TOTAL RECALL


La gestation de TOTAL RECALL est douloureuse. Entre l'écriture du premier scénario par Dan O'Bannon et Ronald Shusett, il s'écoule pas mal d'années durant lesquelles différents réalisateurs planchent sur le sujet. Avec pour commencer David Cronenberg qui verrait bien William Hurt ou Richard Dreyfuss dans le rôle principal. Il passe d'ailleurs un an à travailler sur le projet et réécrit une part du scénario. Le bilan ? Sa version du scénario est jugée trop Philip K. Dick et il abandonne le navire. Ironique, dans le sens où TOTAL RECALL est basée sur une nouvelle de Philip K. Dick. Se succèdent encore d'autres réalisateurs dont Bruce Beresford qui au moment de commencer le tournage, avec Patrick Swayze dans le rôle principal, est contraint d'arrêter faute d'argent. Finalement, c'est Arnold Schwarzenegger, auquel le sujet tient très à coeur depuis qu'il a lu le script, qui va convaincre Carolco de racheter les droits et de produire le film avec lui-même en tête d'affiche. Limite s'il ne produit pas le film, tant l'acteur est présent durant les différentes étapes de mise en place du projet, jusqu'à contacter Paul Verhoeven dont il a apprécié ROBOCOP. Le réalisateur emballé lâche le film qu'il préparait pour s'occuper de TOTAL RECALL. Il jette au panier tout le travail de conception réalisé par l'équipe de Bruce Beresford et reprend tout à zéro. A l'arrivée, un film musclé mais pas décérébré qui s'avère être le parfait véhicule pour Arnold Schwarzenegger.

Nous avions déjà abordé le film lors de notre critique du premier DVD américain. L'une des toutes premières critiques du site où vous pourrez retrouver quelques photos du film.

La part la plus attrayante de TOTAL RECALL est de pouvoir être appréhendé à deux niveaux. D'un côté un aspect purement bourrin où le personnage principal décanille ses opposants en leur éclatant le nez ou en les arrosant copieusement de plombs. A ce niveau-là, le troisième film hollywoodien de Paul Verhoeven fait dans une violence pour le moins brutale et sanglante. Plutôt rare dans un film de ce style à l'époque. Le réalisateur a d'ailleurs eu maille à partir avec la censure américaine. Une fois de plus... Ainsi, la fusillade dans l'escalator était bien plus sanglante (?) tout comme la séquence où "thumbelina", la naine du Last Resort, plante son couteau dans le ventre du bras droit de Richter. Action pure et dure pour un résultat vraiment jouissif ! Etrangement, le film fût très bien accueilli par le public féminin.

L'autre versant de TOTAL RECALL, c'est l'exploration du réel et du virtuel. Est-ce que l'histoire est vraie ? Toutes les interprétations sont permises. Le réalisateur ayant fait en sorte de donner tous les éléments pour ouvrir le débat. Le film se finit de manière optimiste tout en posant la question. A vous de voir. Pour notre part, il nous paraît quand même évident que le pauvre Quaid est bon pour la lobotomie. La plupart des indices se retrouvent dans la visite à Rekall (ciel bleu sur Mars, le visage de Mélina sur le moniteur tout comme le réacteur, etc...).

Aux débuts du DVD, Live Entertainment avait sorti aux Etats-Unis sa version de TOTAL RECALL. Même s'il s'agissait d'un transfert non anamorphique (pas 16/9), l'image était vraiment jolie. A l'époque, nous étions pas mal à utiliser ce disque histoire de faire basculer les réfractaires dans l'achat d'un lecteur de DVD. Le rouge, couleur dominante du film, était stable alors qu'auparavant, sur les Laserdiscs et cassettes vidéos, cette couleur posait pas mal de problèmes. De quoi prouver la supériorité du nouveau support numérique. Ils avaient même créé une bande-son Dolby Digital 5.1 avec les éléments d'origine à l'époque. Depuis, quatre années ont passé et la qualité des disques s'est encore améliorée. D'où la ressortie d'une nouvelle édition comprenant enfin autre chose que les bandes-annonces et les filmographies !

DVD Studio Canal
DVD Live Z1 USA

Le nouveau DVD français est pour le moins réussi au niveau de l'image. Celle-ci est de très bonne tenue et si l'on doit se plaindre, ce sera pour un rendu des couleurs moins chaud que celui de l'ancien DVD américain. Cela peut s'expliquer par la différence entre le NTSC et le PAL. On peut aussi noter une tendance à tirer sur le vert. En dehors de cela, les minuscules petites anicroches sont anecdotiques. Côté son, la version française, indiquée en 4.0, reste dans son doublage en stéréo surround d'origine. Il faudra donc utiliser un ampli Dolby ProLogic pour la décoder dans le cas où vous voudriez bénéficier des ambiances surround. Néanmoins, il serait dommage de ne pas plutôt regarder le film dans sa version originale. Un mix en Dolby Digital 5.1 est en effet disponible. Il est, comme vous pouvez vous en douter, bien plus démonstratif. Que ce soit dans les moments calmes ou explosifs, il donne une présence massive à la bande-sonore.

Nous avons pourtant noté un problème, lors de certaines explosions à la fin du film, des grésillements se sont fait entendre de manière disgracieuse sur les canaux arrières. Nous ne savons pas à l'heure qu'il est s'il s'agit d'un bug (test effectué sur un lecteur Pioneer) ou si le DVD de test comporte un défaut. Ce problème reste à éclaircir. Nous avons d'ailleurs tout de suite comparé cette bande-son avec celle présente sur l'ancien DVD américain. Sur ces passages en particulier, les infos dans les surrounds sont plus vivantes et nettes. Aucun grésillement n'a été repéré !


