Header Critique : ROBOCOP 2

Critique du film et du DVD Zone 2
ROBOCOP 2 1990

 

Pendant que Murphy, alias Robocop, essaye d'éliminer la dernière drogue en vogue, l'OCP planche sur la création d'un second robot des forces de l'ordre…

A la fin du premier ROBOCOP, Murphy restait un personnage humain prisonnier de son armure métallique. Le début de ROBOCOP 2 reprend cette idée et la développe hélas bien rapidement dans la première partie du film. Adieu le héros torturé une fois que Murphy a fait le deuil de sa vie humaine. ROBOCOP 2 n'est plus alors qu'un bon gros film d'action qui n'oublie pourtant pas de continuer dans la satire comme on pouvait le voir dans le métrage original. Les médias répondent à l'appel, tout comme les fausses pubs plutôt réussies (la crème solaire…) et le fléau auquel s'attaque notre héros métallique est tout autant d'actualité aujourd'hui que lors de sa réalisation. D'ailleurs à voir un troupeau de mômes s'attaquer au magasin d'un pauvre vendeur ou un très jeune ado prendre le contrôle de la distribution de drogue paraît de moins en moins incongru de nos jours bien que cela garde dans le film un côté satirique assumé ! Tout comme lorsque le "politiquement correct" s'attaque aux directives du robot défenseur de l'ordre.

Dans ROBOCOP 2, c'est l'occasion de prolonger certaines inquiétudes concernant les grosses multinationales. Le moment de noter une ou deux incohérences par rapport au film original en ce qui concerne les personnages. Le grand patron de l'OCP ayant changé de point de vue quant à la façon de faire des affaires, il apparaît ici beaucoup plus cynique. Le maire de la ville d'ailleurs piégé par l'OCP ne trouve d'autre échappatoire que se tourner vers la criminalité. Le rapport entre les deux étant finalement assez mince !

ROBOCOP 2, c'est aussi un deuxième Robocop ! Parmi les passages les plus croustillants du film, il y a justement les essais de création de nouveaux robots. A force d'échec, l'OCP trouve une situation extrême, mettant par là-même la déontologie au placard bien que ce concept soit assez flou dans cette société, pour enfin donner naissance au Robocop 2. Plus fort, plus puissant et plus méchant, il a un gros défaut croustillant dont on ne vous déflorera pas ici la surprise au cas où vous n'ayez pas déjà vu le film.

Peter Weller reprend le rôle de Murphy et c'est avec soulagement qu'il apprend en arrivant sur le tournage que l'équipe de Rob Bottin a changé la matière première de son armure. Soulagé pour une question de poids mais aussi d'odeur. En effet, l'eurythène mélangé à la fibre de verre dégageait une vilaine odeur de "vomi de bébé" d'après les maquilleurs. Pour la nouvelle armure, les techniciens ont seulement utilisé de la fibre de verre ce qui permis d'obtenir une combinaison plus mobile et dénuée d'effets nauséabonds ! La mobilité était d'ailleurs l'un des autres points sur lesquels l'acteur avait de quoi se plaindre au moment de la création du premier ROBOCOP. Il gagne donc sur les deux tableaux mais cela ne suffira pas pour le persuader de reprendre son rôle une troisième fois tout de même !

Paul Verhoeven laisse tomber ROBOCOP et se lance de son côté sur TOTAL RECALL laissant le poste de réalisateur vacant. Irvin Kershner prend la place. Habile cinéaste, il a déjà à son actif un grand nombre de films (LES YEUX DE LAURA MARS, JAMAIS PLUS JAMAIS…). De plus, il a déjà mis la main à la patte de deux suites de films à succès : le très cruel RETOUR D'UN HOMME NOMME CHEVAL et L'EMPIRE CONTRE ATTAQUE. Une carrière ponctuée de bons films mais cela ne suffira pas à Irvin Kershner pour passer à la postérité. Dans le meilleur des cas et, pour les néophytes, il restera le réalisateur du second (cinquième ?) STAR WARS. La faute en incombe au réalisateur qui n'aura pas su faire autre chose que ce qu'on lui demandait. De la meilleure façon qui soit, il est vrai !

