DVD (1)

Reviews (2)

DVD Covers (1)

Videos

Posters

Lobby Cards

 FILM INFOS

 Titre original

 SHADOW OF THE HAWK

 Année

 1976

 Nationalité

 Réalisation

 George McCowan

 Scénario

 Norman Thaddeus Vane
 Herbert Wright
 Peter Jensen
 Lynette Cahill

 Musique

 Robert McMullin

 Acteurs

 Jan-Michael Vincent
 Marilyn Hassett
 Chief Dan George
 Pia Shandel
 Marianne Jones
 Jacques Hubert
 Cindi Griffith
 Anna Hagan
 Murray Lowry

 

 DVD INFOS

 

Editeur

Mill Creek

Format Disque

Blu-Ray (Double Couche)

Durée

92 minutes

Format Image

Format Sonore

English PCM

Sous-titrages

Aucun

 

 SUPPLEMENTS

 •NIGHTWING

 

 ON AIME

• Une odyssée initiatique inattendue
• Une splendide copie
• La scène de traversée du pont

 ON N'AIME PAS

• Un rythme parfois planplan
• Absence de bonus

 POSTERS

 
 SHADOW OF THE HAWK

 

Old Man Hawk (Chief Dan George), un chaman vieillissant, ralise qu'une sorcire nomme Dsonoqua (Marianne Jones), excute il y a deux cent ans, est revenue encore plus puissante. Il essaye d'enrler son petit-fils amricanis Mike (Jan Michael-Vincent) pour lui transmettre son savoir et stopper la sorcire dns son plan de destruction de leur peuple. Dubitatif, Mike arrive sur les lieux flanqu d'une reporter (Marylin Hassett).

Photo : SHADOW OF THE HAWK

Production amricano-canadienne tourne au Canada en 1976, SHADOW OF THE HAWK (traduction : L'OMBRE DE L'AIGLE) reste curieusement indit en France. Ce fut d'abord Jack Smight, tout aurol du succs de 747 EN PERIL, qui prend les manettes en novembre 1975. Le scnario prvoyait une ambiance dsert pour l'histoire originale. mais les premires rcritures demandes par le producteur John Kemeny firent prendre du retard au tournage, dont les lments taient dj en place. Jack Smight quitta le projet, appel par Universal pour faire LA BATAILLE DE MIDWAY. Au profit de Daryl Duke, un metteur en scne canadien spcialis la tlvision, mais dont la connaissance en culture indienne semblait un atout. Il entra en scne en janvier 1976, et les mois qui suivirent virent le dpart progressif de l'quipe initiale.

Finalement, le tournage dmarra en mars 1976, dbut de longues tensions entre John Kemeny et le metteur en scne. Et il fut maill de soucis incommensurables. Intempries, modifications de scnario, l'ours envoy de Los Angeles qui ne faisait que dormir. les oiseaux engags qui tombrent malade. Des rumeurs de maldictions tribales pesaient sur l'ensemble... et aprs que les pontes de Columbia arrivrent, Duke prit la porte, tout comme son directeur photo. A la grande dsillusion de l'ensemble de l'quipe, qui vit arriver George McCowan, canadien aussi, rest clbre pour son curieux opus d'attaque batracienne, FROGS, avec un autre directeur photo : Philip Lathrop. A noter que le gnrique ne retiendra que les deux prcdents : John Holbrook et Reginald Morris.

Photo : SHADOW OF THE HAWK

Fin des problmes? Non. Dan George tomba malade et ne tournait qu'en prsence mdicale. Tout comme Marylin Hassett, dont certaines scnes furent labores avec une doublure tant elle ne pouvait tre prsente. L'ambitieux projet aux odeurs de dollar vert, avec un budget confortable, s'effondra net et le tournage s'arrta au soulagement de tout le monde. Triste, car le film rencontra un chec et ne fut mme pas distribu dans plusieurs pays. McCowan resta le seul crdit au gnrique.

