DVD (3)

Reviews (2)

DVD Covers (2)

Videos

Posters

Lobby Cards

 FILM INFOS

 Titre original

 THEY ARE AMONG US

 Autres titres

 ILS SONT PARMI NOUS
 

 Année

 2004

 Nationalité

 Etats-Unis

 Réalisation

 Jeffrey Obrow

 Scénario

 Jeffrey Obrow
 Lars Hauglie

 Acteurs

 Lacey Beeman
 Corbin Bernsen
 Bruce Boxleitner
 Michael DiLallo
 Alison Eastwood
 George 'Buck' Flower
 Michael Maples
 Hunter Tylo
 Nana Visitor

 

 DVD INFOS

 

Editeur

Free Dolphin

Format Disque

Simple Couche

Durée

97 minutes

Format Image

Format Sonore

English

English

Francais

Francais

Sous-titrages

Francais

 

 SUPPLEMENTS

 •Bande annonce

 

 ON AIME

• Un produit globalement bien emballé

 ON N'AIME PAS

• Routinier et peu inspiré
• Image non anamorphosée et bonus manquant

 FORUM

Donnez-nous votre avis et discuter du film dans notre Forum. Pour cela, cliquez sur
SUJET CONSACRE AU FILM SUR LE FORUM
 

 ILS SONT PARMI NOUS

 THEY ARE AMONG US

Daniel, fils de bonne famille d’une banlieue américaine sans histoire, est sur le point d’avoir 18 ans. Un événement d’apparence banal qui engendre une excitation particulièrement étrange chez ses parents. En outre, ces derniers cachent de plus en plus maladroitement le culte qu’ils portent à une sorte de boite camouflée dans la maison. Daniel, aidée de ses amis, va découvrir l’emplacement de cette fameuse boite. Son contenu n’a malheureusement rien d’humain. De là à dire que ses parents font partie d’une confrérie extra-terrestre belliqueuse visant à conquérir la Terre en infiltrant les classes moyennes, il n’y a qu’un pas !

Photo : ILS SONT PARMI NOUS (THEY ARE AMONG US)

ILS SONT PARMI NOUS est une nouvelle production télévisuelle de la chaîne Sci-Fi Channel, qui avait initié une collection de films à petit budget pour une diffusion en exclusivité sur son antenne (avant une diffusion plus large en DVD). Après s’être attaqué entre autres au mythe du vampire (voir notre critique du fumeux LA SECTE DES VAMPIRES de Richard Brandes), Sci-Fi poursuit ses méfaits en traitant de l’invasion extra-terrestre «en sous-marin» via une ratatouille narrative recyclant moult poncifs issus de L’INVASION DES PROFANATEURS DE SEPULTURES ou encore L’INVASION VIENT DE MARS, voire même du déjà bien ratatouillesque LES MAITRES DU MONDE de Stuart Orme avec Donald Sutherland et Keith David.

Photo : ILS SONT PARMI NOUS (THEY ARE AMONG US)

Si le scénario a été visiblement écrit à côté de la photocopieuse, ILS SONT PARMI NOUS s’entoure malgré tout de solides professionnels pour faire passer la pilule. A la mise en scène, nous retrouvons le vétéran Jeffrey Obrow, un artisan carré bien que peu prolifique : six films en plus de vingt ans dont THE KINDRED, co-réalisé avec son ancien complice Stephen Carpenter, et présenté en sélection officielle en 1987 à Avoriaz. Production télé oblige, ILS SONT PARMI NOUS brasse un casting majoritairement issu du petit écran avec néanmoins quelques «stars» en guise de point de repères. On reconnaîtra l’ancien top modèle Hunter Tylo (devenu depuis la reine des soaps et du botox), Bruce Boxleitner (superstar des séries du dimanche après-midi comme FRANK, CHASSEUR DE FAUVES, LES DEUX FONT LA PAIRE ou BABYLON 5, mais aussi héros de TRON), Alison Eastwood (la fille de qui vous savez), ainsi que le regretté George «Buck» Flower (comédien récurrent chez John Carpenter) pour qui c’est la dernière apparition à l’écran.

