AN AMERICAN WEREWOLF IN LONDON
LE LOUP-GAROU DE LONDRES


Deux américains en vacances en Angleterre échouent dans un petit village où ils sont agressés par une créature indéterminée après avoir été jetés du pub local. David, seul survivant, se retrouve à l'hôpital où une infirmière se prend d'affection pour lui. Une belle idylle contrariée par le fait que David risque bien d'être un loup-garou.

Dans l'interview de John Landis, on apprend que le projet du LOUP-GAROU DE LONDRES germe en 1969. Bien avant qu'il ne devienne réalisateur, il bossait en Yougoslavie sur DE L'OR POUR LES BRAVES, avec Clint Eastwood et Donald Sutherland. Là, il lui arriva une anecdote morbide avec un chauffeur mort de rire à la vision d'un enterrement tzigane. Les gitans le ramènent aux premiers films de loups-garous de la Universal alors que l'anecdote elle-même lui fait se demander ce qu'il adviendrait si un mort revenait le hanter. Les deux ingrédients principaux du film : un loup-garou et des morts-vivants !

John Landis aurait pu s'appliquer à réaliser un film d'horreur. Trop facile et, de plus, son univers est tout entier tourné vers la comédie. Quasiment tout ce qu'il a pu réaliser se réfère en droite ligne à l'humour. LE LOUP-GAROU DE LONDRES n'échappe pas à la règle. Le passage au zoo est, par exemple, un pur moment comique qui tranche littéralement avec le sujet. Il n'en reste pas moins que l'intégralité du film ne verse pas dans la parodie ou le déluge de gags. Comme la plupart des films de loups-garous, le personnage principal traverse un drame émotionnel. Il vient de perdre son ami, il entame une relation amoureuse avec une jeune infirmière et il a la mâchoire facile les nuits de pleine lune. De ces situations, John Landis aura su trouver le fragile équilibre entre l'humour, l'horreur et le drame. Un pur bonheur où aucun de ces genres ne vient parasiter les autres. Ils ne font qu'un pour narrer l'histoire tragi-comique de David Kessler (David Naughton).

A la création du loup-garou, on trouve Rick Baker. Passionné de maquillage et d'effets spéciaux depuis son plus jeune âge, c'est Dick Smith (L'EXORCISTE, entre autre) qui l'aide dans un premier temps. Son chemin finit par croiser celui de John Landis pour la création du singe de SCHLOCK. C'est à ce moment là que le réalisateur lui souffle qu'il aimerait réaliser un film de loup-garou avec une transformation jamais vue jusque-là. Le temps passe et Rick Baker prend sous son aile Rob Bottin, un autre fondu de maquillage. Ils travaillent tous les deux pendant quelques années puis leurs chemins se séparent pour se croiser de nouveau pour deux films de loups-garous : HURLEMENTS et LE LOUP-GAROU DE LONDRES. Rob Bottin demanda même quelques conseils pour les transformations à son mentor. Seulement, HURLEMENTS sort le premier dans les salles et bénéficie de la primeur en ce qui concerne la métamorphose d'un homme en loup. Déjà fort impressionnantes pour l'époque, ces bribes de transformation seraient laissées loin derrière par celle du LOUP-GAROU DE LONDRES. Filmé sous une lumière crue et souvent avec de long plans séquences, personne n'avait jamais vu un tel résultat à l'écran même si celui-ci était quelque peu éventé par HURLEMENTS. Depuis, les effets numériques sont passés par là et il faut bien dire que cela ne s'est pas fait sous les meilleurs auspices pour nos amis lycanthropes (voir LE LOUP-GAROU DE PARIS). Loin de renier les nouvelles technologies, Rick Baker explique dans l'interview du DVD qu'il aimerait bien un jour refaire ce type de transformation avec les techniques d'aujourd'hui ! En attendant, le monsieur s'est taillé la réputation de spécialiste dans la réalisation de singes plus vrais que nature. Vous ne serez donc pas étonnés d'apprendre qu'il se trouve être l'artisan des maquillages du remake de LA PLANETE DES SINGES.



Il est probable que l'image aurait pu être largement améliorée. Le résultat est plutôt décevant en présentant une image granuleuse et terne. D'ailleurs, l'édition éditée précedemment aux Etats-Unis, à présent épuisée, avait une image supérieure alors qu'il s'agissait d'un ancien transfert Laserdisc non anamorphique. A l'occasion de cette sortie, la bande sonore d'origine a été remixée en 5.1. Vous aurez donc le choix entre le Dolby Digital ou le DTS. A vrai dire, la différence entre les deux n'est pas exceptionnelle ! Les deux bandes-son apportent un plus pour le rendu de la musique. L'orage, des grognements ou des coups de feu bénéficient d'effets multi-canaux sympathiques alors que le reste a été laissé tel quel. Ce qui n'est pas plus mal ! Pas de version française sur le disque, Universal a donc inséré un sous-titrage en français pour le film.

