DVD (3)

Reviews (2)

DVD Covers

Videos (1)

Posters

Lobby Cards

 FILM INFOS

 Titre original

 MAXIMUM OVERDRIVE

 Année

 1986

 Nationalité

 Etats-Unis

 Réalisation

 Stephen King

 Scénario

 Stephen King

 Musique

 AC/DC

 Acteurs

 Emilio Estevez
 Pat Hingle
 Laura Harrington
 Yeardley Smith
 John Short
 J.C. Quinn

 Adapté d'une oeuvre originale de :

 Stephen King

 

 DVD INFOS

 

Editeur

Format Disque

Simple Couche

Durée

93 minutes

Format Image

Format Sonore

English

Francais

Sous-titrages

Francais

 

 SUPPLEMENTS

 •Stephen King£
 • Biographie
 • Bibliographie
 • Filmographie§

 

 ON AIME

• Un film Rock'n Roll !
• DVD à petit prix

 ON N'AIME PAS

• A quand un nouveau télécinéma plus en phase avec les exigences actuelles ?

 FORUM

Donnez-nous votre avis et discuter du film dans notre Forum. Pour cela, cliquez sur
SUJET CONSACRE AU FILM SUR LE FORUM
 

 VIDEOS

 Bande-annonce

 

 POSTERS

 

 LOBBY CARDS

 
 MAXIMUM OVERDRIVE

 

En 1983, avec DEAD ZONE, le producteur Dino De Laurentiis amorce une srie d'adaptations de textes de Stephen King. Nous le retrouvons ainsi derrire FIRESTARTER de Mark Lester, le film sketchs CAT'S EYE de Lewis Teague, puis PEUR BLEUE de Daniel Attias. Dtenteur des droits de la nouvelle "Poids lourds", extraite du recueil "Danse macabre", De Laurentiis demande Stephen King d'en crire lui-mme l'adaptation, comme il l'avait fait pour certains pisodes de CAT'S EYE et pour PEUR BLEUE. Mais l'crivain refuse et, finalement, un autre scnariste rdige cette transposition, laquelle ne plat ni King, ni De Laurentiis. Et finalement, De Laurentiis revient la charge, proposant Stephen King non seulement d'crire le film, mais aussi de le... raliser !

Photo : MAXIMUM OVERDRIVE

Stephen King reconnat que ce n'est pas la premire fois que la mise en scne d'un film lui est propose. Les compagnies de production s'imaginaient alors sans doute qu'il pourrait renouveler sur grand cran ses succs littraires. Ici, c'est la premire fois qu'il accepte une telle tche. MAXIMUM OVERDRIVE se tourne alors Wilmington, dans l'tat amricain de la Caroline du Nord o De Laurentiis a rcemment fait construire des studios de cinma. Le budget, plutt raisonnable, de 10 millions de dollars, est investi avant tout dans la construction du Dixie Boy, station routire o va se drouler l'essentiel de l'action. La distribution donne la vedette Emilio Estevez, fils de Martin Sheen et frre de Charlie Sheen. Sa jeune carrire semblait alors prometteuse, oscillant entre comdie adolescente (BREAKFEAST CLUB, ST. ELMO'S FIRE) et fantastique (REPO MAN, EN PLEIN CAUCHEMAR).

Photo : MAXIMUM OVERDRIVE

La Terre traverse la queue d'une norme comte et, apparemment sous cette influence cleste, les machines commencent trangement se dtraquer. Un pont mcanique s'ouvre accidentellement, alors que de nombreux vhicules sont engags sur sa voie. Un distributeur de boissons lance des cannettes en direction d'un entraneur de base-ball. Un passant se fait injurier par un distributeur de billets... Des phnomnes comparables font leur apparition dans le Truck Stop Dixie Boy. Un couteau lectrique agresse une cuisinire, des machines sous se dtraquent. Surtout, les camions gars sur le parking s'animent d'une vie propre et se mettent agresser les humains. Rapidement, les occupants de cette station se retrouvent assigs par une dizaine de poids lourds sans conducteur !

Photo : MAXIMUM OVERDRIVE

Au dpart, "Poids lourds" est une nouvelle assez courte, semblant ne dcrire qu'un pisode d'une action plus longue, commenant auparavant et suppose se poursuivre aprs le dernier mot du texte... Rapport au film, ce texte correspond en gros aux vnements se droulant entre l'arrt de l'lectricit dans le Dixie Boy et la fuite de ses occupants. Autant dire que, pour en faire un long mtrage, Stephen King a d se livrer un important travail d'criture, laborant ainsi tout une nouvelle premire partie montrant des machines diverses et varies se rvolter plusieurs endroits. King rajoute aussi de nouveaux personnages, tel celui du petit garon, et offre une explication aux vnements. Une explication absente de la nouvelle et louchant largement vers la science-fiction des annes 50? Cet anachronisme apporte alors ce long mtrage une touche ironique, rtro, absente du texte d'origine.

Photo : MAXIMUM OVERDRIVE

Car, contrairement "Poids lourds", MAXIMUM OVERDRIVE joue sur divers registres, dont le principal s'avre la comdie. Les personnages, d'abord, sont souvent des caricatures lorgnant vers le grotesque, telles cette jeune marie porcine et colrique accompagne par son bent d'poux. Ou Hendershot, le patron du Dixie Boy, ordure campe avec gouaille par Pat Hingle. Ou encore un marchand de bible opportuniste et polisson... Autant de figures traces gros traits par un King au regard acide, n'hsitant pas, par moment, se laisser aller un humour franchement scatologique, base de pets et de matire fcale !

