NETFLIX : L'IMPORT DEMATERIALISE

10 mai 2020 
NETFLIX : L'IMPORT DEMATERIALISE

Dans notre forum, un intervenant s’interroge et nous allons tenter de lui donner une réponse. En effet, Netflix proposerait-il des perles rares en fonction des zones géographiques ! Il est maintenant assez connu que les offres de streaming légales ont des catalogues différents dans chacun des pays. Cette offre, il s’avère qu’il est possible, toutes proportions gardées, d'y accéder, grâce à l'utilisation d’un VPN. Pour simplifier à l’extrême, il s’agit de faire transiter vos demandes par un nœud intermédiaire localisé dans un autre pays. Ce faisant, à l’arrivée, cela donne l’impression que vous vous trouvez à un autre endroit... Et donc que vous pouvez accéder au contenu de ce pays ! Pour y arriver, il suffit simplement d’installer un logiciel sur son ordinateur, son téléphone, sa télévision connectée voire carrément sur un routeur. Précisons que cela a un coût d’abonnement et qu’il ne s’agit pas ici de pirater quoi que ce soit. Enfin, en général, l’utilisation d’un VPN se fait pour des raisons moins divertissantes. Nous étions confinés à cause de la crise sanitaire et la plupart des entreprises qui proposent le télétravail à leurs employés disposent d’un VPN pour sécuriser les accès à leurs serveurs et ressources (exclusivement orientés vers ces serveurs). A côté, il y a des offres VPN qui mettent à disposition des points d’accès un peu partout sur la planète et c’est ainsi qu’il est donc possible de contourner les restrictions des catalogues, un peu comme l’import de Blu-ray ou DVD d’autres pays mais en version “dématérialisée”.

La question était de se demander si le catalogue est bien plus intéressant ailleurs. Alors, faisons le test. Prenons une offre VPN et un compte Netflix français. Et, force est de constater qu’en fonction de ce que l’on recherche, l’herbe n’est pas forcément plus verte dans les autres pays en termes de découvertes ! Car il ne s’agit pas ici d’aller trouver un blockbuster américain mais plutôt des pépites et films rares dans nos contrées...

La première constatation, c’est que l’interface de Netflix ne change pas vraiment. Le service a très probablement regroupé toutes ses ressources au même endroit et pioche en fonction de de votre zone géographique. Car, le plus curieux, c’est de se retrouver avec des textes descriptifs d’œuvres en anglais ou en français, même lorsque nous sommes dans un pays asiatique. De plus, votre liste reste la même et on vous propose majoritairement la même chose que ce que vous pouviez avoir en France. Et c’est donc un peu la croix et la bannière pour trouver du nouveau contenu ou, pour être exact, du contenu inédit et qui serait des titres totalement inédits en France et à même de nous intéresser. Mais dès le départ, cela s’avère très subjectif. A partir de là, essayons déjà de trouver du contenu concernant des genres ou personnalités connus et pour lesquels les filmographies ne sont pas nécessairement disponibles en France. Et on démarre par le Japon !