DVD LIVE épuisé
Collector's Edition Universal

Je l'ai déjà mentionné, le DVD contient une interview de John Landis et une autre de Rick Baker. Les deux hommes racontent un peu les différentes anecdotes ou faits marquants de la création du LOUP-GAROU DE LONDRES. Au cas où vous auriez peur de ne rien comprendre, ne vous inquiétez pas, un sous-titrage en français est disponible sur ces deux bonus. Tout comme sur les quelques minutes où l'on assiste au moulage du bras de David Naughton par Rick Baker alors que dans son dos, John Landis ne peut s'empêcher de le vanner. Un petit bonus à la fois instructif et humoristique alors que l'on assiste de manière ludique à une minuscule étape de ce qui permit de réaliser les effets spéciaux. La Featurette (documentaire promotionnel) d'époque a, elle-aussi, droit à un sous-titrage dans notre langue. On y découvre essentiellement John Landis sur le tournage au moment du grand carambolage à Picadilly. Un carambolage, d'ailleurs, bien plus "traumatisant" que ceux orchestrés par le cinéaste l'année précédente pour THE BLUES BROTHERS.

Le commentaire audio fait se rencontrer les deux acteurs principaux (David Naughton et Griffin Dunne) histoire qu'ils se remémorent leur participation au film. A vrai dire, les deux acteurs ont beau être sympathiques, le commentaire est souvent silencieux ou sans grand intéret. Enfin, on trouve des Outtakes qui ne sont pas des scènes coupées. Ils s'agit des chutes du tournage. Certaines insolites, David Naughton tombe par terre pendant une scène, et d'autres n'étant rien de plus que des prises de vues alternatives. Le tout étant présenté sans aucune bande sonore puisqu'elles ont été définitivement perdues. Tout comme sur le curieux monologue qu'entame John Landis avant que le décor ne s'écroule pour nous révéler le tournage d'un film incontournable et culte : SEE YOU NEXT WEDNESDAY. Les notes de production sont informatives mais elles nécessiteront quelques rudiments de langue anglaise. On passera sur les filmographies avant de se pencher sur les "Recommendations" ne présentant rien de plus qu'une liste des dernière sorties Universal en DVD aux USA en matière de fantastique. Si ce n'est la deuxième page où vous pourrez découvrir la bande-annonce originale du LOUP-GAROU d'origine. A propos de bande-annonce, on ne trouve aucune trace de celle du LOUP-GAROU DE LONDRES ici alors que l'édition éditée chez LIVE contenait une pré-bande-annonce !
Ce n'est pas terminé, on peut visionner une poignée des planches du story-board en même temps que la scène se déroule sous vos yeux. Non loin de là, la galerie de photos présente un bon nombre de clichés sur la musique de Elmer Bernstein. Quelques photos de tournage mais il s'agit pour la plupart de photos du film. Dans le cas où vous seriez équipé d'un lecteur de DVD sur votre ordinateur, vous aurez accès au script original du film avec la possibilité de visionner les scènes du film en même temps.

Avec HURLEMENTS, LE LOUP-GAROU DE LONDRES a dépoussiéré le mythe du loup-garou de la meilleure manière qui soit. Difficile de faire mieux ensuite et il faut bien le reconnaître, les lycanthropes n'ont plus autant brillé depuis.

Christophe "Arioch" Lemonnier

ON AIME
Mélange parfait entre horreur, humour et drame
Impressionnante transformation
Les deux interviews et le segment sur la création du moulage

ON N'AIME PAS
Qualité d'image décevante

Meilleures scènes

  • Le pub
    (Chapitre 3)
  • La transformation
    (Chapitre 12 [0'58'46])
  • Le célébre voleur de ballons
    (Chapitre 14 [1'09'06])
  • Rencontre au cinéma
    (Chapitre 17)

Année : 1981

Durée : 98 minutes

Acteurs :
David Naughton
Jenny Agutter
Griffin Dunne
John Woodvine
Brian Glover

Réalisateur :
John Landis

Scénario :
John Landis

Musique :
Elmer Bernstein

Format disque :
Double Couche

Format Image :

Format sonore :
Anglais : 
Anglais : 

Sous-titrage :
Anglais
Français
Espagnol

Les Suppléments

  • Commentaire audio de David Naughton et Griffin Dunne
  • Featurette d'époque (documentaire promotionnel)
  • Interviews
    • John Landis
    • Rick Baker
  • Casting The Hand
    (document sur le moulage de la main de David Naughton)
  • Outtakes
  • Comparaison entre story-board et le film
  • Galerie de photos
  • Notes de production
  • Filmographies
    • David Naughton
    • Griffin Dunne
    • Jenny Agutter
    • John Woodvine
    • John Landis
  • DVD-Rom section
    • Script original avec accès direct au film

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS


 Il y a 4 DVD/HD en DB...

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur
Loup-garou

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com