LE MASQUE DU DEMON (http://www.devildead.com)

LE MASQUE DU DEMON
LA MASCHERA DEL DEMONIO


Pendant l'inquisition, une sorcière et son amant sont suppliciés. Ultimes sévices, on leur appose au fer rouge la marque de Satan avant de leur planter le masque du démon sur le visage. Deux cents ans plus tard, les habitants de la région craignent toujours le retour de la sorcière…

Pendant de longues années, Mario Bava s'illustrait au sein de la production cinématographie italienne comme chef-opérateur et directeur de la photo. Il travaille ainsi avec de grands noms ainsi que des réalisateurs bien moins prestigieux sur toutes sortes de métrages du drame au film d'aventure en passant par des péplums. Si doué qu'il lui arrive même de fignoler des films pour que le réalisateur en titre en récolte les mérites. Ou même, plus fort, il termine quelques films en raison de problèmes entre la production et le réalisateur en titre. C'est d'ailleurs sûrement pour cette raison que la maison de production Galatea lui donne la possibilité de réaliser un premier film. Il faut dire que Mario Bava venait de sauver les tournages de LA BATAILLE DE MARATHON, où Jacques Tourneur s'était enlisé, ainsi que celui de CALTIKI LE MONSTRE IMMORTEL. Ce qui nous mène à la naissance du MASQUE DU DEMON.

Il est très clair que le film s'engage dans la mouvance lancée par la Hammer quelques années plus tôt. Toutefois, LE MASQUE DU DEMON sera tourné en noir et blanc, ce qui tranche avec le renouveau du cinéma horrifique, à cette époque-là, se faisant avec une explosion de couleurs. Un choix étrange de prime abord mais qui a dû sauver le film tant celui-ci est violent graphiquement. On n'imagine mal à l'époque certaines séquences dont le rouge sang aurait immédiatement posé d'énormes problèmes de distribution. Ce qu'il a de toutes façons connu puisqu'il s'est vu purement interdit de séjour dans certains pays alors que dans d'autres, des coupes furent demandées. Encore aujourd'hui, pas mal de passages du film sont particulièrement horribles ne serait-ce que l'une des premières scènes du film qui vous cloue littéralement sur votre siège à coup de maillet pendant qu'une sorcière, Barbara Steele, embrasse le fameux masque du titre !

Au delà de sa simple violence, dès les premières images, LE MASQUE DU DEMON vous plonge dans une ambiance captivante et morbide à souhait. L'utilisation du noir et blanc y est aussi pour beaucoup. Alors que l'on reconnaîtra plus tard le travail de Mario Bava avec ses couleurs, ici il nous prouve que tout n'est que jeu d'ombre et de nuances. D'ailleurs, un très grand nombre des effets spéciaux ne sont justement que des jeux d'éclairage ou de reflets. Des trucs rudimentaires fonctionnant toujours à merveille, comme la métamorphose de la sorcière ou une apparition extraordinaire de Javutich. Seules les séquences à base d'effets spéciaux ne suffiraient pourtant pas à expliquer le succès du MASQUE DU DEMON. C'est tout le talent d'un réalisateur que l'on retrouve ici dans la façon d'amener les scènes et surtout de les filmer. De bout en bout, la vision du MASQUE DU DEMON est un pur "bonheur" se permettant même, une fois dans l'ambiance, d'être inquiétant !

Mario Bava deviendra rapidement synonyme de "Macabre". De tous ses films, LE MASQUE DU DEMON est très certainement le plus réussi. Dans un grand nombre des films qui suivront, on ne pourra s'empêcher de noter une parenté dans les situations ou évènements avec LE MASQUE DU DEMON. Prouvant, s'il en était besoin, que Mario Bava est un auteur. Un homme qui intégrera sa vision dans presque tous ses films pour obtenir une œuvre homogène à défaut d'être toujours égale en qualité. Ainsi, quel que soit le genre ou presque, il y a un côté morbide, cruel ou macabre qui s'en dégage toujours dans une esthétique quasi irréprochable. Même lorsqu'il épure sa façon de filmer et ses paysages, à la fin de sa carrière, on y retrouve les mêmes obsessions.

LE MASQUE DU DEMON débute et scelle aussi ce qui sera la carrière de Barbara Steele. Devenant avec ce film puis avec LA CHAMBRE DES TORTURES, l'une des grandes égéries du fantastique. Comme d'autres acteurs et actrices, ces deux rôles l'auront tellement marquée qu'il lui sera quasiment impossible de sortir de ce carcan. En quelque sorte prisonnière du MASQUE DU DEMON, elle incarnera presque inlassablement les femmes tourmentées ou manipulatrices, allant souvent jusqu'à interpréter les deux dans un même film.



