Header Critique : DEEP RIVER SAVAGES (AU PAYS DE L'EXORCISME)

Critique du film et du DVD Zone 0
DEEP RIVER SAVAGES 1973

AU PAYS DE L\'EXORCISME 
ATTENTION : Cette critique est très ancienne et est convertie de manière automatique ! Veuillez nous excuser s'il y a des problèmes d'affichage !


Umberto Lenzi touche à tous les styles, du film de guerre au giallo en passant par l'aventure, avant de tomber sur ce qui va le rendre célèbre dans le bon et le mauvais sens. Le film de cannibales dont il signera l'un des titres les plus extrêmes avec CANNIBAL FEROX. Pourtant, tout commence avec un film qui passera finalement assez inaperçu. Non pas que l'on n'ait jamais vu de films de cannibales jusque-là... Ni même de film pseudo anthropologique. Mais avec AU PAYS DE L'EXORCISME, il met en boite un film précurseur de la vague qui va suivre. Tous les ingrédients sont déjà là : un environnement tribal au milieu de la jungle, un aspect limite documentaire dépeignant les moeurs des indigènes et, bien sûr, les incontournables scènes où des animaux se font occire sans trucage.

Pourtant, le film restera en quelque sorte un inconnu par rapport à CANNIBAL HOLOCAUST alors qu'il est réalisé environ six ans auparavant le film phare du genre. Précisons que AU PAYS DE L'EXORCISME ne cherche pas à faire dans le sulfureux. Lenzi réalise jusque-là pas mal de films d'aventures dans des contextes fort différents. Et c'est exactement ce qu'est AU PAYS DE L'EXORCISME, un simple film d'aventures qui lorgne, il faut bien le dire, sur UN HOMME NOMME CHEVAL. Les deux films étant très proches dans leur structure, il n'y a guère que le lieu et la date de l'action qui changent (la jungle thaïlandaise des années 70 contre l'ouest sauvage des Etats-Unis). Capturé par une tribu d'indigènes, un journaliste est tout d'abord utilisé comme esclave. Puis, il finit par se faire accepter par la tribu en passant par divers rites et épreuves, guidé, ici, par l'amour que lui porte une sauvageonne. Ce qui nous donne droit à des séquences champêtres assez fleur bleue !

Si l'on ne doit voir qu'un défaut dans ce film, c'est Me Me Lay qui doit être l'une des rares jeunes femmes à réussir à nous prouver qu'elle n'a rien dans la tête, même lorsqu'elle n'essaye pas de jouer. Un jugement peut-être hâtif puisque nous ne la connaissons pas personnellement mais c'est exactement l'impression qui ressort de son interprétation. Ivan Rassimov est, quant à lui, franchement bon surtout qu'il porte sur ses épaules toute l'entreprise.

Plutôt sympathique, AU PAYS DE L'EXORCISME n'est pas réellement un film gore. Loin de là... Et c'est peut-être pour cette raison que le film n'est pas aussi reconnu qu'un CANNIBAL HOLOCAUST. Une leçon que Lenzi mettra en pratique en sortant l'ultime CANNIBAL FEROX beaucoup plus tard. Faut-il ajouter que le titre français du film n'avait rien pour l'aider sur notre territoire. D'exorcisme, vous n'en trouverez pas ici. On suppose que le distributeur français avait voulu, à l'époque, capitaliser sur le succès en vogue à ce moment-là : L'EXORCISTE. Une pratique pas très honnête mais que l'on trouve amusante à présent tellement c'est ridicule !



Parlons de ces fameuses scènes qui font couler généralement beaucoup d'encre à propos des morts réelles d'animaux. De notre côté, nous ne sommes pas choqués par ce type de scène. Surtout que si l'on gratte un peu, on peut en trouver dans de grosses productions américaines (APOCALYPSE NOW ?) sans que cela n'ait l'air de gêner grand monde. On nous rétorquera qu'il n'est pas normal de sacrifier des animaux au Dieu cinéma. Nous sommes d'accord. Toutefois, dans le cas présent, le film dépeint la manière de vivre d'une société tribale. Faut-il alors se voiler la face puisqu'il s'agit d'un film de fiction alors que l'on peut trouver le même genre de scènes, parfois pire, dans des documentaires qui montrent eux aussi les rites des tribus ? La mort d'animaux nous choque déjà beaucoup plus dans des films qui n'ont pas une justification précise (CAMP 731 ?).

Winson fait partie de ces éditeurs dont on a du mal à discerner la provenance. Hollande ? Probablement puisque le DVD de DEEP RIVER SAVAGES est présenté en PAL. Pourtant, il semblerait qu'il existe aussi un éditeur Winson au Japon (à moins que cela ne soit une filiale, allez savoir !). Autant dire que ce DVD ne se trouve pas dans n'importe quel magasin. Mais qu'importe, puisque techniquement, la qualité est loin d'être au rendez-vous. Le générique du film est présenté dans son format large d'origine (2.35) avant de laisser la place à un Pan And Scan fort désagréable. Personnages aux têtes presque toujours mal cadrées, action hors champ, parfois même des effets gores qui deviennent invisibles... Assez catastrophique ! Le néophyte serait presque tenté de croire que Umberto Lenzi est un tâcheron incapable de réaliser un plan correct. Ne vous fiez pas à cela, c'est vraiment ce transfert vidéo qui est calamiteux ! Ajoutons de gros défauts de pellicule (énormes griffures, pellicule qui se barre montrant les perforations...). J'en oubliais presque de dire que l'image manque de précision et délivre des couleurs assez fades. La bande-son, elle, ne souffre pas de véritable défaut et présente une version anglaise exclusivement, sans aucun sous-titrage.

A part le fan pur et dur de Umberto Lenzi (il y en a ?), on se demande qui voudra à tout prix mettre la main sur ce DVD ? Le cinéphile (?) qui ne l'a jamais vu ? On serait tenté de lui donner le conseil de mettre la main sur une VHS. Seul écueil, le film n'est plus commercialisé depuis pas mal de temps déjà en cassette dans notre pays. Et les vidéoclubs qui doivent encore en détenir une copie se comptent certainement sur les doigts d'une main. Finalement, ce DVD n'a peut-être pas que de mauvais côtés !

Rédacteur : Christophe Lemonnier
Photo Christophe Lemonnier
Ancien journaliste professionnel dans le domaine de la presse spécialisée où il a oeuvré durant plus de 15 ans sous le pseudonyme "Arioch", il est cofondateur de DeVilDead, site d'information monté en l’an 2000. Faute de temps, en 2014, il a été obligé de s'éloigner du site pour n'y collaborer, à présent, que de manière très sporadique. Et, incognito, il a signé de nombreuses chroniques sous le pseudonyme de Antoine Rigaud ici-même.
52 ans
10125 news
565 critiques Film & Vidéo
4 critiques Livres
On aime
Film d'aventure sympa
On n'aime pas
Transfert Pan And Scan calamiteux
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
6,67
3 votes
Ma note : -
L'édition vidéo
IL PAESE DEL SESSO SELVAGGIO DVD Zone 0 (Hollande)
Editeur
Winson
Support
DVD (Simple couche)
Origine
Hollande (Zone 0)
Date de Sortie
Durée
1h29
Image
1.33 (4/3)
Audio
English Dolby Digital Mono
Sous-titrage
  • Aucun
  • Supplements
    Menus
    Menu 1 : DEEP RIVER SAVAGES (AU PAYS DE L'EXORCISME)
    Autres éditions vidéo