TALES OF TERROR (http://www.devildead.com)

TALES OF TERROR
L'EMPIRE DE LA TERREUR


TALES OF TERROR est un film à sketches mettant en scène trois adaptations de récits d'Edgar Allan Poe. "Morella" "Le chat noir" et "Le cas de Mr Valdemar" constituent donc ce film d'un genre qui, malheureusement, se fait de plus en plus rare au cinéma.

Roger Corman est un homme incontournable dans l'histoire du cinéma fantastique américain. Il a été impliqué dans plus de 300 films en tant que producteur mais il est aussi le réalisateur de 54 longs métrages. Parmi ceux-là, les plus reconnus sont sans doute ceux qui constituent le cycle Poe. Cette série d'adaptations de nouvelles d'Edgar Allan Poe a commencé en 1958 avec LA CHUTE DE LA MAISON USHER et s'est poursuivi avec succès, avec toujours à une exception près Vincent Price comme acteur principal. Produits par l'AIP, ils constituaient en quelque sorte la réponse américaine au succès des films d'horreur britanniques de la Hammer. C'est dans ces conditions qu'apparaît le troisième film de cette série, TALES OF TERROR, juste après LA CHAMBRE DES TORTURES.

Pour ce film, Corman s'est entouré d'un casting prestigieux. Si l'on retrouve bien entendu son acteur fétiche pour cette série, Vincent Price dans les trois sketches du film, il est ici en très bonne compagnie. Dans le second sketch, il nous livre une performance d'anthologie aux côtés de Peter Lorre, qui après avoir pris part à de nombreux classiques du septième art (M LE MAUDIT, ARSENIC ET VIEILLES DENTELLES, LE FAUCON MALTAIS...) vient ici s'essayer au cinéma de genre avec la plus grande réussite. On retrouve également dans le troisième sketch Basil Rathbone, acteur célèbre pour avoir été l'incarnation à de multiples reprise de Sherlock Holmes à l'écran.

De même, en ce qui concerne le scénario, il n'est pas l'œuvre du premier venu car c'est à Richard Matheson qu'est revenu le privilège d'adapter les écrits de Poe, Matheson reconnu comme un des grands noms du fantastique, que ce soit dans le domaine de la littérature (JE SUIS UNE LEGENDE, L'HOMME QUI RETRECIT...) ou du scénario (LA MAISON DES DAMNES, LES VIERGES DE SATAN, DUEL...).
A noter pour l'anecdote que deux des trois nouvelles de Poe adaptées ici feront l'objet d'une nouvelle vision en 1990 dans le film à sketches co-réalisé par Dario Argento et George Romero : DEUX YEUX MALEFIQUES.

Comme c'est souvent le cas dans un film à sketches, on se retrouve avec trois parties assez inégales, aussi bien par leur longueur que par leur qualité. Le point fort de ce film est d'assez loin le second sketch, "The Black Cat" qui nous propose des scènes inoubliables entre Peter Lorre et Vincent Price, et ce n'est sans doute pas un hasard si ce segment dure beaucoup plus longtemps que les deux autres. Malgré tout, ceux-ci se laissent voir sans déplaisir et on y trouve une ambiance très soignée, susceptible d'offrir un agréable divertissement.



"Morella", sûrement le segment le plus sombre des trois, nous replonge dans une ambiance proche de LA CHUTE DE LA MAISON USHER avec cet homme qui pleure la disparition de sa femme, alors que sa jeune fille, qu'il juge responsable du décès est de retour à la maison. Une fois encore, l'absence relative de moyens des productions AIP ne se fait pas sentir et le sketch se déroule dans une ambiance superbe avec entre autres un soin tout particulier accordé aux décors. Vincent Price livre une prestation très sobre en veuf désespéré et les deux magnifiques actrices qui l'accompagnent contribuent grandement à la réussite générale de cette histoire de vengeance d'outre-tombe.

