Header Critique : VENDREDI 13 CHAPITRE VIII : L'ULTIME RETOUR (FRIDAY THE 13TH PART VIII : JASON TAKES MANHATTAN)

Critique du film
VENDREDI 13 CHAPITRE VIII : L'ULTIME RETOUR 1989

FRIDAY THE 13TH PART VIII : JASON TAKES MANHATTAN 

Jason, enfoui dans les eaux de Crystal Lake, est réveillé par l'électricité d'un câble accidentellement abîmé. Le mort-vivant se hisse alors sur un bateau à bord duquel des lycéens se rendent à New York...

VENDREDI 13, CHAPITRE 7 : UN NOUVEAU DÉFI a connu un relatif succès sur le marché nord-américain. Cependant, les recettes de la saga continuent de décroître continuellement depuis VENDREDI 13, CHAPITRE 5 : UNE NOUVELLE TERREUR.

A côté de cela, la série des Freddy, avec FREDDY 3 : LES GRIFFES DU CAUCHEMAR de Chuck Russell et LE CAUCHEMAR DE FREDDY de Renny Harlin, connaît des triomphes retentissants. Paramount compte donc profiter de cet engouement pour les slashers numérotés afin de recueillir encore quelques dollars sur le dos de Jason. La major lance alors VENDREDI 13, CHAPITRE VIII : L'ULTIME RETOUR.

Le titre américain (FRIDAY THE 13TH PART VIII : JASON TAKES MANHATTAN) indique que le film se déroule à New York. Mais il n'y que peu de scènes tournées dans la Grande Pomme. Le métrage est essentiellement filmé au Canada, petit budget oblige.

VENDREDI 13, CHAPITRE VIII : L'ULTIME RETOUR est la première réalisation au cinéma de Rob Hedden, qui a auparavant œuvré sur la série TV «VENDREDI 13» (sans rapport avec la série cinéma !). Il réalisera ensuite des téléfilms ou glanera des crédits de scénariste ou coproducteur sur des titres hollywoodiens comme TOP CHRONOS de Jonathan Frakes.

Rennie, le personnage principal de VENDREDI 13, CHAPITRE VIII : L'ULTIME RETOUR, est incarné par Jensen Daggett dont c'est le premier film. Après, elle travaillera surtout pour la télévision. Nous reconnaissons Peter Mark Richman (vu dans «DYNASTIE» et de nombreuses autres séries TV) dans le rôle de son oncle. Et aussi Scott Reeves, un habitué des «FEUX DE L'AMOUR», autre soap opera fameux.

C'est à nouveau Kane Hodder (VENDREDI 13, CHAPITRE 7 : UN NOUVEAU DÉFI) qui tient le rôle de Jason. Ce film est aussi la première apparition de Kelly Hu qui au tournant des années 2000, agrémentera de sa beauté exotique des blockbusters comme X-MEN 2 ou LE ROI SCORPION.

Contrairement à ce que laisse penser son titre américain ("Jason prend Manhattan"), VENDREDI 13, CHAPITRE VIII : L'ULTIME RETOUR ne se déroule à New York qu'au cours de sa dernière demi-heure. Le reste du métrage nous restitue le voyage de Jason entre Crystal Lake et Manhattan. Le tueur monte dans un bateau plein d'adolescents correspondant aux archétypes habituels de la série (la chipie, le sportif, le romantique, la musicienne, le coincé, les représentants des minorités). Il les massacre avec son habituelle conscience professionnelle.

L'action est centrée sur Rennie, une jeune fille qui, comme Tommy Jarvis dans VENDREDI 13 : JASON LE MORT-VIVANT et Tina Shepard dans VENDREDI 13, CHAPITRE 7 : UN NOUVEAU DÉFI, a subi un traumatisme lié aux violences de Crystal Lake. Terrorisée par l'idée de noyade, Rennie est hantée par des visions de Jason enfant. Ces apparitions oniriques évoquent plus la série des Freddy que celle des VENDREDI 13.

Les meurtres sont bien filmés (gros plans sur les mains de Jason manipulant les armes, ralentis) et plus gore que dans les deux VENDREDI 13 précédents (les lames s'enfoncent dans les chairs, nous voyons une décapitation). Hélas, le décor de ce bateau n'est guère spectaculaire et la banalité de la psychologie des personnages aidant, l'ensemble est fastidieux et ennuyeux.

VENDREDI 13, CHAPITRE VIII : L'ULTIME RETOUR trouve un nouveau souffle dans sa dernière demi-heure, lorsque les personnages, dont Jason, atteignent New York. La ville est dépeinte comme un enfer urbain nocturne délirant, peuplé de loubards de cinéma et de junkies invraisemblables, un peu à la manière de STREET TRASH ou d'ELMER, LE REMUE-MÉNINGES. Les séquences dans le métro et dans les égouts sont réussies. Quant à la ballade de Jason en plein Time Square, au cours de laquelle le Serial Killer mort-vivant met un grand coup de pied dans le Ghetto Blaster d'une bande de punks, il s'agit d'une scène d'anthologie ! Kane Hodder se surpasse et donne une présence et une efficacité horrifique au personnage de Jason qui lui faisaient défaut dans les premiers épisodes de la série.

Hélas, la relative réussite de la fin de VENDREDI 13, CHAPITRE VIII : L'ULTIME RETOUR fait encore plus regretter l'ennuyeuse et longue partie du film se déroulant à bord du bateau. Finalement, c'est encore la déception qui prime, bien que VENDREDI 13, CHAPITRE VIII : L'ULTIME RETOUR ne soit pas le pire volet de cette série.

Ce film s'avère rentable, mais Jason continue à rapporter de moins en moins. Il faut dire que ce métrage est perdu parmi les nombreuses suites similaires qui sortent ou vont sortir vers la même période, comme FREDDY 5, L'ENFANT DU CAUCHEMAR, HALLOWEEN 5 et autres MASSACRE À LA TRONÇONNEUSE 3. Cette offre surabondante et peu imaginative sature un marché de plus en plus exsangue. Le public se lasse de ces métrages interchangeables. Tout cela trahit un cinéma d'horreur à bout de souffle, même FREDDY 5, L'ENFANT DU CAUCHEMAR s'avérant une déception commerciale rapporté à ses deux prédécesseurs.

La compagnie indépendante New Line, prétextant son intention de faire se rencontrer dans un même film Jason et son personnage Freddy, récupère les droits liés à la série des VENDREDI 13. Jason reviendra alors au sein de cette firme en 1993 dans JASON VA EN ENFER.

En France, VENDREDI 13, CHAPITRE 7 : UN NOUVEAU DÉFI fût un tel échec en salles que VENDREDI 13, CHAPITRE VIII : L'ULTIME RETOUR est sorti directement en vidéo, sans être exploité en salle.

Rédacteur : Emmanuel Denis
Photo Emmanuel Denis
Un parcours de cinéphile ma foi bien classique pour le petit Manolito, des fonds de culottes usés dans les cinémas de l'ouest parisiens à s'émerveiller devant les classiques de son temps, les Indiana Jones, Tron, Le Dragon du lac de feu, Le Secret de la pyramide... et surtout les Star Wars ! Premier Ecran fantastique à neuf ans pour Le retour du Jedi, premier Mad Movies avec Maximum Overdrive en couverture à treize ans, les vidéo clubs de quartier, les enregistrements de Canal +... Et un enthousiasme et une passion pour le cinéma fantastique sous toutes ses formes, dans toute sa diversité.
49 ans
1 news
633 critiques Film & Vidéo
1 critiques Livres
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
4,80
5 votes
Ma note : -
Autres critiques