Header Critique : WEEK-END DE TERREUR (APRIL FOOL'S DAY)

Critique du film et du DVD Zone 2
WEEK-END DE TERREUR 1986

APRIL FOOL'S DAY 

Nous sommes le week-end du premier avril et la jeune et riche Muffy St John attend sur son île privée l'arrivée de neuf de ses plus proches amis, conviés à des festivités qu'elle leur promet inoubliables. Dix invités, une île et, bientôt, d'étranges disparitions et révélations : pour ce qui est de la trame, WEEK-END DE TERREUR donne donc clairement dans le référentiel.

Toutefois, plus qu'au whodunit, c'est au genre slasher que se rattache prioritairement ce troisième long-métrage de Fred Walton, auteur sept ans auparavant d'un premier film désormais classique, le thriller horrifique TERREUR SUR LA LIGNE. WEEK-END DE TERREUR est quant à elle une œuvre de fin de cycle qui, comme beaucoup de films placés dans la même situation – et sans vouloir déflorer une partie du timide suspense proposé ici – prend le parti de jouer avec recul et humour sur les codes du genre dont il se réclame. Il n'est d'ailleurs pas inintéressant de relever que la même année, le JASON LE MORT-VIVANT de Tom McLoughlin, alors dernier volet en date de la franchise phare du genre slasher, choisissait lui aussi d'injecter une bonne dose d'ironie, frôlant la parodie, dans son cocktail de suspense et d'horreur gore, annonçant en quelque sorte la capitulation d'un genre en voie de ringardisation.

Ecrite par Danilo Bach, scénariste à l'origine du script du premier FLIC DE BEVERLY HILLS, l'intrigue de ce WEEK-END DE TERREUR joue donc très volontiers sur les codes du slasher. A commencer par une description gaillardement caricaturale de la jeunesse ne travaillant, pour une bonne partie de celle-ci, qu'à soigner au plus vite ses poussés hormonales. Enfin, l'évolution de sa trame à suspense, là encore peu avare de clichés, dans la grande tradition du genre, et d'incohérences plus ou moins évidentes. En ce sens, le peu de crédibilité que l'on accordera au récit et à sa résolution ne peut être vu comme un écueil ou même une limite à l'œuvre globale. WEEK-END DE TERREUR est un spectacle volontairement factice sachant parfaitement où il va, comme l'indiquent astucieusement les séquences d'ouverture et de fin, authentiques clins d'œil au spectateur visant à lui rappeler qu'il est là pour s'amuser et que le jeu consiste ici essentiellement à démonter les ressorts d'une partie de «Bouh, fais-moi peur». Revers de la médaille, WEEK-END DE TERREUR risque pour les même raisons de s'aliéner l'amateur de premier degré, qui forcement ne trouvera pas ici ce qu'il est venu chercher et risque à l'évidence de l'avoir «mauvaise» au terme de 85 petites minutes d'un exercice de style et de fond un rien gratuit.

Les autres ne manqueront en revanche pas d'apprécier le travail de Fred Walton, qui s'impose une fois encore comme un remarquable créateur d'atmosphère sachant merveilleusement jouer avec nos peurs primaires, peur du noir et de l'isolement. Le rythme des séquences à suspense, la gestion de l'espace, mais aussi le soin porté aux éclairages et à l'environnement sonore : dans cette multiplication de cadres particulièrement évocateurs visant à générer l'angoisse, on sort assurément du seul créneau du film d'horreur pour adolescents. Et le plaisir immédiat que procure ce divertissement fort bien fichu se voit ainsi doublé d'une plus cérébrale réflexion sur la mise en scène du suspense à l'écran… Finalement en rapport assez étroit avec le sujet même du film.

Bien plus qu'un slasher lambda, WEEK-END DE TERREUR est donc une intéressante et ludique mise en abyme d'un genre mineur qui n'a certainement pas volé le petit statut culte qu'il aura gagné au fil des années.

Un peu moins emballant que le film est sans doute le DVD Paramount sorti chez nous en 2003. La copie 2.35 proposée à cette occasion est tout ce qu'il y a de plus correcte, à peine entachée de quelques petites poussières sur la séquence du générique de début. En revanche, du côté des spécificités sonores, il faudra se contenter de la version anglaise pour apprécier le film dans sa formule 5.1, la version française se trouvant quant à elle uniquement disponible en son Dolby Surround, encodé donc sur deux canaux. Retenons néanmoins que, parmi pléthore d'options allant du finnois au grec, des sous-titres français sont à disposition de l'angliciste hésitant. Bref, rien de rédhibitoire à signaler côté image et son.

Là où la galette laisse méchamment le client sur sa faim, ce serait plutôt du côté des bonus puisque, pour faire court, c'est «nada», rien, pas même une bande-annonce. N'excusant pas ce vide interactif, Paramount paye toutefois au DVDphile frustré sa petite brochure intérieure reprenant au recto l'affiche de la jaquette DVD (par ailleurs conforme à la jaquette de la VHS sortie chez nous mais différente de notre affiche cinéma hexagonale) et, au verso, l'énumération des 15 chapitres du film.

Clairement pas l'édition numérique que mériterait ce film plus riche qu'il n'y parait, mais un DVD de bonne facture, permettant au moins d'apprécier le travail du discret Fred Walton dans de bonnes conditions, en attendant une présentation un peu plus conséquente en termes de suppléments.

Rédacteur : Emmanuel Verlet
48 ans
6 critiques Film & Vidéo
On aime
Un petit film malin
Une édition qualitativement sastifaisante
On n'aime pas
L'absence totale de bonus
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
7,14
7 votes
Ma note : -
L'édition vidéo
APRIL FOOL'S DAY DVD Zone 2 (France)
Editeur
Support
DVD (Double couche)
Origine
France (Zone 2)
Date de Sortie
Durée
1h25
Image
2.35 (16/9)
Audio
English Dolby Digital 5.1
Francais Dolby Digital Stéréo Surround
German Dolby Digital Stéréo Surround
Spanish Dolby Digital Stéréo Surround
Italian Dolby Digital Mono
Sous-titrage
  • Anglais
  • Français
  • Supplements
      Aucun
    Menus
    Menu 1 : WEEK-END DE TERREUR (APRIL FOOL'S DAY)
    Autres éditions vidéo