Header Critique : PANDORA (PANDORA AND THE FLYING DUTCHMAN)

Critique du film et du DVD Zone 2
PANDORA 1951

PANDORA AND THE FLYING DUTCHMAN 
ATTENTION : Cette critique est très ancienne et est convertie de manière automatique ! Veuillez nous excuser s'il y a des problèmes d'affichage !


Pandora est une femme merveilleusement belle mais terriblement blasée. Tous les hommes la courtisent, prêts à se damner pour elle, pour qu'elle leur concède un peu de son amour, ou même un peu de son intérêt. Elle joue de cette attirance qu'elle exerce sur les hommes, cruelle, impitoyable. C'est ainsi qu'un de ses courtisans, éperdu d'amour, se suicide sous ses yeux, tandis qu'elle reste imperturbable, s'attirant les foudres d'une amie quelque peu jalouse, il faut bien le dire. C'est ainsi qu'en échange d'une promesse de mariage, elle demande à Stephen de se séparer de sa précieuse voiture. Il obtempère sans hésiter, et jette son véhicule dans l'océan, gagnant par cet acte les faveurs de la belle. Femme d'honneur, elle compte bien honorer sa promesse, mais c'est un sacrifice pour elle, car elle n'éprouve rien pour cet homme. Elle est insatisfaite, mais est incapable d'en formuler les raisons, elle est en attente de quelque chose, mais elle ne sait pas quoi. Elle le comprend lorsqu'elle rencontre Hendrick Van der Zee interprété par James Mason. A l'instant où elle fait sa connaissance, elle réalise que cet homme lui apportera ce qui lui manque : l'amour. Ils tombent éperdument amoureux, mais Hendrick la rejette, pour la protéger, car il ne peut lui avouer son terrible secret.

Il se dégage de ce film une poésie inoubliable, d'abord par la grâce de Ava Gardner, qui fut consacrée plus belle femme du monde après ce rôle. Elle devint pour beaucoup d'hommes l'incarnation de la femme idéale, de celles que tous les hommes rêvent secrètement de séduire, fatale et docile à la fois, mystérieuse et belle à se damner. Ensuite par le romantisme qui se dégage de cette histoire d'amour absolu mais tragique, que l'on peut rapprocher de la légende de Tristan et Yseult, ou de l'histoire de Roméo et Juliette, imaginée par William Shakespeare. Des histoires d'amour fou, mais impossible, dont l'issue tragique ne peut être que la mort des amants enlacés, s'accordant sur cette terre une dernière étreinte passionnée. Seule la mort peut les réunir, et on imagine que dans les trois histoires, la vie commence vraiment pour ces couples dès lors qu'ils quittent leur enveloppe charnelle. Ces amours deviennent spirituelles, éternelles et indestructibles.



Ce film traite de deux thèmes, dont le premier est issu de la légende du Hollandais volant, colportée par les marins du XVè siècle, et dont Richard Wagner s'est inspiré pour composer son "Vaisseau Fantôme". Le second s'inspire de la légende de Pandore, la première femme d'après la mythologie grecque, celle qui par sa curiosité a condamné les hommes... Il en résulte une oeuvre magnifiée par la plastique parfaite de son héroïne, mais aussi par l'incroyable intensité avec laquelle chacun des protagonistes joue son personnage. James Mason y est tout simplement bouleversant, Ava Gardner n'est pas en reste : elle est inoubliable. La petite ville de Tossa de Mar, rebaptisée Esperanza dans le film de Albert Lewin, a même commandé à un sculpteur de renom, une statue de bronze à l'effigie de l'actrice dans le film, qui surplombe désormais la mer dans cette attitude scrutatrice qu'elle adopte dans PANDORA, lorsque Hendrick Van der Zee retourne sur son voilier. Peu après la sortie du film, Tossa de Mar est devenue une station où les touristes romantiques se sont pressés, conquis par cette légende qu'était devenue son interprète principale.

Il existait déjà une édition de ce disque aux Etat-Unis, chez Kino, mais elle n'apporte rien de plus que celui que nous proposent aujourd'hui les Editions Montparnasse, bien au contraire, et c'est tellement rare que cela mérite d'être souligné. En effet, l'éditeur a concocté un mini-documentaire, avec les moyens du bord, sur l'histoire du film, mais aussi sur les légendes de Pandore et du Hollandais volant. Même si on ne fait qu'effleurer ces sujets, on peut quand même saluer l'intention de l'éditeur qui s'efforce d'apporter un plus intéressant à ce disque, pour notre plus grand plaisir. Faut-il rappeler aussi que ce disque est proposé dans sa version originale sous titrée et en version française ?

Cette édition souffre malheureusement de quelques imperfections qui gâchent un peu le plaisir de le redécouvrir en DVD. En effet, le son est plat, ce qui n'a rien d'étonnant pour un film en mono, mais le plus ennuyeux est qu'il est crachotant par endroits. L'image, quant à elle, bénéficie d'une photo d'une rare qualité, et d'une maîtrise du Technicolor étonnante. L'usure du temps se fait pourtant sentir sur un master qui a du mal à garder la même colorimétrie en fonction des plans.

Rédacteur : Nadia Derradji
Cofondatrice du site DeVilDead en l’an 2000, Nadia Derradji s’est, depuis, orientée vers d’autres projets personnels et professionnels.
52 ans
84 critiques Film & Vidéo
On aime
La présence des deux acteurs principaux
Les magnifiques images
On n'aime pas
...
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
7,29
7 votes
Ma note : -
L'édition vidéo
PANDORA AND THE FLYING DUTCHMAN DVD Zone 2 (France)
Editeur
Support
DVD (Double couche)
Origine
France (Zone 2)
Date de Sortie
Durée
2h00
Image
1.33 (4/3)
Audio
English Dolby Digital Mono
Francais Dolby Digital Mono
Sous-titrage
  • Français
  • Supplements
    • Un rêve de cinéma (Documentaire)
    • Bande-annonce
    Menus
    Menu 1 : PANDORA (PANDORA AND THE FLYING DUTCHMAN)
    Autres éditions vidéo