DVD (2)

Reviews (2)

DVD Covers

Videos

Posters

Lobby Cards

 FILM INFOS

 Titre original

 SPOILER

 Année

 1997

 Nationalité

 Etats-Unis

 Réalisation

 Jeff Burr

 Scénario

 Michael Kalesniko

 Musique

 Marco Marinangeli

 Acteurs

 Gary Daniels
 Meg Foster
 Bryan Genesse
 Jeffrey Combs
 Nicholas Sadler
 Steven Schub
 Stewart McLennan
 Joe Unger
 Stewart Finlay-McLennan
 Sarah Freeman
 David Groh
 Bruce Glover
 Jean Speegle Howard
 Willard E. Pugh
 Duane Whitaker
 Arye Gross
 Renee Faia
 Alex Hyde-White
 Robert Knott
 John Putch
 Dan Zukovic

 

 DVD INFOS

 

Editeur

NewTone

Format Disque

Simple Couche

Durée

96 minutes

Format Image

Format Sonore

Francais

Sous-titrages

Aucun

 

 SUPPLEMENTS

Aucun

 

 ON AIME

• Une ambiance franchement déprimante
• Un postulat intéressant

 ON N'AIME PAS

• Gary Daniels n’est pas à sa place
• L’absence d’argent se fait vraiment sentir

 SPOILER

 

Accusé injustement d’un crime qu’il n’a pas commis, Roger Mason est envoyé dans une prison futuriste de haute sécurité. Perdu parmi les pires malandrins de la Galaxie et désespéré de ne pouvoir étreindre sa petite fille, notre homme décide de s’enfuir. Malheureusement, son plan échoue et il retourne aussi sec en cabane. Alors il entreprend de s’enfuir à nouveau mais là encore, il se fait cueillir. Du coup, il retente de s’échapper et… Bref. Mason est entêté et va passer son existence à essayer de fuir, cumulant les peines de plus en plus longues et sévères, allant même jusqu’à quelques décennies de cryogénisation...

Photo : SPOILER

Lorsqu’on évoque le réalisateur Jeff Burr, on pense avant tout au LEATHERFACE – MASSACRE A LA TRONCONNNEUSE III déjà chroniqué dans nos colonnes. Pour peu que l’on fasse un petit effort de mémoire, le souvenir des sympathiques LE BEAU-PERE 2 et LA NUIT DE L’EPOUVANTAIL nous revient également. A la limite et en forçant davantage, un PUMPKINHEAD II ou les PUPPET MASTER 4 et PUPPET MASTER 5. Mais il est en revanche bien peu probable qu’un de vos proches ne joue la carte SPOILER pour définir l’œuvre de Jeff Burr ! Et pour cause...

Tourné en même temps et dans le même hangar que CONVINCT 762 (avec Frank Zagarino) et THE JOURNEY : ABSOLUTION (de David DeCoteau), le film est un peu la troisième roue de la charrette. Il ne décrochera donc qu’un budget de cinq cent milles dollars, soit trois fois moins que les deux métrages précédemment cités. Et objectivement, cela se voit à l’écran. Sur toute sa durée, SPOILER affiche donc un visuel incroyablement fauché et aligne les couloirs sombres ou les pièces typées «industrielles» désespérément closes. Les figurants ne sont guères nombreux et l’on imagine aisément que chacun d’eux occupe plusieurs rôles, avec ou sans casque par exemple.

Photo : SPOILER

Mais qu’importe en réalité le budget car l’intérêt tout relatif de SPOILER réside ailleurs. Tiraillé entre son concept à la FORTRESS et ses idées ouvertement repiquées de DEMOLITION MAN (cryogénisation, rééducation, etc...), le film propulse notre héros au sein d’une spirale administrative et carcérale sans fin. Initialement condamné à une modeste peine, Mason s’enlise ainsi un peu plus à chacune de ses escapades manquées. Parallèlement à cela, il gagne en renommée auprès de ses codétenus et s’attire au contraire les foudres des matons. A l’extérieur, les proches de Mason évoluent sans lui, fondent une famille qui lui est étrangère, vieillissent et finalement meurent. La vie elle-même semble défiler en accéléré et agir comme un terrible sablier. Une idée intelligente qui enfonce le protagoniste dans une noirceur plutôt bien rendue, et à dire vrai assez déprimante.

