Header Critique : REDLINE (DEATHLINE)

Critique du film et du DVD Zone 2
REDLINE 1997

DEATHLINE 
ATTENTION : Cette critique est très ancienne et est convertie de manière automatique ! Veuillez nous excuser s'il y a des problèmes d'affichage !


Dans un avenir proche, John Anderson Wade fait du trafic en important des implants en Russie. Jusqu'au jour où il décide de se retirer avec sa petite amie russe. Il fait un dernier voyage avec Merrick. Tout aurait dû se dérouler comme prévu mais son associé lui tire une balle dans la tête avant de liquider sa petite amie. Il est retrouvé quelques heures plus tard par les autorités russes, qui décident de le ramener à la vie grâce à une nouvelle technique...

En tête d'affiche, on retrouve Rutger Hauer et Mark Dacascos. Prometteur, et c'est à n'en point douter, la raison pour laquelle ils ont été engagés. Dans le film lui-même, on déchante. En effet, nos deux protagonistes se cherchent tout du long pour une simple histoire de vengeance avec en toile de fond un semblant de complot. Ce dernier n'étant là que pour justifier la résurrection de Rutger Hauer. Tout le reste donnant plus l'impression d'assister à un patchwork de tout et n'importe quoi.

La musique des boîtes de nuit, les costumes et les situations ne donnent pas envie d'aller faire un tour en Russie dans quelques années. On ne choisit pas son futur. Le réalisateur, le scénariste et les acteurs non plus, il faut croire. En fait, tout le monde l'oublie quelque peu. Sauf le spectateur s'attendant à découvrir de bonnes idées et qui écope seulement de pugilats et surtout de fusillades. Un futur tellement inexploité que la vision de REDLINE pourrait être celle de n'importe quel thriller ou film d'action à petit budget. Enfin ? On se paye tout de même ici la location de deux bons gros hélicoptères russes pour faire couleur locale durant quelques minutes. Quant à la fameuse résurrection, elle n'apporte rien non plus ! D'après la jaquette, le créateur des effets spéciaux de THE THING serait dans les parages. A notre avis, le mot "créateur" est un peu exagéré. Mais le technicien en question a trouvé le bon plan pour se payer des vacances gratuites en Russie avec REDLINE. A l'écran, il n'y a que de très rares effets spéciaux, qui auraient d'ailleurs pu être réalisés par n'importe qui (impacts de balles, blessures, un robot rapidement expédié au début du film...).


L'un des meilleurs moments restera celui où Mark Dacascos fait bouffer à un mafieux ses propres doigts coupés quelques secondes auparavant avec un sabre. Une scène plutôt amusante où l'on a droit à un p'tit combat d'arts martiaux bien gratuit puisqu'il ne fait pas avancer l'histoire pour un sou. Deuxième et dernier grand moment, la reconstitution télévisée d'un carnage qui rend carrément hommage au CUIRASSE POTEMKINE. En dehors de cela, ce sont quatre-vingt-dix minutes creuses et sans surprises.

Techniquement parlant, le disque est honnête du point de vue de l'image en présentant le film dans un transfert 16/9. Pour le son, vous n'aurez droit qu'à une version française et rien d'autre. Enfin, comme seul et unique bonus, la bande-annonce fait office de concentré et est un peu plus palpitante que le film lui-même. Un pur produit fait pour être commercialisé à bas prix. Le DVD est très acceptable. Le film, beaucoup moins !

Jusqu'à présent, Tibor Takacs ne nous avait jamais déçus. Sans réaliser des chefs-d'oeuvre, ses films avaient au moins le mérite d'être bien ficelés. C'est un peu ce que nous disions à propos de NOSTRADAMUS. Mais REDLINE vient remettre tout cela en question. Car il n'y a pas grand chose à sauver du naufrage. Pas vraiment passionnant, il n'est même pas nul au point d'en rigoler.

Rédacteur : Christophe Lemonnier
Photo Christophe Lemonnier
Ancien journaliste professionnel dans le domaine de la presse spécialisée où il a oeuvré durant plus de 15 ans sous le pseudonyme "Arioch", il est cofondateur de DeVilDead, site d'information monté en l’an 2000. Faute de temps, en 2014, il a été obligé de s'éloigner du site pour n'y collaborer, à présent, que de manière très sporadique. Et, incognito, il a signé de nombreuses chroniques sous le pseudonyme de Antoine Rigaud ici-même.
53 ans
10224 news
566 critiques Film & Vidéo
4 critiques Livres
On aime
Un pétage de plombs gore
On n'aime pas
Thèmes principaux inexploités
Pas assez mauvais pour être drôle
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
-
0 votes
Ma note : -
L'édition vidéo
DEATHLINE DVD Zone 2 (France)
Editeur
Support
DVD (Simple couche)
Origine
France (Zone 2)
Date de Sortie
Durée
1h32
Image
1.85 (16/9)
Audio
Francais Dolby Digital Stéréo
Sous-titrage
  • Aucun
  • Supplements
    • Bande-annonce
    Menus
    Menu 1 : REDLINE (DEATHLINE)
    Autres éditions vidéo