Pas de transfert 16/9, il faut se contenter d'une image 4/3 mais proposant tout de même le film dans un format cinéma. Contrairement à ce qui est indiqué sur la jaquette, d'après nos tests, l'image ne présente pas un format 1.66 mais plutôt du 1.85 ce qui ne respecte pas exactement le format d'origine. Bien que normalement en noir et blanc, on notera le titre en lettrage rouge au début du film qui laisse supposer que la version du film n'est pas exactement celle d'époque. D'après le générique final, l'image provient probablement d'une version américaine puisque le nom de Les Baxter apparaît en tant que compositeur au côté de Roberto Nicolosi alors que le titre s'inscrit en italien. Enfin, un copyright "2000" clot le film tout en indiquant qu'il s'agit d'une version produite par Alfredo Leone, le producteur, et l'on s'aperçoit à cet endroit que les barres noires mangent un peu de l'image (comme expliqué plus haut de manière technique). Il est donc plus que probable qu'il s'agisse du même transfert utilisé pour le DVD américain ! Le transfert en noir et blanc devrait être immaculé mais l'on aperçoit des traces colorées (quelques traces rougeâtres mais surtout du vert qui s'insinue autour de presque tous les détails) donnant un effet de moirage qui pourrait être dû à un problème durant le processus menant du master utilisé vers le DVD. Il faudra quand même se pencher sur l'image et se focaliser dessus avec attention pour le noter.

On ne sait trop pourquoi mais le disque ne propose qu'un doublage anglais et un doublage français. Pas de trace de la version italienne. Rappelons tout de même que la quasi intégralité des films italiens étaient à ce moment-là post-synchronisés après le tournage en versions italienne et anglaise pour l'exportation. De plus, il n'était pas rare que certains acteurs ne parlent pas la même langue sur le tournage. D'où une nécessité de passer par la case doublage. Il n'existe donc pas vraiment de version originale officielle. Parmi les deux doublages proposés, nous avons tout de même une préférence pour la version anglaise même si par moments elle donne l'impression d'être désynchronisée tellement les mouvement des lèvres des acteurs ne correspondent pas aux paroles. Qu'importe, ce défaut ne gêne en rien. Le film passionne malgré cela !

Mario Bava n'étant plus de ce monde, il n'était pas possible de lui demander de faire un commentaire audio. Les américains ont pourtant réalisé un tel bonus en demandant l'aide d'un spécialiste de Mario Bava (Tim Lucas de Video Watchdog). Une idée intéressante que l'on ne retrouvera pas ici. Tout comme la galerie de photos ou la bande-annonce, deux autres bonus réservés à l'édition américaine. L'édition française du MASQUE DU DEMON se contente donc de nous présenter un long texte sur le film ainsi qu'une biographie du réalisateur. Bien rédigés, les deux sont présentés avec un système déroulant. Ajoutons à cela une filmographie du réalisateur et puis rien de plus !

Voilà qui s'avère décevant mais il faut tout de même ajouter que Films Sans Frontières n'a pas les moyens financiers de produire pléthore de bonus. Surtout en ce qui concerne un film, même s'il s'agit d'un chef-d'œuvre, à la diffusion fort limitée commercialement. Car ce n'est pas la moyenne des acheteurs de LA MENACE FANTOME qui risquent de se jeter sur un film ancien, en mono et qui plus est en noir et blanc ! La réalité du marché est ce qu'elle est. Soyons déjà contents que LE MASQUE DU DEMON sorte enfin en France sur DVD !

N'ayons pas peur des mots, LE MASQUE DU DEMON est un chef d'œuvre indémodable. Film fort au moment de sa sortie celui-ci garde, quarante plus tard, une charge émotionnelle non négligeable ! A la place de se jeter sur le dernier blockbuster bourré de pognon, on ne saurait trop vous conseiller d'acheter en priorité LE MASQUE DU DEMON. Et rêvons un peu, si les ventes sont bonnes, peut-être que le cinéma fantastique, le vrai, sortira de l'ornière éditoriale où il se trouve depuis longtemps en France pour les éditions DVD !

Christophe "Arioch" Lemonnier


ON AIME
Le film dans son intégralité

ON N'AIME PAS
Des problèmes au niveau de l'image
Cinq chapitres, c'est peu !

Meilleures scènes

  • La séquence pré-générique
    (Chapitre 1)
  • La résurrection de Javutich
    (Chapitre 3 [0'28'40])
  • Le docteur et le troublant baiser
    (Chapitre 3 [0'35'28])
Année : 1960

Durée : 85 minutes

Acteurs :
Barbara Steele
John Richardson
Andre Checchi
Ivo Garrani

Antonio Pierfederici

Réalisateur :
Mario Bava

Scénario :
Ennio de Concini
Mario Serandrei
Mario Bava

Musique :
Roberto Nicolosi
Les Baxter

Films Sans Frontières

Format disque :
Simple Couche

Format Image :

Format sonore :
Anglais : 
Français : 

Les bandes-son codées sur deux canaux sont en Mono

Sous-titrage :
Français

Les Suppléments

  • Notes de production
  • Biographie et Filmographie de Mario Bava

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS


 Il y a 8 DVD/HD en DB...

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur
Gothique

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com