Photo : ILS SONT PARMI NOUS (THEY ARE AMONG US)

A l’instar de LA SECTE DES VAMPIRES, ILS SONT PARMI NOUS n’a aucune ambition d’originalité pour la simple et bonne raison qu’il s’adresse à un public jeune n’ayant que peu d’antécédent avec le fantastique. La séduction du spectateur adolescent est particulièrement ostentatoire dans la peinture du trio principal du film (Daniel, sa petite amie et son meilleur copain). Les trois compères s’angoissent face à l’inexorabilité du temps qui passe (bientôt 18 ans, le début de la sénilité !) et surtout du comportement envahissant et souvent stupide de cette frange de la population que l’on appelle communément «les parents». Alors que l’on croit s’endormir devant un épisode de DAWSON, Daniel et ses amis découvrent que l’heure est grave : des larves aliens investissent les corps de nos honnêtes concitoyens. Heureusement que ces derniers croisent par hasard Finley, une dure à cuir (normal, c’est la fille de Clint Eastwood) qui a juré de «botter le cul» de ces «salopards» d’envahisseurs.

Photo : ILS SONT PARMI NOUS (THEY ARE AMONG US)

Si l’idée d’un alien qui prend possession du corps humain est bien pratique pour économiser sur le budget des effets spéciaux, il a le net désavantage d’être franchement peu spectaculaire. ILS SONT PARMI NOUS s’autorise quand même quelques dérapages en imaginant que les larves extra-terrestres, une fois dans le corps hôte, décideraient de reprendre leur véritable forme. C’est alors que le novice Chad Washam entre en jeu pour nous concocter des créatures au look très «ghouls venu de l’espace» (la preuve, elles ont la peau bleue cendrée !). Le final s’autorise même l’apparition d’un über-alien, un gros tas à l’articulation rouillée possédant une gueule gigantesque. Une sale bête que Bruce Boxleitner (humain complice de l’invasion) combattra finalement à coup de fusil en pleine gueule et de mots doux : «touche pas à mon fils, sale fils de pute !». Nous sommes ici en plein décalque du final de ALIENS de James Cameron, où Sigourney Weaver défendait sa "progéniture" (par procuration) avec la même fougue linguistique.

Photo : ILS SONT PARMI NOUS (THEY ARE AMONG US)

Il n’y a donc pas grand-chose à sauver de ce ILS SONT PARMI NOUS. La fadeur de l’histoire et la sensation de «déjà-archi-vu» ne permet aucune implication quelle qu’elle soit (on ne compte plus les emprunts fait à gauche à droite, comme un gobage de souris tout droit pompé sur la série V, LES VISTEURS). C’est d’autant plus dommage que le téléfilm est cependant emballé avec beaucoup de savoir faire. L’interprétation est globalement d’un bon niveau, la photographie et la mise en scène sont vraiment soignées pour une production de ce calibre. Seuls certains décors et maquillages trahissent le fond du porte-monnaie. Le visionnage est-il pour autant conseillé ?

Photo : ILS SONT PARMI NOUS (THEY ARE AMONG US)

L’édition DVD exploitée chez nous ne fait pas particulièrement d’étincelles. L’image, bien qu’elle soit au format et de bonne tenue, n’est pas anamorphosée pour le 16/9ème. Le disque propose en outre des mixages en stéréo ou en Dolby Digital 5.1 en version originale ou doublée. Production télé oblige, le mixage multicanal (conçu pour le DVD) est particulièrement sous exploité ce qui n’étonnera finalement personne. Les bonus se limitent à une seule bande-annonce, là ou le disque américain proposait une courte featurette sur les maquillages et un commentaire audio du réalisateur et de l’équipe.

Photo : ILS SONT PARMI NOUS (THEY ARE AMONG US)

ILS SONT PARMI NOUS ! Le «ils» correspondant aussi bien aux extra-terrestres qu’aux clichés recopiés sans le moindre embarras. Sci-Fi Channel ne cherche visiblement pas à contenter les amateurs du genre mais à élargir le cercle de ses initiés en flattant les jeunes spectateurs n’ayant pas encore pris connaissance des œuvres phares du genre. En termes marketing, on appelle ça «prospecter de nouvelles diversifications de cibles target potentielles». En termes cinéphiliques, on appelle ça «se faire gentiment chier » !

Eric Dinkian

MENUS

ILS SONT PARMI NOUS (THEY ARE AMONG US) - Menu DVD ILS SONT PARMI NOUS (THEY ARE AMONG US) - Menu DVD

 

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Science-fiction
Horreur
Extra-terrestre

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com