DVD

Reviews (1)

DVD Covers

Videos (1)

Posters (1)

Lobby Cards

 FILM INFOS

 Titre original

 WHAT WE DO IN THE SHADOWS

 Année

 2014

 Nationalité

 Nouvelle-Zélande

 Réalisation

 Jemaine Clement
 Taika Waititi

 Scénario

 Jemaine Clement
 Taika Waititi

 Musique

 Plan 9

 Acteurs

 Jemaine Clement
 Taika Waititi
 Jonathan Brugh

 

 VIDEOS

 Bande-annonce

 

 POSTERS

 
 WHAT WE DO IN THE SHADOWS

 

Présenté en catégorie hors competition du festival Fantastic’arts de Gérardmer 2015, WHAT WE DO IN THE SHADOWS est une comédie horrifique Néo-Zélandaise qui relate la quotidien de 4 vampires à Wellington.

Photo : WHAT WE DO IN THE SHADOWS

Une équipe de tournage va suivre le quotidien des vampires colocataires Viago, Deacon, Deacon et Petyr, cela jusqu’à l’évènement de l’année pour les vampires : le bal des impies.

L’évènement du bal des impies dans le milieu des vampires est l’occasion pour une équipe de tournage de suivre jusqu’à ce moment attendu le quotidien de vampires qui partagent le même appartement à Wellington. Nous découvrons la vie de toutes les nuits de Viago (Taika Waititi), Vlad (Jemaine Clement), Deacon (Jonathan Brugh), et l’effroyable Petyr (Ben Fransham). Leur quotidien n’est pas de tout repos puisqu’ils sont confrontés aux mêmes problèmes que les humains : s’organiser dans la cohabitation et ses petits conflits, trouver à manger, payer le loyer.

WHAT WE DO IN THE SHADOWS a été co-écrit et réalisé par Taika Waititi (nommé aux Oscars pour son court métrage TWO CARS, ONE NIGHT, et réalisateur de Boy entre autres) et Jemaine Clement, connu surtout en Nouvelle–Zélande pour son appartenance au duo comique Flight of the Concords. Nos deux compères sont également deux vampires du groupe, respectivement Viago, le Dandy, et Vladislav, le cruel vampire venu des pays de l’est.

Photo : WHAT WE DO IN THE SHADOWS

Le film est tourné sous la forme d’un faux-reportage, un « mockumentary » pour pouvoir découvrir la vie de tous les jours de nos amis vampires, un peu comme dans Confessions intimes, ou autres émissions de télé-réalité qui font désormais partie de notre société moderne. Nous assistons aux contraintes de leur quotidien qui s’apparentent fortement à celles des humains, mais en pire, d’où une succession de gags les plus burlesques mais intensément hilarants. Viago qui est un peu l’intendant de l’appartement de par son sens de l’organisation et sa maniaquerie, réunit ses amis et veille ainsi à la répartition juste des tâches : faire la vaisselle (pleine de sang évidemment), nettoyer après avoir attaqué des victimes, mais aussi gérer les conflits internes.

Notre équipe de vampires est sympathique car les personnages sont fortement humanisés et imparfaits : ils connaissent la frustration alors que leur statut de vampire devrait leu permettre de tout obtenir. Mais ils sont aussi capables d’amitié envers des humains, et se font piéger tout comme eux par internet ! Les humains quant à eux sont aussi fortement tournés en dérision puisqu’ils servent les vampires dans l’espoir d’être eux-mêmes transformés ce qui peut prendre du temps !

L’histoire aurait pu tourner en rond tellement elle paraît banale au fond, car le sujet des vampires a tellement été exploité sous toutes ses formes qu’on se sait pas vraiment ce qu’on pouvait en dire de plus. Et c’est là qu’était toute la difficulté pour que WHAT WE DO IN THE SHADOWS trouve sa place : en oscillant entre l’horreur (qui est vraiment reléguée au second plan car il y a peu de gore) et le comique ; le rythme, loin de fléchir, est brillamment maintenu jusqu’au bout. Cela fait penser aux premiers films de Peter Jackson, et notamment de BRAINDEAD qui présente le même côté cartoon (et qui se passe également à Wellington ).

Photo : WHAT WE DO IN THE SHADOWS

Par ailleurs, en utilisant le côté « caméra reportage », les deux réalisateurs arrivent à mettre sous le feu des projecteurs chaque personnage, ce qui contraste avec le monde de la nuit dons ils sont issus, mais renforce néanmoins le côté fantastique du film.

Taika Waititi et Jemaine Clement ont construit le film sur une succession de sketchs mais avec le fil conducteur du bal des impies qui est censé être l’aboutissement du reportage. Cela leur laisse l’opportunité de présenter tous les aspects de la vie de vampire, tout en apportant des rebondissements qui renouvellent les gags sans cesse. On découvre un Vlad cruel aimant la torture qui se veut effrayant, mais n’arrive pas à hypnotiser sa victime, et ne s’est toujours pas remis de son chagrin d’amour. Deacon (interprété par Jonathan Brugh, How to meet girls from a distance) se croit sexy alors qu’il est avachi dans un fauteuil. Viago explique comment s’y prendre pour attirer puis attaquer une victime proprement, mais n’arrive pas à appliquer ses propres conseils.

Tous les clichés sont ainsi retournés pour donner libre cours à des scènes comiques, mais toujours présentées au second degré. Les réalisateurs peuvent ainsi multiplier les références à d’autres films comme le Bal des vampires bien évidemment qui comme dans WHAT WE DO IN THE SHADOWS était l’aboutissement du film. Le personnage de Petyr ((Ben Fransham, 30 JOURS DE NUIT, CREATURES CELESTES), ce vampire de 8000 ans ressemble fortement à Nosferatu. La transformation d’un humain en vampire ressemble étrangement au virus de l’hépatite V de TRUE BLOOD, sans omettre le conflit opposant vampires et loups-garous comme dans la saga Twilight !

Photo : WHAT WE DO IN THE SHADOWS

WHAT WE DO IN THE SHADOWS réussit le pari (difficile mais pas impossible) de présenter une histoire originale sur les vampires en combinant horreur et comique. Le scénario original allié à une interprétation magistrale et une réalisation efficace font de ce film l’un des meilleurs sur les vampires jamais réalisés. Preuve est que tous les spectateurs étaient hilares du début à la fin de la projection, « sang-conteste » ! Les fans de films de genre reprennent enfin espoir devant le déferlement de « déjà vu » régulièrement présentés au festival de Gérardmer. Cela a été le cas en 2014 avec la présentation de BABADOOK, film Australien plébiscité et récompensé par le public. Tout comme BABADOOK, WHAT WE DO IN THE SHADOWS avait précédemment été présenté au festival de Sundance. Il est tout simplement dommage que ce film original n’ait pas été présenté en compétition, car il aurait certainement obtenu les faveurs du public et du jury, comme son homologue australien.

Anne Barbier

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

Pas de DVD trouvé !

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur
Vampire

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com