Header Critique : DEVIANTS (SLEEPING DOGS)

Critique du film et du DVD Zone 2
DEVIANTS 1997

SLEEPING DOGS 
ATTENTION : Cette critique est très ancienne et est convertie de manière automatique ! Veuillez nous excuser s'il y a des problèmes d'affichage !


Notre héros est un voleur de pierres précieuses. Il se trouve au mauvais endroit au mauvais moment et fini par se retrouver à bord d'un vaisseau spatial en route vers une colonie pénitentiaire. Le méchant de service (C. Thomas Howell) prend l'équipage en otage. S'ensuit un mélange de DIE HARD ou plutôt de PIEGE EN HAUTE MER (UNDER SIEGE) à bord du transport interplanétaire.

Les plus assidus auront déjà lu les critiques de ESCAPE VELOCITY et de DEAD FIRE. Le visionnage de DEVIANTS nous ramène tout naturellement à ces deux fleurons du genre. Mais remettons tout cela dans son contexte. Il s'agit de disques qui seront vendus au prix de 99 francs. Devons-nous attendre d'un tel prix que l'on nous délivre des films prestigieux ? Pléthore de suppléments ? Euh ? J'entend "Oui" à ma droite ! Nous sommes tombés sur un naïf, c'est bien... A l'heure actuelle, il est difficile en France de commercialiser des DVDs à bas prix surtout lorsqu'il s'agit d'une première sortie. Remarquez que dans le cas présent, on imagine mal une ressortie. Le lien de parenté qui unit ce film et les deux précédemment cités, c'est aussi le producteur. Et quel producteur ! Lloyd A. Simandl nous délivre donc un troisième film interchangeable.

L'histoire change... Encore que ? Ce qui ne change pas, ce sont toujours ces satanés caissons d'hibernation. Fidèles au poste dans les trois films. On peut même s'amuser à détailler quelle pièce d'équipement provient de tel ou tel film. On attend même avec impatience les scènes clés. Celle de l'ascenseur par exemple. Elle est, une nouvelle fois, présente ici avec sa petite variante tout de même. On nous avait déjà fait la version je tombe sur l'ascenseur qui descend, la version je m'accroche sous l'ascenseur qui tombe à pleine vitesse... Cette fois-ci, excusez-moi de vous dévoiler le suspense, mais il n'y avait que peu de possibilités. Les scénaristes ont dû se dire que si la possibilité A et la solution B était déjà utilisées, il fallait jouer la surenchère. Hop, on prend la première réponse et on tombe à deux dessus. Les plus accrocs auront d'ailleurs reperé la similtude du toit de l'ascenseur qui était d'ailleurs aussi le fond avec les autres films.


Il est clair que nous sommes un peu déçus. En effet, nous n'avons pas revu la scène de la piscine. Moment fort (?) des deux autres productions. Dommage ! Toutefois, on retrouve C. Thomas Howell et on se fait de plus en plus de soucis pour sa carrière.

DEVIANTS est une sorte de chainon manquant. D'un côté, il y a le pur nanar impossible à sauver et champion toutes catégories de l'ennui : ESCAPE VELOCITY. De l'autre, DEAD FIRE se laisse regarder même si l'on doit avouer que c'est loin d'être un film incontournable (c'est sûr !). Le film dont vous êtes en train de lire la critique est donc situé entre les deux.

Malgré deux idées plutôt bien venues, le reste du film est assez mauvais. On appréciera la stupidité du commandant du pentitentier. Il reçoit un message radio l'avertissant de ce qui est en train de réellement se tramer. Pas bête, il se dit que c'est une ruse de Boone et décide de ne pas croire ce message. Heureusement, la minette qui l'envoie a l'heureuse idée de lui faire écouter une preuve irréfutable. Boone lui-même enregistré avec un magnétophone qui explique le pot au rose. Finalement, de quoi ébranler la conviction de notre commandant éclairé. Le reste du film étant à l'avenant.

A partir de là, notre conseil serait de choisir soit l'un des deux mauvais pour rigoler entre amis. Soit le meilleur a défaut de prendre autre chose. Mais je suis sûr que parmi toutes les personnes qui liront ces lignes, il y aura bien un pervers pour acheter les trois. Vilain, va !

Rédacteur : Christophe Lemonnier
Photo Christophe Lemonnier
Ancien journaliste professionnel dans le domaine de la presse spécialisée où il a oeuvré durant plus de 15 ans sous le pseudonyme "Arioch", il est cofondateur de DeVilDead, site d'information monté en l’an 2000. Faute de temps, en 2014, il a été obligé de s'éloigner du site pour n'y collaborer, à présent, que de manière très sporadique. Et, incognito, il a signé de nombreuses chroniques sous le pseudonyme de Antoine Rigaud ici-même.
53 ans
10212 news
566 critiques Film & Vidéo
4 critiques Livres
On aime
Le jeu des 7 ressemblances si l'on connait les autres films.
On n'aime pas
N'AIME PAS
On attendait la scène de la piscine et nous sommes frustrés.
Compression pas géniale !
Petit problème avec le son sur la VF (Titre 2 - Chapitre 9 [53'10]).
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
-
1 votes
Ma note : -
L'édition vidéo
SLEEPING DOGS DVD Zone 2 (France)
Editeur
Support
DVD (Simple couche)
Origine
France (Zone 2)
Date de Sortie
Durée
1h36
Image
1.33 (4/3)
Audio
English Dolby Digital Stéréo
Francais Dolby Digital Stéréo
Sous-titrage
  • Aucun
  • Supplements
      Aucun
    Menus
    Menu 1 : DEVIANTS (SLEEPING DOGS)
    Autres éditions vidéo
      Aucune autre édition répertoriée.