Header Critique : GUNBUSTER (TOP O NERAE!)

Critique du film et du DVD Zone 2
GUNBUSTER 1988

TOP O NERAE! 

Suite au tragique décès de son père, commandant d'un vaisseau spatial détruit par des forces aliens, la jeune Noriko décide de suivre ses pas et s'engage dans une école spécialisée destinée à former des jeunes filles au pilotage de robots de combat. De piètre élève, Noriko se retrouve, sous l'impulsion de son coach, propulsée parmi une escouade d'élites afin de défendre l'humanité contre la menace extra-terrestre. Une arme ultime peut sauver la terre : le Gunbuster, une nouvelle génération de robots ultra puissants.

GUNBUSTER est un des premiers opus des studios Gainax à qui l'on doit des titres connus comme LES AILES D'HONNEAMISE, la saga des EVANGELION ou NADIA ET LE SECRET DE L'EAU BLEUE. La série a été réalisée en 1988 par Hideaki Anno, un habitué des studios Gainax puisqu'il a travaillé sur les animés précédemment cités mais aussi sur d'autres productions célèbres telles que la série MACROSS (ROBOTECH), LE TOMBEAU DES LUCIOLES ou NAUSICAA ET LA VALLEE DU VENT.

L'univers des robots est très présent dans la culture nippone, notamment au travers de l'animation qui, dès les années 70, met en scène des super héros mécaniques. Ainsi GUNBUSTER fait partie de cette famille qui porte en son sein des succès tels que GOLDORAK, MACROSS, PATLABOR et autres GUNDAM. Célèbre au Japon, la série GUNBUSTER est vue par ses fans comme l'une des meilleures du genre. L'intrigue en est toutefois habituelle : pour sauver la terre menacée par les extra-terrestres, une brigade d'élite est envoyée dans l'espace afin de combattre l'ennemi. Selon toute vraisemblance, GUNBUSTER serait inspiré de "Etoiles, Garde à Vous!" de Robert A. Heinlein, adapté au cinéma avec STARSHIP TROOPERS, et narrant une guerre interstellaire entre les humains et des extra-terrestres à l'aspect d'insectes géants. Le rapprochement s'arrête là puisque cette série s'écarte de la dénonciation politique de l'adaptation cinématographique de Paul Verhoeven tourné environ une décennie plus tard pour se pencher sur des sujets plus introspectifs.

La série est composée de six épisodes. Ce nombre réduit évite d'un côté les longueurs et les répétitions que l'on peut parfois reprocher à ce genre. De l'autre, l'action doit s'installer en très peu de temps, ce qui ne permet pas de développer, à regret, certains passages. Trop succincts, ils laissent le soin au spectateur de traduire lui-même l'évènement, de broder autour. Par exemple, la relation amoureuse entre l'héroïne Noriko et son jeune collègue pilote est seulement ébauchée. De même pour les combats : pas de bagarres véritablement choc entre robots et aliens. On ne voit que des fractions de face à face, l'attaque se focalisant sur quelques impacts. Ceci se justifie aussi peut-être par une volonté de plaire aussi bien à un public masculin que féminin.

Au niveau graphique, l'animation classique a un brin vieilli et le design est assez simple, tant sur les personnages que sur les robots. Un certain minimalisme se fait ressentir à la vision des flashbacks simplement crayonnés. Le dernier épisode est étonnamment en noir et blanc, un effet de style dans lequel certains verront un ton plus grave. Quant à l'ultime combat contre l'ennemi, ce n'est qu'une succession de planches de story-board filmées sur fond de musique symphonique. Cet aspect inachevé fait ainsi ressortir un manque de budget qui rend le visionnage quelque peu décevant.

