SOS FANTOMES - A L'ITALIENNE

19 décembre 2019 
SOS FANTOMES - A L'ITALIENNE

Aaaaah l'Italie. Patrie de cinéastes indélébiles comme Mario Bava, Dario Argento, Lucio Fulci, Lamberto Bava, Antonio Margheriti, Umberto Lenzi... et tant d'autres. Mais aussi, malheureusement, Christian De Sica, fils du vénéré Vittorio De Sica.

Après avoir sévi dans les innombrables comédies merdiques de Carlo Vanzina ou Neri Parenti depuis 30 ans, il s'est mis à faire lui aussi des films. Et son dernier rejeton (qu'il co-écrit, dans lequel il joue le rôle principal et qu'il co-réalise avec son fils, Brando De Sica, vive le népotisme) vient de sortir au cinéma en Italie, sur (pardonnez du peu) 469 copies... avec un insuccès notoire. Une chute vertigineuse de 62.5% des recettes, puis de 76% la semaine d'après. Soit à peine 1/10e du budget remboursé. Ils sont loin, les 30 millions d'euros de recettes de NATALE A NEW YORK en 2006.

SONO SOLO FANTASMI ("Ce sont seulement des fantômes") raconte l'histoire terrrrrriblement originale de 3 compères (Christian De SicaGianmarco Tognazzi, Carlo Buccirosso) qui deviennent des chasseurs de fantômes et les capturent dans des jarres. Comme un air de déjà vu ? 

Il est très très très très peu probable que le film traverse les Alpes pour atterrir chez nous, comme la quasi totalité de la filmographie de Christian De Sica, digne héritier de la légèreté de Lino Banfi. Mais pour vous donner une idée de ce qu'est le film, cliquez ci-dessous sur les images pour voir l'affiche et le film annonce tonitruant. Rendez-vous en mars 2020 pour les sorties transalpines DVD et Blu Ray (pour les plus courageux).

Visuel et film annonce :

Rédacteur : Francis Barbier
Photo Francis Barbier
Dévoreur de scènes scandinaves et nordiques - sanguinolentes ou pas -, dégustateur de bisseries italiennes finement ciselées ou grossièrement lâchées sur pellicule, amateur de films en formats larges et 70mm en tous genres, avec une louche d'horreur sociale britannique, une lampée d'Albert Pyun (avant 2000), une fourchettée de Lamberto Bava (forever) et un soupçon de David DeCoteau (quand il se bouge). Sans reprendre des plats concoctés par William Friedkin pour ne pas risquer l'indigestion.
52 ans
1233 news
392 critiques Film & Vidéo
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire