incontestablement, RING fout la trouille ! La première vision du film aurait pu supprimer l'élément de surprise en pétard mouillé lors de la redécouverte du film sur DVD. Il n'en est rien. La peur est toujours présente et palpable et Sadako aussi terrifiante que lors de la première vision. Un "must" dans le genre à regarder le son à fond et dans le noir !

Christophe "Arioch" Lemonnier

ON AIME
Avoir peur !
La K7 maudite

ON N'AIME PAS
Une petite bourde dans les filmos...

Meilleures scènes

  • La cassette
    (Chapitre 6)
  • Discussion sur la plage et flashback
    (Chapitre 11)
  • Le puit
    (Chapitre 13 [1'09'44])
  • Sadako
    (Chapitre 15)
Année : 1998

Durée : 95 minutes

Acteurs :
Nanako Matsushima
Miki Nakatani
Hiroyuki Sanada
Yuko Takeuchi
Hitomi Sato

Réalisateur :
Hideo Nakata

Scénario :
Hiroshi Takahashi
Koji Suzuki (livre)

Musique :
Kenji Kawai

Format disque :
Double Couche

Format Image :

Format sonore :
Japonais : 
Français : 

Sous-titrage :
Français

Les Suppléments

  • Interview de Hideo Nakata
  • "K7 Maudite"
  • Bandes-annonces (4)
  • Filmographies
    • Hideo Nakata
    • Nanako Matsushima
    • Miki Nakatani
    • Hiroyuki Sanada
    • Takenori Sento
    • Kenji Kawai
    • Koji Suzuki

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS


 Il y a 7 DVD/HD en DB...

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur
Fantôme
Asiatique

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com