DVD (1)

Reviews (1)

DVD Covers

Videos (1)

Posters (1)

Lobby Cards

 FILM INFOS

 Titre original

 DARK RAGE

 Année

 2008

 Nationalité

 Angleterre

 Réalisation

 Lee Akehurst

 Scénario

 Lee Akehurst

 Acteurs

 Christopher Dunne
 Christopher Dane
 Sarah Akehurst
 Helen Millar
 Brett Findlay
 Neil Linpow
 Kay Taylor
 Lance Patrick
 Ross Holland
 Graeme Benson
 John Ashley Cole
 Elise Harris
 Adam Dahrouge
 Jennifer Burgess
 Mirjam Genetay
 Mike Bracewell

 

 VIDEOS

 Bande-annonce

 

 POSTERS

 
 DARK RAGE

 

Petite production indépendante, DARK RAGE possède sur le papier une histoire à priori intéressante. Celle de Ned (Christopher Dunne) un cinquantenaire rangé travaillant dans un centre d’appels et vivant avec sa fille. Et celle de Paul (Christopher Dane), son locataire de longue durée, légiste à la morgue locale. Tous les deux sont des tueurs en série. Ned abat les hommes qui l’importunent. Paul des femmes qu’il viole une fois morte sur sa table de dissection.

Photo : DARK RAGE

Alléchant, n’est-ce pas ? Détrompez-vous, triple fois hélas. La mise en image est proche du catastrophique. Même si la projection fut médiocre, on ne peut que mettre en avant la laideur de l’ensemble. L’excuse d’un budget qu’on sent très bas mise de côté, le réalisateur, scénariste et producteur Lee Akehurst ne réussit jamais à déployer une once de malaise, de peur ou d’horreur sur l’écran.

Photo : DARK RAGE

On sent bien qu’il souhaite mettre son nez là où cela ne sent pas très bon. Un peu de nécrophilie par ici, de la torture par là, une pincée de cinéma social à l’anglaise, une folie tranquille, du voyeurisme… rien n’y fait. Le scénario poursuit plusieurs lièvres à la fois et oublie de se focaliser sur son sujet. Si bien que l’ennui pointe rapidement le bout de son nez et rien ne changera pendant les 90 minutes réglementaires.

Photo : DARK RAGE

Une mise en scène très fonctionnelle et sage que l’on sent en rapport à l’approche psychologique de l’ensemble. Tourné en format Scope (probablement en HDCam vu le rendu visuel ?), le réalisateur n’en exploite aucun avantage. Toutes les actions sont situées au centre de l’écran. A se demander si le choix du format n’a pas été une erreur.

Photo : DARK RAGE

Quant aux attaques des victimes, tout se situe hors champs : on ne voit rien. Côté carnage, il n'y rien à se mettre sous la dent. Toutes les attaques se trouvent désamorcées par une volonté de ne rien montrer à l’écran. Raison budgétaire, apparemment. Mais aussi un manque flagrant de rigueur dans la construction des scènes, l’élaboration du suspense : aucune montée d’adrénaline ne survient. Qu’un livreur de pizza se fasse étrangler ou qu'un homme attaché à un arbre se fasse brûler vif… On ne ressent rien. On se contrefiche des victimes et des affres psychologiques de Ned. L’absence d’enjeu, peut être ? Parce que même si la caméra suit plus Ned dans ses tribulations de travail, le fait qu’il se fasse maltraiter par son patron, par exemple, n’entre jamais vraiment en ligne de compte. Les scènes d’exposition se suivent, inintéressantes. Les amateurs de suspense ou d’horreur seront plus que déçus.

Photo : DARK RAGE

Il faut y ajouter un jeu d’acteur amateur qui n’arrange en rien les affaires du film. Si les deux acteurs principaux s’en sortent avec les honneurs, le reste du casting fait plonger DARK RAGE dans une sorte de production régionale du plus mauvais effet. On sent l’envie de bien faire, la volonté de créer un univers à part... La scène de fesses entre Ned et sa collègue de travail ne fonctionne pas. Le simple fait de la voir monter les escaliers fait penser de suite au réalisateur que l’on entend dire «surtout, monte bien les escaliers lentement pour qu’on sente que tu es inquiète» ! Et elle les monte lentement, les escaliers. Le pas lourd. La tête droite. Non, ça ne marche pas et cela en devient risible.

Photo : DARK RAGE

Il n’y a guère que les dix dernières minutes qui rehaussent l’intérêt : la rencontre des deux tueurs. Il aura fallu subir 80 minutes de très longs dialogues et d’histoires sans aucun intérêt pour comprendre où veut en venir le réalisateur. Toujours sans enjeu, le scénario est à bout de cartouche et tente désespérément un retournement de situation (qui a pourtant été parcimonieusement dispensé tout au long du film)… dont, hélas, on se contrefiche complètement (Hormis la seule scène gore). Si bien qu’au bout du film, on se surprend à dire «tout ça pour ça ?». Et de quitter la salle dans une relative indifférence. Entre la mise en scène pataude et les acteurs quasiment tous médiocres, le scénario n’arrive pas à masquer de criants problèmes d’écriture.

Photo : DARK RAGE

L’affiche du film apostrophait «Vous êtes-vous déjà demandé comment fonctionne un tueur en série ?» Il faut avouer qu’on en sait guère plus avec ce DARK RAGE qui n’a de ténébreux et d’enragé que le titre du film. C’est plutôt la mollesse et l’ennui qui tiennent le haut du pavé. Quelle perte de temps ! Pourtant la perspective de passer une heure et demi en compagnie de deux tueurs en série britanniques avait tout pour être attrayante ? Après la vision de DARK RAGE, probablement tout sauf le film.

Francis Barbier

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Thriller
Serial Killers

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com