Header Critique : QU'EST-IL ARRIVE A BABY JANE ? (WHAT EVER HAPPENED TO BABY JANE ?)

Critique du film
QU'EST-IL ARRIVE A BABY JANE ? 1962

WHAT EVER HAPPENED TO BABY JANE ? 

Robert Aldrich commence sa carrière comme assistant réalisateur au cours des années 1940, notamment auprès d'auteurs prestigieux comme Jean Renoir (pour L'HOMME DU SUD de 1945) et Charles Chaplin (pour LES FEUX DE LA RAMPE en 1952). Après quelques petits films, il réalise deux westerns produits et interprétés par Burt Lancaster : BRONCO APACHE et VERA CRUZ. Grâce à ces succès, Aldrich devient son propre producteur et signe des Films Noirs mythiques, en particulier EN QUATRIÈME VITESSE d'après Mickey Spillane. Sa relecture originale et désabusée des genres hollywoodiens se poursuit avec ATTAQUE en 1956, film de guerre mettant en scène un officier lâche parmi les rangs américains de la seconde guerre mondiale. Ces œuvres lui valent l'admiration des critiques européens.

Dans QU'EST-IL ARRIVÉ À BABY JANE ?, il réunit deux stars hollywoodiennes vieillissantes : Bette Davis (Oscar de la meilleure actrice pour L'INSOUMISE de William Wyler en 1938) et Joan Crawford (co-star de L'INCONNU en 1927 aux côtés de Lon Chaney, Oscar de la meilleure actrice pour LE ROMAN DE MILDRED PIERCE de Michael Curtiz en 1945). Leurs carrières respectives sont alors sur la pente descendante et elles sont réputées se détester.

Dans un prologue réussi, Aldrich met habilement en place son drame. "Baby Jane" était une star-enfant capricieuse, mais une fois arrivée à l'âge adulte, sa carrière s'est effondrée. Sa sœur Blanche a passé son enfance dans son ombre, avant de devenir une grande actrice hollywoodienne. Un accident de voiture mystérieux a pourtant cloué Blanche sur une chaise roulante et détruit sa carrière. Blanche partage alors sa maison avec Jane, chargée de prendre soin d'elle.

QU'EST-IL ARRIVÉ À BABY JANE ? est un Film Noir dépeignant d'une manière sombre et désenchantée les coulisses de Hollywood, comme Aldrich l'a déjà fait dans LE GRAND COUTEAU, et comme il le fera à nouveau avec LE DEMON DES FEMMES.

La présence de Bette Davis évoque aussi EVE, aigre description des manigances d'une jeune actrice souhaitant devenir star à Broadway. QU'EST-IL ARRIVÉ À BABY JANE ? rappelle encore BOULEVARD DU CRÉPUSCULE de Billy Wilder : dans ce mélange de Film Noir et de mélodrame de 1950, une star oubliée du cinéma muet, incapable d'accepter sa déchéance, sombre dans la folie. Tous ces films montrent le visage sordide du show business, la versatilité de la gloire et les dangers du vedettariat. Comme le feront plus tard, L.A. CONFIDENTIAL de Curtis Hanson en 1997, ou MULHOLLAND DRIVE de David Lynch en 2001...

Outre une peinture amère de Hollywood, QU'EST-IL ARRIVÉ À BABY JANE ? constitue un suspense sombre ainsi que la description d'une plongée dans la folie. Il est intéressant de le rapprocher de SOUDAIN, L'ÉTÉ DERNIER, autre histoire d'emprise ambiguë et cruelle de 1959, signée Joseph L. Mankiewicz, dans laquelle une riche veuve (Katharine Hepburn) cherche à faire passer pour folle sa nièce (Elizabeth Taylor) afin qu'elle soit lobotomisée et ne puisse plus révéler un lourd secret familial.

Ici, Baby Jane, instable, refuse le déclin de sa carrière et régresse dans l'infantilisme. Elle se vêt et se maquille comme la fillette-star qu'elle a été. Jalouse de sa sœur Blanche, elle la séquestre et la soumet à des ordalies psychologiques et physiques. Jane élimine ceux qui se dressent contre ses plans. C'est Bette Davis, considérablement enlaidie, qui tient ce rôle de manière époustouflante. Ce huis-clos entre une femme paralysée et son bourreau dérangé inspirera sûrement Stephen King et Rob Reiner pour les mécanismes de MISERY, autre critique amère du star-system sur fond de séquestration.