Le deuxième volet est certainement le plus intéressant des trois. Il s'agit de "The Black Cat", adaptation qui tient tout autant du "Chat noir" de Poe que d'une autre de ses nouvelles, "La barrique d'amontillado". Nous avons ici affaire à Montresor Herringbone (Peter Lorre) buveur invétéré qui va envoyer Fortunato (Vincent Price) tout droit dans les bras de sa femme, avant de se venger des deux amants d'une manière toute personnelle. Ce sketch est un compromis parfait entre l'horreur et un glaçant humour noir. Il serait bien sûr impossible de parler de cette histoire sans parler de ses interprètes, incontestablement le point fort du sketch. Nous avons ici droit à des performances magistrales de Peter Lorre et Vincent Price, leur affrontement atteignant son paroxysme lors de la mémorable scène du concours de taste-vin, sans doute le meilleur moment du film, où les deux acteurs étalent l'immense palette de leur jeu pour nous faire succomber de délice, et ce même après de multiples visions. De même la réalisation de Corman sort un peu de son classicisme et il sait faire preuve d'une certaine habileté pour palier les éventuels manques de moyens, susceptibles de brider son imagination, notamment lors des séquences d'hallucinations de Peter Lorre.

Le troisième sketch est "The Case of Mr Valdemar" dans lequel un homme à l'article de la mort accepte d'être hypnotisé pour soulager sa douleur. Ce sketch constitue sans doute le maillon faible de ce film. Bien qu'il ne soit pas dénué d'intérêt, grâce notamment à la qualité de ses interprètes, il est un peu vite expédié et un tel sujet aurait sans doute mérité un traitement un peu plus soigné. Certains effets sont assez ratés, et la trop courte durée (25 minutes environ) pousse le réalisateur à aller trop vite, sautant des étapes qui auraient rendu l'histoire bien meilleure et cohérente. Malgré cela, il reste de bonnes idées (le matériau de départ aidant beaucoup) et ce segment mérite une vision ne serait-ce que pour apprécier le machiavélisme d'un Basil Rathbone des grands jours. Les amateurs d'anecdotes apprécieront de savoir que les séquences d'hypnotisme de ce segment furent supervisées par William J. Bryan, le directeur exécutif de l'American Hypnosis Institute, ce qui démontre un souci du détail que l'on n'a pas toujours connu chez Roger Corman.

Si ce DVD ne fait pas à proprement parler partie de la collection "Midnite movies" de MGM, on peut se demander pourquoi. En effet, il en reprend l'habillage général de la jaquette (au verso) et les principales caractéristiques de la collection. La copie est donc assez satisfaisante même si certains passages semblent un peu fatigués, mais les couleurs, notamment lors de la séquence d'hypnotisme, sont bien rendues dans l'ensemble. L'unique piste sonore disponible en anglais est le mono d'origine, habituel chez MGM, accompagné comme souvent chez cet éditeur d'un sous-titrage français et espagnol. La bande annonce étant, hélas, le seul bonus venant accompagner l'ensemble.

Disponible pour un prix très raisonnable, nous ne saurions que trop vous conseiller de jeter un œil à ce film, surtout si vous êtes fan du cycle Poe-Corman-Price. En effet, malgré quelques défauts et inégalités entre les sketchs, vous pourrez découvrir un film très agréable, porté par un casting de premier plan et qui recèle quelques scènes d'excellente facture.

Damien Bernat

ON AIME
L'interprétation générale
Le face à face Price - Lorre
Le petit prix du DVD

ON N'AIME PAS
Des sketchs de qualité inégale
L'absence de bonus

Meilleures scènes

  • Le reveil
    (Chapitre 4 [0'16'37])
  • Le concours de taste-vin
    (Chapitre 8 [0'30'23])
  • L'emmurage
    (Chapitre 12 [0'48'37])

Année : 1962

Durée : 89 minutes

Acteurs :
Vincent Price
Peter Lorre
Basil Rathbone
Maggie Pierce
Leona Gage
Joyce Jameson
Debra Paget
David Frankham

Réalisateur :
Roger Corman

Scénario :
Richard Matheson
Edgar Allan Poe (nouvelles)

Musique :
Les Baxter

Format disque :
Simple Couche

Format Image :

Format sonore :
Anglais : 

La bande-son codée sur deux canaux est en mono

Sous-titrages :
Franais

Espagnol

Les Suppléments

Bande-annonce

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS


 Il y a 5 DVD/HD en DB...

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur
Sketchs

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com