Japon

Netflix : recherche Godzilla dans la catalogue japonaisHonnêtement, c’est la grande déception ! Qui pense Japon et cinéma fantastique devrait répondre... GODZILLA ! Du coup, on cherche le monstre géant atomique et on ne trouve que le remake américain de Gareth Edwards (??!!?), le dernier film japonais en date et les trois films d’animation qui sont proposés sur la plateforme dans tous les pays, même en France. Le seul intérêt, ce serait donc de voir SHIN GOJIRA mais malheureusement, ce titre ne veut pas se lancer et indique tout de suite une erreur qui nous indique que nous y accédons via un VPN. Mais peu importe puisque nous sommes là pour scruter le catalogue.  
Netflix : photo recherche 'Bunta Sugawara' sur le catalogue japonais.Autre tentative, essayons de trouver un cinéaste japonais avec Kinji Fukasaku. Pas de quoi s’enflammer, la filmographie pourtant très fournie du réalisateur ne renvoie que six films dont les deux BATTLE ROYALE. A côté, on trouve quatre films issus de la “franchise” COMBAT SANS CODE D'HONNEUR.
Pour Shinya Tsukamoto, c’est pareil. TETSUO est présent mais il faudra se contenter ensuite seulement de FIRES ON THE PLAIN.
Les aficionados des séries japonaises type ULTRAMAN seront par contre aux anges. A condition, bien évidemment, de comprendre le japonais. Car la plupart des œuvres sont en japonais avec sous-titrages optionnels dans la même langue.
Netflix : photo recherche 'Ti Lung' sur le catalogue japonais.Netflix : photo recherche 'Ultraman' sur le catalogue japonais.Bizarrement, le catalogue de films d’arts martiaux est bien plus intéressant. Mais il est fourni quasi exclusivement par des films chinois dont des productions de la Shaw Brothers. Et, pour la plupart, s’il n’y a pas de français, il y a tout de même l’option d’afficher des sous-titrages anglais. Cela dit, ces films sont disponibles en France en DVD et/ou en Blu-ray. Est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? Surtout que les titres en question ne sont pas des films obscurs mais, bien évidemment, les plus connus. Du coup, peut-être qu’il serait intéressant de s’orienter vers la Chine pour y découvrir l’intégralité du catalogue Shaw Brothers contenant des films fantastiques inédits en France ?

Hong Kong

Netflix : photo recherche 'Jackie Chan' sur le catalogue hong-kongais.Il faut préciser que pour l’intant, Netflix n’est pas disponible en Chine mais a bel et bien mis un pied à Hong Kong.  
Premier constat, on nous propose toujours quasiment les mêmes programmes qu’en France. Il faut donc creuser avec un système de recherche qui n’est pas votre ami. Du coup, il faut plonger petit à petit. On commence par Jackie Chan, le plus international des comédiens chinois. Et, grâce à lui, sur un ordinateur, on peut naviguer en utilisant les noms dans les crédits des films. On peut ainsi passer sur Sammo Hung, ce qui permet d’atteindre Richard Ng... Et à force d’insister, on tourne un peu en rond et, une nouvelle fois, le fond de catalogue est ratissé assez vite. On constate qu’on trouve pas mal de films avec Stephen Chow mais beaucoup moins avec Richard Ng (trois films seulement). Et, une nouvelle fois, on se heurte à la détection automatique de l’utilisation d’un VPN.
A force de naviguer, impossible de retomber sur les films de la Shaw Brothers qui étaient disponibles au Japon mais qui, apparemment, ne le sont pas à Hong Kong. Gentil paradoxe ! Il en va de même pour les films avec Jackie Chan, certains sont disponibles au Japon mais pas à Hong Kong et inversement...

Inde, Corée du Sud, Russie et Mexique

Netflix : photo recherche sur le catalogue coréen.Dans ces pays, le constat, c’est qu’à moins d’être un connaisseur, il est extrêmement difficile de s’y retrouver et le temps passé à chercher est rarement à la hauteur des attentes. Il y a donc sûrement quelques pépites mais elles ne crèvent pas les yeux puisqu’elles sont noyées dans le flot de programmes essentiellement américains.  
De plus et c’est généralement le cas de la plupart des pays, le catalogue ne contient quasiment pas d’anciens films. Juste pour s’amuser, nous avons cherché “Santo” au Mexique. Rien ! Même en cherchant “luchadores”, on tombe seulement sur un film récent, LE CATCHEUR MASQUÉ, d’origine américaine. Fantastique, d’ailleurs, mais aussi disponible en France. On tente une recherche sur "Nagin" en Inde ? Rien à l'horizon !
Netflix : photo recherche 'Santo' sur le catalogue mexicain.La Russie... Probablement le plus surprenant puisque l’impression d’être sur la proposition française est constante. A moins qu’une protection ne se mette en place à force de changer de pays à la vitesse de l’éclair. Cette interrogation, elle, restera sans réponse.

Bilan

Bien sûr, vous ne trouverez pas les films de Chaplin en Asie, ni même aux Etats-Unis. Il en va de même pour les films de François Truffaut ou Xavier Dolan qui ont atterri récemment sur le Netflix français.