Rellement dommage, car en regardant le film quelques 42 ans aprs, mme s'il est difficile de diffrencier le travail des deux cinastes (pour l'anecdote, Duke surnommait malicieusement McCowan McCowan-une-prise pour sa rapidit tourner), force est de reconnaitre un traitement rellement hors norme - en plus d'un sujet quittant les sentiers battus. La dcade 70-80 s'attela nombre de films ayant pour dcor la culture indienne des premires tribus : THE MANITOU, MORSURES, THE PROPHECY, WOLFEN... les livres rencontraient un succs non ngligeable et la socit nord-amricaine post 1970 trouvait un regain d'intert sur les premiers habitants du continent et leur culture. SHADOW OF THE HAWK s'inscrit parfaitement dans ce cycle - plus encore car le sujet mme ancr autour de la transmission du savoir d'un chaman son successeur. L'veil la connaissance de ses racines, la prise de conscience d'une autre trajectoire que celle promise par la vie urbaine blanche.

Photo : SHADOW OF THE HAWK

Jan Michael-Vincent s'avre crdible dans le rle d'un mtis partag entre deux cultures - mais fonant tte baisse dans une aventure surnaturelle. Le grand gagnant s'avre cependant Chief Dan George (JOSEY WALES HORS LA LOI), formidable et infatigable alli du bien, dfenseur de ses croyances et ardent lien entre le pass et le futur. Une prsence indniable qui porte le film sur ses frles paules.

Le fantastique apparait sous forme de prsences fantomatiques de la sorcire masque, attaquant sous l'eau, dans les rves. McCowan instaure une atmosphre ambivalente, traduisant l'tat d'esprit tourment du hros. A la diffrence de MORSURES, on sent surtout que le ralisateur possde ici un vrai sens de la construction dramatique et de l'attente. Les scnes d'action catalysent la narration, construisent un climax - dont celle de la jeep fonant dans le vide aprs une haletante course-poursuite. Idem pour la sance initiatique, avec ses plans larges nimbs du brume en pleine nuit, et ses apparitions quasi-zombiesques de membres de la tribus comme hypnotiss. Des lments qui ressemblent cependant quelque peu aux VIERGES DE SATAN de Terence Fisher. Des tentatives d'aborder le fantastique de manire diffrente, de privilgier l'ambiance sur les effets chocs. Il y en a bien quelques uns, comme la superbe squence de rve o la sorcire, via un montage intelligemment saccad, projette un serpent dans la ralit pour aller mordre le chaman tout en excitant l'imaginera avec ces presque baisers charnus et vocaux entre membres de sa secte. Effet garanti.

Photo : SHADOW OF THE HAWK

Malheureusement, ceci ne change pas un certain dsquilibre. Des soucis d'criture et de logique pointent le bout de leur nez. Le personnage de la journaliste qui embarque dans l'aventure se rvle totalement gratuit et inutile. Hormis de promouvoir la sacro-sainte amourette attendue. Des scnes parfois disjointes, relies maladroitement par des scnes d'exposition qui sentent parfois la rallonge. Idem pour l'attaque de l'ours : efficace mais ne servant rien, hormis une priptie supplmentaire permettant les 90 minutes rglementaires.

SHADOW OF THE HAWK se rattrape cependant largement par son visuel. Une splendide photographie automnale qui magnifie littralement l'ensemble. Une prise de pouvoir de la nature sur l'cran qui replace idalement le contexte de l'homme effectuant son retour aux sources. Les valeurs initiales, le mystre. Clairement, le budget permet des plans complexes, une photographie classiques qui met rapidement le film au-dessus de la cohorte de bien de sries B de l'poque. Qu'il s'agisse de plans studios ou en extrieur, les cadrages et la photographie emportent l'adhsion. Idem pour la cration d'atmosphre lugubre et inquitante, notamment sur la sorcire prparant son aura malfique. Il faut galement pointer une extraordinaire squence de traverse de pont suspendu dans le vide, probablement une des plus impressionnantes jamais filmes. Ceci coupl une ambiance de cauchemar, adroitement puise dans les dcors naturels saisissants et le folklore natif de Colombie Britannique.