Photo : MAXIMUM OVERDRIVE

L'humour de MAXIMUM OVERDRIVE se retrouve aussi dans ses squences d'horreur. King avait trs tt clam son admiration pour EVIL DEAD de Sam Raimi. Il n'est donc pas tonnant de le voir aborder les squences gore, nombreuses, sous un angle dlirant, avec un humour cruel dnu de concession...

Photo : MAXIMUM OVERDRIVE

Malheureusement, le travail d'tirement de la nouvelle "Poids lourds" se ressent de nombreux endroits. Les squences de sige se font parfois fastidieuses, longuettes. Les vagues interactions entre les personnages, telles la romance entre Emilio Estevez et l'auto-stoppeuse, ne fonctionnent pas bien. Plus grave, MAXIMUM OVERDRIVE s'avre par moment rptitif dans ses pripties, et l'attention du spectateur peut se relcher...

Photo : MAXIMUM OVERDRIVE

Pourtant, MAXIMUM OVERDRIVE ne doit pas tre rejet en bloc. En effet, King s'amuse - et nous amuse - en dmolissant tout ce qui lui tombe sous la main : camion, voitures, humains, maison... Tout est bon pour tre concass, crabouill, aplati dans un dluge de cascades et d'effets spciaux assez jubilatoire, rythm adquatement par le puissant hard rock d'AC/DC ! A ce titre, l'ouverture sur le pont mcanique reste un moment assez anthologique, tout comme le trs jubilatoire dernier quart d'heure du film et ses scnes de destruction hallucinantes ! MAXIMUM OVERDRIVE nous apprend au moins une chose : si Stephen King n'avait pas t crivain, il aurait sans doute travaill en tant qu'artificier ou dans la dmolition ! La violence du film lui vaut d'ailleurs des soucis de censure : Stephen King fut contraint de retirer plusieurs secondes de gore dans le mtrage, le MPAA envisageant de classer son film "X" s'il ne s'excutait pas. Par exemple, la scne au cours de laquelle un enfant se fait craser par un rouleau compresseur durait quelques secondes de plus, le spectateur tant cens voir gicler du sang ce moment. Des secondes qui, depuis, n'ont pas t, notre reconnaissance, rintgr dans quelque copie du film que ce soit...

Photo : MAXIMUM OVERDRIVE

A sa sortie, MAXIMUM OVERDRIVE reoit pourtant un accueil tidasse. De la part de celui qu'on considrait alors comme un "matre de l'horreur", le public attend un chef-d'oeuvre. Il ne livre qu'une amusante Srie B, un joujou dans lequel il se dfoule comme un gosse lch dans une cour de rcration ! King lui-mme ne sera, par la suite, pas tendre, considrant MAXIMUM OVERDRIVE comme un ratage, avouant sans ambages que mettre un film en scne est un travail dont il ne connaissait pas les plus lmentaires rudiments au dbut du tournage. Quant au public, il boude dfinitivement MAXIMUM OVEDRIVE, que ce soit dans les salles franaises ou amricaines...

Photo : MAXIMUM OVERDRIVE

MAXIMUM OVERDRIVE ne mrite pas d'tre jug avec svrit tant son absence de prtention et sa bonne humeur destructrice rendent aujourd'hui minemment sympathique cette production bien de son poque ! Signalons enfin que "Poids Lourds" connatra plus tard une autre adaptation audiovisuelle : le tlfilm TRUCKS de Chris Thomson, sorti en 1997...

Photo : MAXIMUM OVERDRIVE

MAXIMUM OVERDRIVE est sorti dans quelques ditions laserdisc NTSC, mais sans jamais avoir les honneurs d'une dition particulirement soigne. En DVD, c'est peine mieux. Aux USA se sont succdes deux ditions Anchor Bay puis Fox, dans de bonnes copies, mais sans supplments l'exception de quelques notes crites et de la bande-annonce. En France, MAXIMUM OVERDRIVE a t publi trs tt en DVD, et est ressorti sous plusieurs bannires. Ici, nous traitons de l'dition Opening...

Photo : MAXIMUM OVERDRIVE

Ce disque franais propose MAXIMUM OVERDRIVE dans une copie respectant le scope 2.35 d'origine (quand bien mme la jaquette annonce par erreur un format 1.85) et dans un tlcinma 16/9. Ds les premires images, nous grinons des dents : dfinition grossire, couleurs dlaves, contrastes attnus, poussires... Voici un transfert passable qui, s'il reste regardable, mriterait une mise jour.

Photo : MAXIMUM OVERDRIVE

En bande-son, nous trouvons la piste anglaise d'origine ainsi que la version franaise d'poque, toutes les deux disponibles dans leur mixage Dolby Stro. L'ensemble sonne correctement, malgr des timbres tout de mme un peu durs. Sur la version originale, un sous-titrage franais inamovible est disponible... En guise de supplments, il nous faut nous contenter de quelques notes crites sur la carrire de Stephen King, de sa bibliographie et de sa filmographie.

Photo : MAXIMUM OVERDRIVE

Bref, nous voici face un disque franchement minimaliste et date. MAXIMUM OVERDRIVE est ressorti par la suite chez DVDY dans une dition proposant le mme contenu augment de remix DTS Arkamis (les pistes Dolby Stereo d'origine sont - heureusement - aussi fournies). Somme toute, MAXIMUM OVERDRIVE n'a pas t gt dans notre pays, quand bien mme il peut se trouver facilement des tarifs tournant aux alentours de l'euro symbolique...

Emmanuel Denis

MENUS

MAXIMUM OVERDRIVE - Menu DVD MAXIMUM OVERDRIVE - Menu DVD

 

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur | Action

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com