Il ne sera pas possible, pour le moment du moins, de faire l'acquisition de ROBOCOP 2 de façon séparée. Le disque est donc inclus dans un digipack cartonné du plus bel effet. Toutefois, le fait de devoir déplier tout le digipack dans un peu tous les sens pour les atteindre n'est pas une très bonne idée. Pas la peine d'être devin pour prédire un mauvais avenir à ce packaging qui ne manquera pas de s'abîmer à force de le manipuler. Néanmoins, cela reste un très bel objet ! Ce coffret contient donc les trois films (ROBOCOP, ROBOCOP 2 et ROBOCOP 3) mais il faut bien avouer qu'il est en quelque sorte dédié au film de Paul Verhoeven. Les deux autres films n'ont pas bénéficié d'un traitement de faveur. Vous n'aurez rien d'autre que la bande-annonce de ROBOCOP 2 en plus du film ! Pour obtenir un peu plus d'informations, la lecture du petit livret inclus dans le packaging s'impose. Quelques anecdotes, quelques lignes de textes sur les acteurs ou les effets spéciaux. De quoi rester sur sa faim !

En ce qui concerne l'image et le son, MGM a pourtant soigné les trois films. L'image de ROBOCOP 2 est très réussie et les quelques rares défauts dûs au transfert sur DVD, donc en numérique, n'ont rien de vraiment notables. Pour le son, il faudra se contenter des bandes sonores d'origine en stéréo surround que ce soit pour la version originale ou le doublage français. Pas de remix en 5.1 à l'horizon. Si le résultat n'a donc rien d'une orgie sonore, le rendu général est très acceptable surtout en ce qui concerne la version originale distillant des ambiances réussies (souvent diffuses). Pas de quoi se plaindre puisque le son offert est la réplique exacte de celui que l'on pouvait entendre au moment de la sortie en salles !

ROBOCOP 2 est une suite réussie ! Elle ne réinvente rien mais prolonge efficacement l'œuvre originale en respectant dans les grandes lignes l'atmosphère. Plus qu'un simple bonus en regard du premier ROBOCOP, nous aurions aimé bénéficier de véritables suppléments plutôt que de simplement ajouter le film dans le packaging de la trilogie ROBOCOP.

Rédacteur : Christophe Lemonnier
Photo Christophe Lemonnier
Ancien journaliste professionnel dans le domaine de la presse spécialisée où il a oeuvré durant plus de 15 ans sous le pseudonyme "Arioch", il est cofondateur de DeVilDead, site d'information monté en l’an 2000. Faute de temps, en 2014, il a été obligé de s'éloigner du site pour n'y collaborer, à présent, que de manière très sporadique. Et, incognito, il a signé de nombreuses chroniques sous le pseudonyme de Antoine Rigaud ici-même.
53 ans
10224 news
566 critiques Film & Vidéo
4 critiques Livres
On aime
Une suite très estimable
On n'aime pas
Une bande-annonce, c'est maigre !
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
7,44
9 votes
Ma note : -
L'édition vidéo
ROBOCOP 2 DVD Zone 2 (France)
Editeur
Support
3 DVD
Origine
France (Zone 2)
Date de Sortie
Durée
1h51
Image
1.85 (16/9)
Audio
English Dolby Digital Stéréo Surround
Francais Dolby Digital Stéréo Surround
German Dolby Digital Stéréo Surround
Italian Dolby Digital Stéréo Surround
Spanish Dolby Digital Stéréo Surround
Sous-titrage
  • Anglais
  • Français
  • Supplements
    • Bande-annonce
    Menus
    Menu 1 : ROBOCOP 2
    Autres éditions vidéo