Photo : SHADOW OF THE HAWK

Le gros manque du film reste cependant son cheminement trop conventionnel, sa mise en image brinquebale entre le quelconque et le superbe. Le bon ct: une odysse inhabituelle au creux de lgendes indiennes, privilgiant l'atmosphrique sur l'effet facile. Dommage que le rle de Mike ne soit pas plus teint d'paisseur - on peine comprendre sa facilit quitter son monde urbain et foncer tte baisse dans le chamanisme. Vincent fait ce qu'il peut avec le matriel qu'on lui donne. Les valses hsitations du mtissage seront mieux reprises par la suite dans des oeuvres comme COEUR DE TONNERRE, entre autres exemples.

Malgr les limites d'un film victime d'alas de productions inhrents aux tiraillements entre les souhaits d'un producteur et la vision d'un ralisateur vir en plein milieu du job, SHADOW OF THE WOLF mrite la dcouverte. En russissant mettre de ct une progression parfois languide, vous vous retrouverez devant un long mtrage aux lans visuels qui glissent sur l'sotrique - vite de justesse le grotesque, sans avoir oubli de mettre les pieds dans le bizarre. Imparfait, mais sduisant dans son approche.

Photo : SHADOW OF THE HAWK

Pour sa premire apparition HD, SHADOW OF THE HAWK subit le traitement de l'diteur amricain Mill Creek. A savoir un traitement low cost : film seul, sur un BD 50, en 1080p, et agrment d'un autre film en double-programme, savoir NIGHTWING (MORSURES) dont vous pouvez retrouver galement la critique sur le site. Le grand avantage tant la possibilit de se procurer les deux films en Blu Ray pour un prix drisoire... condition de parler anglais et de faire l'impasse sur des bonus et autres sous-titres. La jaquette verso indique un code en rgion A, mais il s'agit bien d'un disque toutes zones.

A l'instar de NIGHTWING, SHADOW OF THE HAWK est prsent en format 1.85:1 via un menu simpliste (cliquer sur l'affiche pour lancer le film) - sans aucun accs chapitr ni bonus supplmentaire, et d'une dure totale de 92mn19. Un encodage AVC assure un rendu trs agrable. Un grain filmique prsent avec un usage minimal de DNR. A ce titre, un bien meilleur traitement que NIGHTWING. On pointera quand mme quelques soucis de stabilit d'image (vers 26mn34), o des fourmillements blanchtres apparaissent sur le bas de l'image pendant quelques temps. Mais rien de dommageable. La copie laisse clater des couleurs magnifiques : des rouges aux textures riches, des contrastes assurs, les niveaux de noir maitriss. On voit clairement que le matriel technique utilis (qu'il s'agisse de la Panaflex ou du stock pellicule et tirage) assure. Les dtails apparaissent parfois de manire affolante (les gros plans sur les objets, les visages), et les scnes extrieures tonnent de par la richesse naturelle capture. A noter un dbit plutt dcent (suprieur 32 Mbps en moyenne), rgulier. On ne peut s'empcher de penser que John Holbrook soit beaucoup l'origine des plans extrieurs, tant ce ton naturaliste et brut se retrouve dans RAMBO. Ici, la trs jolie photographie naturelle gagne en profondeur et rvle des tons splendides. Vraiment une trs belle surprise.

Photo : SHADOW OF THE HAWK

La piste audio anglaise LPCM 2.0 (sans sous-titre) assure le job de manire l aussi trs servicielle. On sent les limites de la source d'origine, mais qu'il s'agisse de musique, environnement sonore, bruitages ou dialogues, le tout s'enchaine sans aucun souci ni souffle. Un bon travail.

Aucun supplment en vue, comme pour normment de galettes Mill Creek. Maintenant, il s'agira probablement Hormis un choix ditorial d'un autre diteur d'ici quelques annes il s'agira probablement de la seule manire de voir ces deux curiosits 70's assez peu visibles sur un format HD. Certes, la comprhension de l'anglais reste ncessaire - mais vu le bon dbit global assur pour ce SHADOW OF THE HAWK (et dans une moindre mesure pour NIGHTWING), on recommande ce Blu Ray.

Francis Barbier

MENUS

SHADOW OF THE HAWK - Menu DVD

 

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur | Aventure

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com