N’oublions pas, pour ceux qui seraient tenté, c’est que même si l’on trouve un programme qui semble intéressant, il y a de fortes chances de ne pas pouvoir le regarder. En effet, sans que ce soit très clair, on obtient régulièrement un message, au moment où l’on veut lire le programme, nous prévenant que nous utilisons un VPN et qu’il faut le déconnecter. Ce n’est pas systématique, par exemple nous avons réussi à lancer des films de la Shaw Brothers ou encore COMBAT SANS CODE D'HONNEUR. On pourrait donc se dire que les anciens films ne sont pas touchés mais le problème a l’air plus profond car lors d’autres essais, nous n’avons pas pu relancer un film pour lequel nous avions vu quelques secondes auparavant. Il s’agit probablement d’un problème de rotation des adresses IP mais rien ne permet de l’affirmer. Mais soyez prévenus ! Sans compter que, peut-être, toutes les offres VPN ne se valent pas pour ce type de pratique !

Netflix : photo de l'erreur d'utilisation avec un VPNAu final, le bilan n’est pas génial en termes de découvertes pures. En effet, il est difficile de trouver quelque chose d’intéressant à moins de savoir ce que l’on cherche. De plus, sur la branche française de Netflix, il y a déjà pas mal de titres à découvrir à l’instar d’œuvres en provenance d’Inde, d’Egypte, de Turquie... Pas sûr que de vouloir chasser vers d’autres horizons, en tout cas avec Netflix, soit la meilleure des options pour découvrir de nouveaux films. Nous sommes ici plus dans une proposition de consommation de masse que d’une offre cinéphile réellement adaptée à chacun des pays.
Le gros point noir, à l'évidence, c'est le système de recherche qui est à se taper la tête contre les murs et qui n'aide en rien à la découverte de ce que l'on a envie... Et non pas de ce que le programme censé comprendre nos envies nous propose !

L’import dématérialisé ?

Soyons clair, Netflix n’est pas près de nous proposer un nouvel âge d’or de l’import cinéphile tel que nous avons pu le connaître avec le DVD. Une période où il était possible très facilement de se fournir en film dans n’importe quel pays ou presque, avec seulement une contrainte de zone. Mieux, certains films rares étaient disponibles avec des options francophones ou des sous-titrages. Aujourd’hui, l’import physique continue mais cela s’avère plus morose. Les gros studios préfèrent confier leurs œuvres à des tiers qui se protègent d’un codage régional et ne proposent jamais d’option française. Warner bazarde LE CAUCHEMAR DE DRACULA directement en Blu-ray “à la demande”. De quoi vraiment regretter les périodes fastes des doubles programmes Midnite Movies ou bien les sorties Warner non zonées sur de nombreux films de leur fond de catalogue. Aux Etats-Unis, une énorme partie des films qui nous intéressent sont dans les mains de Shout! Factory ou Mill Creek. Mais nous y reviendrons prochainement.

Quoi qu’il en soit, il reste toujours énormément de films à découvrir, que ce soit des œuvres encensées par la critique ou bien plus obscures. Mais, à l’évidence, pour le cinéma ancien ou sortant des sentiers battus, ce n’est pas Netflix qui vous aidera. Pour autant, et pour ne pas terminer sur une note négative, il faut préciser que Netflix produit du contenu dans tous les pays. Et ce type de contenu est distribué ensuite vers quasiment l'ensemble des autres pays. D'une manière ou d'une autre, cela fait à présent partie du paysage audiovisuel mondial !

Rédacteur : Christophe Lemonnier
Photo Christophe Lemonnier
Ancien journaliste professionnel dans le domaine de la presse spécialisée où il a oeuvré durant plus de 15 ans sous le pseudonyme "Arioch", il est cofondateur de DeVilDead, site d'information monté en l’an 2000. Faute de temps, en 2014, il a été obligé de s'éloigner du site pour n'y collaborer, à présent, que de manière très sporadique. Et, incognito, il a signé de nombreuses chroniques sous le pseudonyme de Antoine Rigaud ici-même.
51 ans
9786 news
562 critiques Film & Vidéo
4 critiques Livres
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire