Header Critique : SURVIVANTS DE L'INFINI, LES (THIS ISLAND EARTH)

Critique du film et du Blu-ray Zone B
LES SURVIVANTS DE L’INFINI 1954

THIS ISLAND EARTH 

Le professeur Meacham reçoit à son laboratoire les plans d'une machine ainsi que les pièces détachées pour l'assembler. Poussé par sa curiosité scientifique, il relève le défi, ce qui va le mener à vivre une aventure incroyable sur Terre mais aussi dans l'espace !

Les années 30 sont marquées par l'âge d'or du cinéma fantastique lancé par le studio Universal, avec notamment quelques chefs-d'œuvre du cinéma d'horreur. La plupart des studios suivront cette vague en produisant leurs propres films horrifiques. Au début des années 50, c'est la science-fiction qui reprend le flambeau. Si l'on trouve déjà des éléments de science-fiction dans les oeuvres antérieures avec des savants plus ou moins fous, cette décennie se tourne vers les étoiles et les extraterrestres. Dans ce registre, le studio Universal est plutôt en retard. George Pal a déjà produit DESTINATION LUNE et, au sein de la Paramount, il s'est occupé du CHOC DES MONDES puis de LA GUERRE DES MONDES. Les trois films ont d'ailleurs la particularité d'avoir été tournés en Technicolor, donnant des couleurs resplendissantes à ces aventures spatiales et aux créatures extraterrestres. Dans le même temps, pas mal de films sont produits sur ce thème, et à l'économie, par de petites maisons de production comme CAT-WOMEN OF THE MOON ou encore DEVIL GIRL FROM MARS. Le studio Universal va donc suivre le mouvement en produisant LE METEORE DE LA NUIT de Jack Arnold, en noir et blanc, sans comédien de renom et avec, comme seule fantaisie onéreuse, la 3D. Pendant ce temps, Sabre Productions, une petite société indépendante, obtient les droits d'une histoire de science-fiction parue en 1952 dans trois numéros consécutifs du magazine Thrilling Wonder Stories. C'est le réalisateur Joseph Newman qui en a acheté les droits et pense le réaliser avec le support de Sabre Productions. L'auteur de l'histoire originale, Raymond F. Jones, sera laissé de côté et l'écriture du scénario des SURVIVANTS DE L'INFINI sera confiée à Edward G. O'Callaghan qui mettra l'accent sur le conflit galactique. Mais la maison de production s'aperçoit assez vite que le scénario sera bien trop cher à filmer ! Le studio Universal cherche à ce moment-là à produire un nouveau film de science-fiction. Les deux maisons de productions s'associent donc naturellement pour mettre en chantier LES SURVIVANTS DE L'INFINI. Le réalisateur Joseph Newman reste à la barre du film mais Universal demande au producteur William Alland de chapeauter le projet. Attaché aux films de monstres, le studio Universal demande à ce qu'au moins une créature extraterrestre soit ajoutée à l'histoire. Pourtant, dans l'histoire originale, il n'est fait aucune mention d'un imposant mutant qui sert donc surtout ici à donner un attrait commercial au film ! Enfin, il est décidé que le film sera tourné en Technicolor. Jusque là, tous les films fantastiques produits par le studio étaient en noir et blanc à l'exception du FANTOME DE L'OPERA et de THE CLIMAX sortis une dizaine d'années auparavant. La majeure partie du budget sera essentiellement allouée à la technique et aux effets spéciaux impressionnants pour l'époque. Ces passages spectaculaires sont en grande partie placés dans la dernière partie du film. Décors majestueux, ravages d'une guerre sur une autre planète ou encore les détails du fonctionnement d'une machine à décompression laissant apparaître les squelettes de ceux qui l'utilisent. Pour les années 50, c'est un véritable festival d'effets incroyables qui s'ajoutent aux couleurs explosives du Technicolor. Néanmoins, une scène se pare de couleurs étranges et cela n'a, en réalité, rien d'un choix intentionnel de la production. Les perruques très blanches des extraterrestres apparaissant bien trop lumineuses à l'écran, il fut choisi d'altérer les couleurs de ces scènes tout en atténuant celles des perruques pour la suite du tournage. Au final, cette étrange séquence donne une ambiance d'un autre monde à ce spectacle de science-fiction.

Puisque l'essentiel du budget est alloué aux effets spéciaux, le studio Universal pioche dans son vivier d'acteurs sous contrat. Rex Reason devient le héros des SURVIVANTS DE L'INFINI, ce qui n'était pas gagné d'avance. En effet, à l'issue d'un contrat chez Columbia, il accepte de passer chez Universal pour y faire sept films. Pour les deux premiers, il n'incarnera pas le héros mais plutôt le personnage maléfique. Il sera alors le frère de Rock Hudson dans TAZA, FILS DE COCHISE alors que les deux comédiens ne ressemblent pas du tout à des Amérindiens. L'acteur ne donne pas non plus l'impression d'être originaire du Maroc mais il interprétera pourtant le propriétaire d'un harem pour YANKEE PASHA. Le vent tourne avec LES SURVIVANTS DE L'INFINI et puisque le comédien devient le héros, il va en profiter pour régler un petit souci. Pour ses deux premiers films chez Universal, le studio lui a donné le nom de Bart Roberts. Il demande donc instamment à être crédité sous son vrai nom, Rex Reason, pour ce troisième film ! Jeff Morrow et Faith Domergue complètent une distribution composée d'acteurs peu renommés et plus généralement cantonnés aux seconds rôles.

A l'issue d'environ six semaines de tournage, le producteur William Alland n'est pas convaincu par les scènes se déroulant sur la planète Metaluna. Il demande donc aux comédiens de revenir pour tourner de nouvelles séquences. Si Jack Arnold se trouve bien en coulisse à ce moment là, une rumeur indique que le réalisateur de L'ETRANGE CREATURE DU LAC NOIR et de TARANTULA aurait tourné les scènes additionnelles. En réalité, rien ne permet de l'affirmer surtout que le comédien Rex Reason affirme, quant à lui, que le film a bel et bien été entièrement tourné par Joseph Newman ! Cette rumeur non confirmée persiste donc et continuera sûrement d'exister à l'avenir à force d'avoir été rabâchée...

Si LES SURVIVANTS DE L'INFINI est à présent considéré comme un classique, à l'époque de sa sortie, Universal ne trouvait pas les résultats au box office encourageants compte tenu du budget mis en oeuvre. Le studio va alors de nouveau produire quelques films de science-fiction à moindre coût, en noir et blanc et mettant en avant des monstres. Ce sera le cas de TARANTULA ou encore de LA CHOSE SURGIT DES TENEBRES. Pour ce dernier, Universal pense utiliser Rex Reason mais l'acteur préfère passer son tour. En effet, il vient de tourner LA CREATURE EST PARMI NOUS, une nouvelle fois en compagnie de Jeff Morrow, et aspire à être plus que le faire valoir d'autres créatures au cinéma ! Quant à eux, les comédiens Jeff Morrow et Faith Domergue se retrouveront bien plus tard sur le tournage de BLOOD LEGACY au début des années 70.

Plus de soixante ans après sa réalisation, LES SURVIVANTS DE L'INFINI aura peut-être un peu de mal à convaincre les plus jeunes spectateurs. Le déroulement de l'intrigue s'avère très déséquilibré. Les deux premiers tiers du film se passent sur Terre et, après un démarrage intrigant, l'histoire s'enlise un peu au contact d'un étrange institut scientifique. Cette partie des SURVIVANTS DE L'INFINI est assurément la plus faible, ne faisant en réalité que très peu avancer l'histoire pour nous amener enfin vers un voyage galactique jusqu'à la planète Metaluna. Cette dernière partie a le mérite d'être spectaculaire. Mais soyons objectifs, l'épilogue des SURVIVANTS DE L'INFINI donne l'impression que les héros humains n'ont pas servi à grand chose. On pourrait bien sûr rattacher ce film à un classique réalisé quelques années plus tôt, LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA de Robert Wise. Toutefois, si on peut percevoir une critique concernant un conflit armé et l'escalade des armes utilisées, ce propos est bien peu affirmé. Dans l'oeuvre littéraire originale, les extraterrestres faisaient travailler les humains sur des armes. Alors que dans le film, il est question de produire une grande quantité d'énergie de manière à se protéger. Autant dire que LES SURVIVANTS DE L'INFINI s'oriente plutôt vers les films paranoïaques utilisant les extraterrestres comme une menace diffuse héritée de la Guerre Froide. Cela s'avère assez évident puisque durant la partie se déroulant sur Terre, il est question d'agents infiltrés et de détournements de procédés scientifiques pour une puissance extérieure. Une fois sur Metaluna, la véritable menace est une peuplade extraterrestre qui mène une guerre aveugle et sans fondement contre ses voisins jusqu'à les exterminer. Toutes ces considérations restent en arrière plan, le héros des SURVIVANTS DE L'INFINI ne se pose pas vraiment de question. On sera même très surpris que le couple de scientifiques ne s'étonne jamais vraiment des merveilles du monde extraterrestre. Ils traversent cette intrigue sans avoir réellement de prise dessus, leur inutilité étant au final assez logique. La créature imposée par le studio Universal est tout aussi gratuite. Sa présence ne sert qu'à donner l'occasion à la jeune première de pousser un hurlement de terreur avant d'être sauvée par le héros. Rien de véritablement exceptionnel dans cette intrigue. Le statut de «classique», LES SURVIVANTS DE L'INFINI l'a obtenu au fil du temps grâce à ceux qui l'ont découvert à sa sortie ou bien lors de leur enfance et qui en ont conservé un souvenir mémorable. Les années ont passé et force est de constater que cette aventure de science-fiction conserve un véritable charme en raison de ses couleurs pimpantes et de ses effets spéciaux sympathiques. Pour le reste, il s'agit aussi d'une oeuvre maladroite et aux héros transparents. LES SURVIVANTS DE L'INFINI est tout de même un agréable jalon de la science-fiction, pas plus !

