Header Critique : DERNIERE MAISON SUR LA GAUCHE, LA (THE LAST HOUSE ON THE LEFT)

Critique du film et du DVD Zone 2
LA DERNIERE MAISON SUR LA GAUCHE 1972

THE LAST HOUSE ON THE LEFT 

Mari est l'une des plus jolies filles de sa contrée. Elle fête aujourd'hui ses 17 ans, et décide d'aller faire un tour en ville avec son amie, Phillys. Dans un quartier paumé de la ville, elles se mettent en quête d'herbe, et rencontrent Junior, qui leur promet une colombienne de premier choix. Elles acceptent de le suivre...

Premier essai transformé de Wes Craven en tant que réalisateur, puisqu'il n'avait, jusqu'à présent, collaboré qu'à deux ou trois productions, d'abord comme monteur puis comme assistant-producteur auprès d'un tout jeune réalisateur qui n'est autre que Sean S. Cunningham le futur géniteur des VENDREDI 13.

Il semble que dès cette époque le célèbre réalisateur ait choisi la voie de la dérision dans ses films. Il y joue de l'alternance de scènes parfaitement bucoliques où la famille est représentée comme un cocon douillet et merveilleusement heureux, où l'environnement est un délicieux havre de paix et où la nature s'épanouit généreusement, avec des scènes très malsaines, où la violence est non seulement omniprésente, dans le verbe et dans le geste, mais surtout parfaitement gratuite.

La famille est d'ailleurs l'un des thèmes récurrent dans son oeuvre, comme dans SHOCKER, LA FERME DE LA TERREUR, LA COLLINE A DES YEUX, L'ETE DE LA PEUR... Il cherche à nous atteindre dans notre intimité, pour rendre la terreur plus perceptible, plus proche de nous et semble vouloir nous rappeler que tout peut basculer dans l'horreur, d'un instant à l'autre.

Ce premier film peut sembler bien "gentillet" de nos jours, au regard de tout ce qu'on a pu voir depuis. A l'époque de sa sortie en effet, l'information n'était pas aussi accessible qu'elle ne l'est aujourd'hui. De nos jours, une débauche d'images terrifiantes se répand sur nos écrans, dans nos journaux, banalisant presque l'ignominie dont l'homme est capable. Je ne parle pas ici de cinéma ! Il est certain que ce film a fait couler beaucoup d'encre à sa sortie, tant il était rare, au début des années 70, qu'on affiche un spectacle aussi délibérément scandaleux. Car tel était le propos, à l'époque où le réalisateur imagina ce scénario. Malgré le fait que ce dernier ait coupé certaines scènes avant sa sortie, la censure a interdit son film dans plusieurs pays pendant longtemps, notamment en France. Certaines de ces scènes coupées n'ont jamais été retrouvées à ce jour et de nombreux fans rêveraient de pouvoir mettre la main dessus. Ceci a certainement contribué à faire de ce film une sorte de légende au fil du temps. La version qui nous est présentée ici est le montage le plus long à l'heure actuelle.

Wes Craven et Sean S. Cunningham se sont basés sur une fable du 14ème siècle qui racontait comment un paysan se venge du viol et du meurtre de sa fille, déjà portée à l'écran en 1959 par Ingmar Bergman : LA SOURCE (THE VIRGIN SPRING). C'est pourtant LA DERNIERE MAISON SUR LA GAUCHE qui lance une sorte de nouveau genre. Des films où le personnage principal se voit malmené de manière ignoble avant d'opérer une vengeance sans limite. C'est le cas par exemple de trois des titres les plus connus : I SPIT ON YOUR GRAVE de Meir Zarchi, LA MAISON AU FOND DU PARC (HOUSE ON THE EDGE OF THE PARK) Ruggero Deodato ou L'ANGE DE LA VENGEANCE (Ms. 45) de Abel Ferrara. Pour la plupart des films d'exploitation assez malsain !

Par manque de crédits pour cette production la plupart des scènes ont été tournées chez les Cunningham, les parents du producteur ayant gracieusement accordé l'utilisation de leur maison, leur piscine, leur bois... aux deux compères.Toujours à cause du petit budget dont ils disposaient pour cette réalisation, le film avait été tourné initialement en 16 mm, puis gonflé en 35 mm, pour la sortie cinéma. Cela explique une qualité d'image qui donne une impression d'image sale et brute. Ce hasard heureux renforce le sentiment de malaise que l'on peut avoir en regardant certaines des scènes. Il s'agit ici de la meilleure version que l'on peut trouver sur le marché malgré quelques défauts de pellicule.

Enfin, le DVD comporte un booklet très intéressant qui retrace l'historique du film (par contre, il ne contient pas de photos) avec quelques anecdotes. Avec la bande-anonce en prime, ce DVD contribue à rendre hommage à ce film qui, malgré sa mauvaise réputation, reste l'une des pierres angulaires du cinéma d'horreur.

Rédacteur : Nadia Derradji
Cofondatrice du site DeVilDead en l’an 2000, Nadia Derradji s’est, depuis, orientée vers d’autres projets personnels et professionnels.
54 ans
84 critiques Film & Vidéo
On aime
La psychologie des personnages.
On n'aime pas
La vérité qui s'en dégage.
Débattre des questions posées par le film.
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
6,81
16 votes
Ma note : -
Autres critiques
L'édition vidéo
THE LAST HOUSE ON THE LEFT DVD Zone 2 (France)
Editeur
Support
DVD (Simple couche)
Origine
France (Zone 2)
Date de Sortie
Durée
1h21
Image
1.85 (16/9)
Audio
English Dolby Digital Mono
Francais Dolby Digital Mono
Sous-titrage
  • Français
  • Supplements
    • Bande-annonce
    • Filmographie de Wes Craven
    • Booklet sur l'historique du film
    Menus
    Menu 1 : DERNIERE MAISON SUR LA GAUCHE, LA (THE LAST HOUSE ON THE LEFT)
    Autres éditions vidéo