Header Critique : CRIMES OF THE FUTURE

Critique du film et du DVD Zone 2
CRIMES OF THE FUTURE 1970

 

Après avoir tourné STEREO en 1969, David Cronenberg rempile dès l'été suivant, pour son nouveau long métrage. Il adopte un modus operandi très semblable. Il loue du matériel 35mm (en couleur, cette fois-ci), et, pour interpréter les personnages, il réunit des amis, acteurs non professionnels, dont certains jouaient déjà dans STEREO. Pour la technique, Cronenberg fait office d'homme à tout faire : il est réalisateur, opérateur, monteur, scénariste et producteur simultanément ! A nouveau, il n'y aura pas de bande-son traditionnelle, et, en particulier, pas de prise de son direct. Cronenberg veut en effet éviter la gène constituée alors par le bruit émis par la caméra qu'il utilisait.

Un nommé Adrian Tripod enquête sur Antoine Rouge, un dermatologue qui serait associé à une terrible épidémie ayant provoqué la disparition de toutes les femmes sexuellement matures... Cette maladie mortelle trouverait sa source dans un étrange produit de beauté...

CRIMES OF THE FUTURE reprend non seulement des méthodes techniques héritées de STEREO, mais il en retrouve aussi l'atmosphère et certains principes de narration. A nouveau, l'action est commentée par une "voix off", augmentée pour l'occasion de bruitages abstraits. A nouveau, des personnages énigmatiques déambulent dans des décors modernes, stériles, sans s'adresser la parole, mais en se livrant à des gestuelles parfois abstraites, toujours insolites.

Comme STEREO, CRIMES OF THE FUTURE contient de nombreux éléments annonçant nettement les futurs films du metteur en scène. Cette fois-ci, sa narration s'avère plus traditionnelle. Nous n'avons pas affaire à un faux documentaire, mais bien à un long métrage relativement classique, racontant une histoire développée progressivement. Nous y trouvons des épidémies (comme dans RAGE), des mutations psychiques (comme dans SCANNERS) ou physiques (comme dans CHROMOSME 3), des sociétés secrètes (comme dans VIDEODROME)... Bref, tout Cronenberg paraît déjà bien en place dans cette étrange intrigue de science-fiction, encore plus précisément que dans STEREO.

 

Mais, si CRIMES OF THE FUTURE s'avère plus "construit" que STEREO, il n'en reste pas moins un long métrage expérimental, appelé à rester déconcertant pour une bonne part du public. Les explications passent beaucoup plus par la voix off que par l'image, le spectateur ayant du mal à reconnaître les personnages, à démêler leurs actions, à comprendre leurs déplacements dans divers bâtiments.

Un peu moins élégant visuellement que STEREO, CRIMES OF THE FUTURE reste donc un coup d'essai qui, s'il annonce de façon intéressante la carrière de son metteur en scène, reste assez aride et confus. Il s'agit donc d'une curiosité, qui intéressera surtout les fans de David Cronenberg. Par la suite, ce metteur en scène cesse de tourner des films de façon aussi totalement indépendante. Il commence à travailler abondamment pour la télévision canadienne. Jusqu'à ce que son destin rebondisse en 1974, avec le tournage de son premier vrai long métrage professionnel : FRISSONS...

Comme nous l'avons déjà écrit dans le test de STEREO, CRIMES OF THE FUTURE sort en France sur un DVD contenant aussi STEREO. Sur ce disque, CRIMES OF THE FUTURE se voit proposé dans un cadrage 1.66 (en vidéo 16/9) et en couleurs. Le cadrage nous a parfois semblé un peu serré vers le haut, dans quelques plans ponctuels... A priori, la copie est un peu plus propre que celle de STEREO, et les couleurs sont plutôt réussies. Restent, par endroit, quelques soucis de granulation et de fixité, sans doute dus aux conditions de fabrication du film.

En bande-son, nous trouvons la version originale anglaise mono (encodée sur deux canaux), livrée avec plusieurs sous-titrages Zone 2 optionnels, dont le français. Une bande-son plutôt propre, très acceptable pour un film expérimental indépendant...

Enfin, le disque ne propose pas de supplément particulier, mais rappelons, à nouveau, qu'il contient tout de même deux films à la fois. De plus un feuillet propose des notes d'intention de David Cronenberg sur ces métrages, ainsi que sa biographie. Bref, ce disque est une opportunité très satisfaisantes de découvrir STEREO et CRIMES OF THE FUTURE dans des conditions satisfaisantes...

Rédacteur : Emmanuel Denis
Photo Emmanuel Denis
Un parcours de cinéphile ma foi bien classique pour le petit Manolito, des fonds de culottes usés dans les cinémas de l'ouest parisiens à s'émerveiller devant les classiques de son temps, les Indiana Jones, Tron, Le Dragon du lac de feu, Le Secret de la pyramide... et surtout les Star Wars ! Premier Ecran fantastique à neuf ans pour Le retour du Jedi, premier Mad Movies avec Maximum Overdrive en couverture à treize ans, les vidéo clubs de quartier, les enregistrements de Canal +... Et un enthousiasme et une passion pour le cinéma fantastique sous toutes ses formes, dans toute sa diversité.
48 ans
1 news
560 critiques Film & Vidéo
1 critiques Livres
On aime
Tout l'univers de Cronenberg est déjà présent
On n'aime pas
Un film parfois un peu déconcertant
RECHERCHE
Mon compte
Se connecter

S'inscrire

Notes des lecteurs
Votez pour ce film
Vous n'êtes pas connecté !
-
2 votes
Ma note : -
L'édition vidéo
CRIMES OF THE FUTURE DVD Zone 2 (France)
Editeur
Reel23
Support
DVD (Double couche)
Origine
France (Zone 2)
Date de Sortie
Durée
1h02
Image
1.66 (16/9)
Audio
English Dolby Digital Mono
Sous-titrage
  • Anglais
  • Français
  • Supplements
    Menus
    Menu 1 : CRIMES OF THE FUTURE
    Autres éditions vidéo