DVD (1)

Reviews (1)

DVD Covers (1)

Videos (1)

Posters (1)

Lobby Cards

 FILM INFOS

 Titre original

 NIHON BUNDAN : HERU DORAIBA

 Autres titres

 HELL DRIVER
 HELLDRIVER

 Année

 2010

 Nationalité

 Japon

 Réalisation

 Yoshihiro Nishimura

 Scénario

 Daichi Nagisa
 Yoshihiro Nishimura

 Musique

 Kou Nakagawa

 Acteurs

 Yumiko Hara
 Eihi Shiina
 Yûrei Yanagi
 Kazuki Namioka
 Kentaro Kishi
 Mizuki Kusumi
 Minoru Torihada
 Gadarukanaru Taka
 Asami Sugiura

 

 VIDEOS

 Bande-annonce

 

 POSTERS

 
 HELLDRIVER

 

On choisit ses amis, mais pas sa famille. Assez peu gâtée de ce côté là, Kika rentre un soir chez elle et découvre sa mère Rikka, ainsi que son oncle, en train de bouffer son père. Kika n'apprécie guère mais, alors que la querelle mère/fille s'annonce saignante, Rikka voit son torse transpercé par une météorite. La bougresse a cependant de la ressource : elle arrache le cœur de sa fille et remplace ainsi celui qu'elle vient de perdre ! Outre ce menu détail, la météorite transforme également une grande partie de la population nippone en curieux zombies. Rikka deviendra leur chef alors que Kika, maintenant dotée d'un cœur artificiel et d'un sabre tronçonneuse, partira en guerre au nom de l'espèce humaine et de sa vengeance.

Photo : HELLDRIVER (HELL DRIVER)

Spécialiste des effets spéciaux et maquillages, Yoshihiro Nishimura réalise en parallèle de ses activités une poignée de courts-métrages avant de passer aux choses sérieuses (?) en 2008 avec l'excellent TOKYO GORE POLICE. Sans surprise, le bonhomme fait de son premier long une véritable vitrine gore dans laquelle il affiche d'innombrables et innommables mutations et mutilations ! Mais pas seulement... Il esthétise en effet l'horreur, rend la difformité savoureuse et l'hémoglobine sensuelle, voire sexuelle. En plus de cet étonnant travail sur l'image et la chair, Nishimura nourrit également son film d'un propos social, fait d'un regard sur la société nippone actuelle, mais aussi d'une dualité entre le Japon actuel et traditionnel. De nombreuses idées amusantes (l'automutilation au cutter par exemple) seront par la suite réemployées dans ses métrages suivants, comme VAMPIRE GIRL VS FRANKENSTEIN GIRL en 2009. Reste que sur ce film se faisait déjà sentir une certaine forme d'essoufflement, le recyclage d'une formule qui aura certainement engendré trop de films en une poignée d'années...

Photo : HELLDRIVER (HELL DRIVER)

HELLDRIVER souffre donc tout d'abord de ce premier constat : nous sommes ici en présence d'un métrage dont les incroyables élans gores ne surprennent plus du tout. Les membres volent, le sang gicle, les corps sont démontés comme de simples poupées, le tout de manière indiscutablement ludique et décontractée... Mais rien n'y fait, tant d'autres ont servi la même recette que l'efficacité n'est plus. Pire, la lassitude s'impose assez rapidement et l'on en vient à regarder sa montre. Il faut dire que la boucherie est rythmée de manière frénétique, hystérique, et se montre difficile à suivre sur une longue durée (près de deux heures). La confusion scénaristique et la construction en flashback ne sont pas étrangères à cette perte de repères mais à cela, il faudra également ajouter une bande originale extrêmement envahissante, indigeste et assourdissante...

Photo : HELLDRIVER (HELL DRIVER)

Autant le dire clairement, HELLDRIVER est un métrage dont le visionnage s'avère par instant très pénible. Pourtant, au milieu de cette lourdeur émergent ponctuellement les deux splendides héroïnes du métrage, Eihi Shiina et Yumiko Hara. La première, nous la connaissons bien puisqu'elle fut l'inoubliable tortionnaire d’AUDITIONKili kili kili...» !) et la toute aussi marquante Ruka, fliquette en mini-jupe de TOKYO GORE POLICE. Bien qu'elle n'ait pas vraiment l'âge d'être mère d'une jeune adulte, Eihi Shiina incarne ici Rikka, la maman cannibale détraquée, et reine des zombies à antennes... De dix ans sa cadette, Yumiko Hara n'est pour sa part qu'en tout début de carrière et prête sa plastique au personnage de Kika. Toutes deux forment la meilleure raison (et unique?) de se lancer dans le visionnage de HELLDRIVER. Car comme il avait pu le faire auparavant, Yoshihiro Nishimura prend grand soin de ses actrices et les fait évoluer de manière irréelle au milieu des gerbes de sang et des membres tranchés. L'espace de quelques séquences, la monstruosité Bis du film devient alors poésie morbide ou sublime cruauté. La mâchoire du spectateur vacille et Nishimura parvient à nous ré-accrocher pour cinq minutes de plus.

Photo : HELLDRIVER (HELL DRIVER)

Reste qu'entre ses apparitions savamment mises en scène, nous ne pourrons que constater l'absence d'un véritable scénario. L'absence également du propos intelligent qui se dégageait de TOKYO GORE POLICE et la regrettable discrétion d'idées nouvelles. Nous aurons bien droit à quelques images amusantes, des zombies «curieux» et un combat déjanté contre une voiture Mad-Maxienne, mais l'ensemble demeure malgré tout trop avare et laborieux pour emporter l'adhésion. HELLDRIVER donne avant tout l'impression que son réalisateur s'est fourvoyé, qu'il a voulu pousser trop loin le concept de l'hystérie trash au détriment d'une narration claire et d'un équilibre entre fond et forme. Ici, le propos est inexistant et la forme clairement soûlante. Alors bien évidemment, de par son aspect «extrême» et décomplexé, HELLDRIVER devrait vivoter dans le cœur de certains amoureux du réalisateur ou procurer quelques «sensations» aux spectateurs non-initiés... Mais au delà de ça, le film est tout de même l'une des grosses déceptions du moment...

Xavier Desbarats

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur
Zombie
Asiatique

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com