Les quarante premières secondes du "Making Of" sont consacrées à la publicité de Rekall. La même que celle diffusée dans le métro qu'emprunte Quaid au début du film. On peut la découvrir dans son intégralité avant que ne commence la Featurette d'époque. Bourrée d'images de tournages et de bribes d'interviews prises lors du tournage, elle permet de découvrir les coulisses du film. Il est vrai que comme toute Featurette, il s'agit tout de même de faire la promotion du film. On ne rentre jamais réellement dans le vif du sujet pour simplement le survoler. Toutefois, toutes ces images, parfois entraperçues, ont de quoi ravir tout ceux qui ont vu et revu le film depuis sa sortie en salles. On peut aussi y découvrir furtivement quelques dessins de production réalisés par Ron Cobb. Il ne serait pas étonnant que ce dernier se soit retrouvé sur ce projet sous l'impulsion de Arnold Schwarzenegger puisqu'ils s'étaient déjà croisés pour CONAN.

Encore plus passionnant, "Imagining Total Recall" est un documentaire contenant des interviews récentes de Paul Verhoeven, Arnold Schwarzenegger ou Ronald Shusett. On peut aussi y découvrir des morceaux d'interviews d'époque en ce qui concerne Rob Bottin. Tout ce petit monde développe la genèse du film de l'écriture du scénario jusqu'à son tournage.

Deux bonus sont exclusifs au DVD édité par Studio Canal. Et pour cause, l'éditeur a pris le parti de réaliser des interviews dans le même genre que celles proposées sur les DVD de la collection "Cinema de Quartier". Ainsi, Stephane Bourgoin dresse un rapide historique de la littérature de science-fiction et plus particulièrement en ce qui concerne Mars sans oublier de développer à propos de Philip K. Dick mais aussi de TOTAL RECALL. On donne aussi la parole à deux professionnels des effets spéciaux : Morgan Hildebrand et Gerald Mignotte. Les deux hommes décryptent de manière technique certaines séquences du film. Seule ombre au tableau, il aurait été préférable de laisser parler Morgan Hildebrand dans sa langue d'origine puisqu'il ne maîtrise pas la langue française à la perfection. Il faudra donc avoir un vocabulaire anglais pour décrypter ce qu'il raconte sans compter son fort accent qui n'arrange rien !

Des morceaux du scénario original sont proposés pour plusieurs scènes. S'il en était besoin, cela vous donnera une idée des modifications faites au scénario pendant toute la production d'un film. De grandes différences sont notables par rapport au film. Il faudra toutefois manier la langue anglaise puisque ces extraits sont entièrement en anglais ! La galerie de photos, quant à elle, contient quelques affiches et des photos de tournage au milieu de pas mal de clichés du film. On regrettera de ne pas y retrouver les dessins de préparation ou quelques planches de story-boards (oui, nous ne sommes jamais contents !).

Seulement une bande-annonce est proposée. On regrettera que le Teaser original ne soit pas sur le disque. Celui-ci ne comporte pas d'image du film et avait été réalisé spécialement pour appâter les spectateurs. Rien n'est complètement perdu puisque l'on retrouve des extraits de celui-ci dans le "Making Of" et le documentaire. En dehors de cela, on peut regretter que le commentaire audio enregistré par Arnold Schwarzenegger et Paul Verhoeven pour l'édition spéciale du disque américain ne soit pas présent sur le DVD français. Pour en terminer avec les bonus, on retrouve des filmographies (déroulantes) ainsi qu'un quiz caché sur le menu principal. Au bout d'une dizaine de questions, il ne vous sera rien offert. En tout cas, nous n'avons pas eu de récompense de notre côté. On notera un étrange compteur sur le menu principal. Y'aurait-il d'autres bonus cachés ?

Avec cette nouvelle édition de TOTAL RECALL, on en a pour son argent. Pas plus cher qu'un autre film, les deux DVD seront vendus dans une boite métal plutôt jolie. Etant donné le contenu alléchant, il serait un peu dommage de passer à côté de ce film à moins de ne pas l'aimer du tout... ce qui est le cas de David Cronenberg !

Christophe "Arioch" Lemonnier

ON AIME
Les mutants

Le scenario
Revoir le film...
De nombreux bonus certains n'existants pas sur les autres éditions !

ON N'AIME PAS
Ne pas avoir tous les bonus de l'édition américaine

Meilleures scènes

  • Rekall
    (Chapitre 3 et 4)
  • La douane martienne
    (Chapitre 8)
  • L'activation du générateur
    (Chapitre 16)
Année : 1990

Durée : 108 minutes

Acteurs :
Arnold Schwarzenegger
Rachel Ticotin
Sharon Stone
Michael Irondside
Ronny Cox

Réalisateur : 
Paul Verhoeven

Scénario :
Ronald Shusett 
Dan O’Bannon
Philip K. Dick (Roman)

Musique :
Jerry Goldsmith

Format disque :
2 DVD - Double Couche

Format Image :

Format sonore :
Anglais : 
Français : 

La bande-son codées sur 2 canaux est en Surround et il est possible de la décoder en

Sous-titrage :
Français

Les Suppléments

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS


 Il y a 10 DVD/HD en DB...

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Science-fiction
Action
Extra-terrestre

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com