LES SURVIVANTS DE L'INFINI était déjà sorti en France mais seulement en DVD. A présent, Elephant Films ressort le film en DVD mais aussi en Blu-ray. Ne vous demandez pas quelle édition choisi, le DVD et le Blu-ray sont dans la même boîte. L'éditeur présente LES SURVIVANTS DE L'INFINI dans un transfert 16/9 en haute définition, proche du cadrage cinéma d'origine. L'image est plutôt jolie mais ce sont avant tout les couleurs tranchées qui sont mises à l'honneur. Car, justement, ces couleurs n'ont jamais été aussi bien retranscrites en vidéo et avec une stabilité sans faille. L'éditeur propose deux pistes audio en mono d'époque : la version originale sous-titrée et le doublage français.

En complément, l'éditeur propose de nombreuses bandes-annonces de films Fantastiques issus de son catalogue, parmi lesquelles on retrouve celle des SURVIVANTS DE L'INFINI. A côté, on peut aussi jeter un oeil à une petite galerie de photos. Enfin, l'éditeur a produit un véritable supplément pour présenter le film. Christophe Lemaire dresse un portrait des SURVIVANTS DE L'INFINI. Malheureusement, il semble souvent hésitant à coup de «Je crois que», «J'imagine» voire même «Je ne sais pas !». Au final, cette intervention ne fait pas très sérieux surtout qu'elle contient des erreurs assez notables. Par exemple, Christophe Lemaire confond Howard Hugues avec Howard Hawks ce qui nous donne une anecdote à côté de la plaque. Pas mal d'approximations dans ce petit supplément qui a le mérite d'exister mais pour lequel l'intervenant aurait peut-être dû faire un peu plus sérieusement son travail plutôt qu'afficher sa nonchalance habituelle !

Rédacteur : Christophe Lemonnier
Photo Christophe Lemonnier
Ancien journaliste professionnel dans le domaine de la presse spécialisée où il a oeuvré durant plus de 15 ans sous le pseudonyme "Arioch", il est cofondateur de DeVilDead, site d'information monté en l’an 2000. Faute de temps, en 2014, il a été obligé de s'éloigner du site pour n'y collaborer, à présent, que de manière très sporadique. Et, incognito, il a signé de nombreuses chroniques sous le pseudonyme de Antoine Rigaud ici-même.
51 ans
10037 news
562 critiques Film & Vidéo
4 critiques Livres
On aime
Les effets spéciaux
Le Technicolor
On n'aime pas
Un supplément hésitant
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
6,67
6 votes
Ma note : -
L'édition vidéo
THIS ISLAND EARTH Blu-ray Zone B (France)
Editeur
Support
Blu-Ray (Double couche)
Origine
France (Zone B)
Date de Sortie
Durée
1h27
Image
1.33 (4/3)
Audio
English Dolby Digital Mono
Francais Dolby Digital Mono
Sous-titrage
  • Français
  • Supplements
    • Présentation du filmn (22mn)
    • Bandes-annonces
    • Galerie de photos
    Menus
    Menu 1 : SURVIVANTS DE L'INFINI, LES (THIS ISLAND EARTH)
    Autres éditions vidéo