Les décors baroques de la villa, filmés dans un noir et blanc angoissant, évoquent, certes, la demeure de la vedette déchue de BOULEVARD DU CRÉPUSCULE, mais aussi le thriller gothique DEUX MAINS, LA NUIT, voire le film de maison hantée LES INNOCENTS. Le comportement violent et sadique de Baby Jane, ainsi que ses pathétiques minauderies achèvent de faire pencher QU'EST-IL ARRIVÉ À BABY JANE ? vers le film d'horreur, rappelant le portrait dément de Norman Bates dans PSYCHOSE d'Alfred Hitchcock.

Pourtant, nous nous permettons de trouver des faiblesses à QU'EST-IL ARRIVÉ À BABY JANE ? Le suspense, qui se doit d'être infaillible pour qu'un tel film fonctionne, fait parfois défaut. Si le spectateur est surpris par les étonnantes recettes de cuisine concoctées par Baby Jane, il s'ennuie parfois. Après un prologue nerveux, le récit prend du temps à se mettre en place et les rebondissements, parfois prévisibles, se succèdent lentement. La durée de plus de deux heures se fait sentir.

Quant à l'exploitation du décor gothique et la photographie en noir et blanc, elles ne sont pas aussi efficaces et étonnantes que dans PSYCHOSE, LES INNOCENTS ou LA MAISON DU DIABLE de la même époque, QU'EST-IL ARRIVÉ À BABY JANE ? adoptant un ton plus cru et réaliste. Le final sur la plage, son renversement intéressant ainsi que sa mélancolie apaisée et cruelle, sont au crédit du métrage. La danse finale de Baby Jane qui dans sa folie, prend la foule des curieux venus assister à son arrestation pour son public perdu, s'avère un nouvel emprunt à la conclusion de BOULEVARD DU CRÉPUSCULE.

QU'EST-IL ARRIVÉ À BABY JANE ? nous a un brin déçu de la part du brillant metteur en scène de EN QUATRIEME VITESSE et ATTAQUE.  Nous le situons en dessous des films d'alors les plus intéressants mêlant horreur et folie, tels PSYCHOSE, LES INNOCENTS ou REPULSION.

Néanmoins, ce film reçoit un accueil enthousiaste de la critique américaine et du public. Il lance de nouvelles carrières pour Joan Crawford et Bette Davis. Avec cette dernière, Robert Aldrich tourne peu après CHUT, CHUT, CHÈRE CHARLOTTE, autre thriller horrifique dans la lignée de QU'EST-IL ARRIVÉ À BABY JANE ?. Bette Davis trouve ensuite sa place dans deux films de la Hammer intéressants : CONFESSION A UN CADAVRE où elle interprète la nounou d'un enfant dérangé ; et THE ANNIVERSARY dans lequel elle incarne une matriarche toxique.

QU'EST-IL ARRIVÉ À BABY JANE ? lance une mode consistant à remettre en vedette des comédiennes vieillissantes. Par exemple Curtis Harrington signe coup sur coup WHAT'S THE MATTER WITH HELEN ? et QUI A TUE TANTE ROO ?, avec Shelley Winters.

La rivalité entre Bette Davis et Joan Crawford reste si légendaire à Hollywood qu'elle donne lieu en 2017 à la série télévisée FEUD de Ryan Murphy, centrée sur la création de QU'EST-IL ARRIVÉ À BABY JANE ?, avec Susan Sarandon en Bette Davis, Jessica Lange en Joan Crawford et Alfred Molina en Robert Aldrich !

Rédacteur : Emmanuel Denis
Photo Emmanuel Denis
Un parcours de cinéphile ma foi bien classique pour le petit Manolito, des fonds de culottes usés dans les cinémas de l'ouest parisiens à s'émerveiller devant les classiques de son temps, les Indiana Jones, Tron, Le Dragon du lac de feu, Le Secret de la pyramide... et surtout les Star Wars ! Premier Ecran fantastique à neuf ans pour Le retour du Jedi, premier Mad Movies avec Maximum Overdrive en couverture à treize ans, les vidéo clubs de quartier, les enregistrements de Canal +... Et un enthousiasme et une passion pour le cinéma fantastique sous toutes ses formes, dans toute sa diversité. S'il fallait faire mienne une maxime en la matière, je reprendrais (de mémoire !) une citation de Roman Polanski : «les personnes qui aiment vraiment le cinéma aiment le fantastique» !
47 ans
1 news
447 critiques Film & Vidéo
1 critiques Livres
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
8,00
4 votes
Ma note : -