THE VOID

 

Le sheriff Daniel Carter (Aaron Poole) amène de toute urgence à l’hôpital local un homme trouvé ensanglanté sur une route déserte lors de sa patrouille de nuit. Une fois sur place ? tous les occupants se retrouvent empêchés de sortir à cause d’une mystérieuse bande d’hommes cagoulés et armés de couteaux. Dès lors, le piège se referme sur eux car dans leur tentative de survie… ils réalisent alors que le vrai danger vient de l’intérieur.

Photo : VOID, THE

Auréolé d’une petite réputation, le film bénéficia d’une sortie cinéma sur 31 copies aux USA le 7 avril 2017, avec un petit succès de curiosité. Tout comme sa sortie britannique, sur un seul écran, qui se solda par une sortie de route. Le fait de voir le film destiné au DTV à peu près partout signe son fait français qui devrait subir le même sort. A noter qu’à ce jour, le film sera disponible en HD aux USA via Screen Media, au Royaume Uni via Signature et en Allemagne via Universum, tous en DTS HD MA 5.1 et Scope 2.40 :1.

THE VOID est le premier long métrage issu de la collaboration entre Jeremy Gillespie et Steven Kostanski, deux des membres fondateurs de la société de production Canadienne Astron-6. A qui l’on doit notamment THE EDITOR et le délirant FATHER’S DAY. Après avoir collaboré à la direction artistique de quelques blockbusters comme SUICIDE SQUAD ou PACIFIC RIM, Gillespie & Kostanski se lancent dans la réalisation d’un film d’horreur bien sanguinolent à l’état brut, sans avoir recours cette fois au second degré alors moteur de leurs premières productions.

Photo : VOID, THE

THE VOID s’inscrit dans la lignée de films B et Z des années 80 qui ont marqué les fans du genre. Car il en reprend non seulement l’essence, les situations, également les effets spéciaux tels qu’ils étaient pratiqués à l’époque. Dès le début du film les deux réalisateurs se propulsent dans ASSAUT de John Carpenter lorsque les protagonistes doivent se retrancher dans l’hôpital quasi désert, sans réel espoir d’en sortir à moins d’affronter les pseudo-membres du Ku Klux Klan.

La première partie du film installe un climat réellement pesant et angoissant à travers ce retranchement qui se passe la nuit. On ne connaît pas les raisons de la fuite de James (alias Evan Stern vu dans le remake de ROBOCOP) à travers les bois et si l’attaque des hommes cagoulés marqués d’un triangle est liée, d’où la suspicion qui se propage parmi tous les personnages. D’autant plus que certains d’entre eux vont se transformer en créatures monstrueuses et attaquer les autres. Ce qui ressemblait initialement à un thriller horrifique claustrophobe dans un hôpital à la COLD PREY II pour une référence des plus récentes… évolue vers le fantastique très gore. Et encore une fois, l’évidence des influences de John Carpenter transpire : de PRINCE DES TENEBRES (l’endroit clos, la secte) aux mutations corporelles de THE THING. Sans oublier le fait que la survie devra s’effectuer au sein du piège entre la menace extérieure et intérieure.

Photo : VOID, THE

Les hommages aux maîtres du genre se multiplient les uns après les autres : LA MOUCHE de Cronenberg jusqu’à l’univers gore torturant les corps de Clive Barker, comme HELLRAISER. Tout ce qui touche aux transformations charnelles extrêmes, somme toute. Nous retrouvons même un petit clin d’oeil à LA NUIT DES MORTS VIVANTS de George Romero dont un extrait apparaît sur un écran de l’hôpital. La seconde partie plonge alors dans univers complètement Lovecraftien avec la présence de Kenneth Welsh (SURVIVAL OF THE DEAD, AVIATOR) dans le rôle du Dr Powell, le savant fou qui pactise avec les forces obscures. Il transforme les humains en créatures tentaculaires qui rêvent de réorganiser notre monde à leur image tout comme dans le mythe de Cthulhu. La référence à Herbert West de RE-ANIMATOR (entre autres) semble d’ailleurs servie sur un plateau.Il ne manquait plus qu’une phrase du style «Ïa Shub Niggurath» pour compléter le tableau !

Pour tous ceux qui ont commencé à aimer le cinéma fantastique et d’horreur grâce aux maîtres référents des années 80 cités précédemment, THE VOID replonge avec délice dans cet univers qui délaisse les effets spéciaux numériques au profit de ceux type «FX» avec les bons vieux maquillages. En effet, Gillespie et Kostanski font la part belle aux effets spéciaux de la vieille école, dont certaines effusions seront réalisées à même le plateau. Cela renvoie inévitablement au délirant Screaming Mad George qui avait réalisé les effets spéciaux de SOCIETY de Brian Yuzna. Et dont les créatures du sous-sol de l’hôpital puisent directement leur idée. Sans oublier les modèles venant de FROM BEYOND et l’univers de Stuart Gordon qui demeurent également prépondérantes. Mais… trop de référence tue la référence, non ?

Photo : VOID, THE

Malheureusement, THE VOID cumule les scènes gore avec ses effets spéciaux certes très bien réussis, sans pour autant bénéficier d’un scénario solide. Si l’angoisse initiée dans le début du film avait pu se propager pendant toute sa durée, cela aurait quasiment pu gommer les imperfections du scénario qui demeurent nombreuses. Les personnages fortement stéréotypés laissent forcément/aisément deviner ce qui va se passer. On imagine bien que le sheriff Carter qui a vécu un drame familial avec son ex-femme l’infirmière Allison (Kathleen Munroe, SURVIVAL OF THE DEAD) n’hésitera pas une seule seconde à affronter les créatures du sous-sol pour sauver cette dernière. Le Dr Powell quant à lui a beaucoup moins l’air d’un savant fou que Jeffrey Combs dans RE-ANIMATOR.

On garde fortement l’impression que le scénario reste un prétexte à aligner des scènes gore avec des créatures, devenant des amas de chair sanguinolente beaucoup trop prépondérante. Les auteurs n’arrivent malheureusement pas à dépasser le stade de l’hommage à leurs référents du cinéma d’horreur afin de parvenir à une œuvre originale. Même la fin est convenue et ressemble plus à L’AU DELA de Lucio Fulci agrémenté d’un soupçon de L’ANTRE DE LA FOLIE de, bingo, John Carpenter. Le slogan du film était décrit comme «pire que l’enfer», mais on n’arrive même pas au stade du «tu mourras dans la terreur» de L’AU DELA, tout ce qui reste est finalement «vide».

Photo : VOID, THE

En voulant faire un film de fans à l’instar de Luciano Manetti avec SONNO PROFONDO, le duo Gillespie/Kostanski ne réussit pas à hisser THE VOID au stade de film d’horreur convaincant. On reste avec l’impression de deux passionnés qui se sont surtout amusés à rendre hommage à leurs maîtres en réalisant des effets spéciaux dignes de ceux des années 80. Défi qui à ce stade est plutôt réussi, tout comme son côté divertissant. Cependant on espère vivement que nos deux réalisateurs plancheront sur un véritable scénario original pour leur prochaine collaboration, car li s’agit du seul ingrédient manquant ici.

Anne Barbier

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

Pas de DVD trouvé !

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com