Photo : SPOILER

Inutile de dire que pour endosser le rôle du personne principal et restituer à l’écran le désespoir qui l’anime, il fallait un acteur capable d'exprimer une certaine charge émotionnelle. C’est pourquoi la production a décidé d’ouvrir le catalogue des Stars à même de porter le film en lui donnant une interprétation de haut niveau. Arrivée à la page des tarifs, ils ont fermé le catalogue et ouvert celui des autres acteurs, ceux qui ne restituent pas grand-chose mais qui rentrent dans le budget. Et de là ils ont sorti Gary Daniels, une Star aux yeux aussi vides que bleus, qui n'exprime habituellement que des coups de pieds dans la gueule ! Nous avons déjà évoqué le cas de Daniels à l’occasion de nos chroniques de COLD HARVEST ou KEN LE SURVIVANT. Des rôles qui, mine de rien, proposaient leur lot de séquences d’action dans lesquels l’acteur pouvait briller. Avec SPOILER, l’affaire est plus délicate... Jeff Burr rencontre Gary Daniels pour la première fois lors du premier jour de tournage et, forcément, le réalisateur doute. Objectivement, l’acteur donnera tout ce qu’il peut et à l’écran, on sent une volonté d’humaniser son personnage. Reste qu’à l’impossible nul n’est tenu. La performance sera donc très en deçà des attentes et c’est sans doute là le plus gros défaut de ce SPOILER. En guise d’émotion, Daniels nous offrira donc un air con qui ne le quittera qu’avec le générique de fin…

Photo : SPOILER

Le cas de Willard E. Pugh sera cependant bien plus dramatique encore. En effet, celui qui fut le souriant Maire de détroit dans ROBOCOP 2 est ici un chasseur de primes bedonnant foutant la raclée à Daniels ! On a rarement vu moins crédible ! Le RE-ANIMATOR Jeffrey Combs cachetonnera pour sa part dans le rôle d’un agent des forces de l’ordre obsédé par sa mission. La folie hargneuse qui anime ce personnage colle déjà bien davantage à son interprète, savoureux comme bien souvent. Enfin pour rester dans le casting, nous noterons le bref passage des yeux glaçants de Meg Foster, actrice à jamais indissociable d’INVASION LOS ANGELES.

Photo : SPOILER

Malgré de sérieux handicaps et des limitations de tous bords, Jeff Burr parvient tout de même à faire preuve d’une certaine ingéniosité. Nous l’avons vu, l’homme mise tout d’abord beaucoup sur un scénario intéressant et une ambiance franchement pesante. Mais le réalisateur se montre également plutôt malin dans la gestion de son budget. Les maigres deniers sont ainsi réservés à quelques moments clef du film, comme une ultime évasion, ou avant cela la traversée d’un couloir «gelé». Bien que ce ne soit pas là des éléments mémorables, cela suffit à donner à la pelloche une identité, un petit quelque chose de sympathique et d’attachant. La conclusion, certes médiocrement interprétée et quelque peu prévisible, fonctionne également plutôt bien. Le film s’achève alors sur le sentiment d’un métrage correctement mené, même s’il méritait sans doute un traitement plus ambitieux…

Photo : SPOILER

Défriché par l’éditeur NewTone, SPOILER est proposé en France sur une galette minimaliste et à moindre coût. La copie 4/3 au ratio 1.85 est clairement fatiguée et chargée en défauts de tous poils. Griffures, colorimétrie sombre, compression à coups de pelle, contrastes faibles, etc... Pas du grand Art, mais juste un disque à petit budget d’un autre âge... Sans surprise, il faudra se contenter d’une unique piste française proposée en stéréo d’origine. Là encore, ce n’est pas glorieux et l’ensemble est très étouffé, sans relief. Ajoutons également que le doublage est complètement aux fraises, avec des voix qui ne collent franchement pas aux personnages. Et si on vous dit qu’il n’y a aucun bonus sur le DVD, ça vous étonne ?

Xavier Desbarats

MENUS

SPOILER - Menu DVD SPOILER - Menu DVD

 

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Science-fiction
Action

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com