Toutefois, au-delà de l'aspect tantôt «sommaire» du dessin, l'histoire aborde des sujets sérieux, notamment au travers des états d'âme de l'héroïne, qui sont autant de passages émouvants : la perte d'un être cher, le sens du devoir et du sacrifice et notamment le temps qui passe (la relativité entre le temps écoulé sur terre et celui dans l'espace). A chacun de leur retour chez elles, les protagonistes se rendent compte qu'en un laps de temps spatial, la vie sur terre a fait un bond en avant de plusieurs années : l'amie d'enfance est devenue mère de famille, au prochain retour c'est un être proche qui sera décédé… elles réalisent qu'elles passent à côté de moments importants de l'existence.

Le personnage principal de Noriko est attachant et évolue au fur et à mesure de l'histoire. L'adolescente du début, faible et naïve par son jeune âge et son manque d'expérience, laisse place à une jeune femme forte. Fragilisée par le décès prématuré d'un père adulé, puis celui de son premier amour, elle prend confiance en elle et surmonte les épreuves (deuil, rivalité, jalousie de ses pairs, doute sur ses capacités) pour devenir l'ange gardien de sa coéquipière et un élément moteur. Téméraire, elle tentera l'impossible voire le sacrifice face l'ennemi. A ce sujet, on retiendra une fin de combat symbolique : Noriko de son poste de pilotage arrache dans un dernier élan la poitrine métallique de son robot afin d'en sortir le moteur comme si elle en arrachait le coeur pour le donner en offrande. Une offrande pour sauver la terre.

La «gravité» apportée par ces thèmes contrebalance la légèreté d'autres scènes. En effet GUNBUSTER aurait pu initialement faire penser à une simple histoire de lycéennes entremêlée de combats. L'humour est bien sûr présent : les robots s'entraînent en faisant des pompes et des abdos. Le côté très «fan service» fait sourire : angles de vue en contre-plongée généreuse, plans sur les jeunes filles nues au sauna ou au sortir de la douche, la tenue de combat sexy et ultra mini, etc. Cette série se laisse donc regarder sans grande prétention toutefois.

L'édition intégrale Zone 2 est proposée par Beez Entertainment. Divisée en deux DVDs, chacun comprend trois épisodes avec pour seul bonus, une série de bandes-annonces du catalogue de l'éditeur sous forme de génériques. L'image au format 4/3 d'origine est de bonne tenue, même si le transfert semble un peu vieillot, et le son en Dolby Digital stéréo est honorable. En revanche, seule une piste en version originale sous-titrée nous est proposée. Une seconde saison de six nouveaux épisodes a été produite plus récemment (en 2004), sa sortie en DVD est prévue seulement au Japon pour l'instant.

Sans révolutionner le genre, GUNBUSTER est une honnête série de science fiction à la fois légère, sexy et émouvante. Outre une animation parfois simplifiée, certains regretteront un déroulement rapide de l'histoire et une intensité d'action réduite lors des batailles. L'édition bien que pauvre en suppléments est toutefois proposée à un prix très abordable.

Rédacteur : Sandrine Ahson
44 ans
15 critiques Film & Vidéo
On aime
Une série sympathique et des personnages attachants
On n'aime pas
L’animation parfois minimaliste donne une impression de bâclé
Des passages survolés du fait du nombre réduit d’épisodes
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
-
0 votes
Ma note : -
L'édition vidéo
TOP O NERAE! (Serie) DVD Zone 2 (France)
Editeur
Beez
Support
2 DVD
Origine
France (Zone 2)
Date de Sortie
Durée
2h45
Image
1.33 (4/3)
Audio
Japanese Dolby Digital Stéréo
Sous-titrage
  • Français
  • Supplements
      • Bandes annonces
      • Ghost in the shell : Stand Alone Complex
      • Witch Hunter Robin
      • Wolf’s Rain
      • .Hack//Sign
      • Candidate for Goddess
      • Jubei Chan
      • Clamp School Detectives
      • Saber Marionette J
    Menus
    Menu 1 : GUNBUSTER (TOP O NERAE!)
    Autres éditions vidéo