DVD (2)

Reviews (2)

DVD Covers (1)

Videos (1)

Posters

Lobby Cards

 FILM INFOS

 Titre original

 HELLRAISER : HELLWORLD

 Année

 2003

 Nationalité

 Etats-Unis

 Réalisation

 Rick Bota

 Scénario

 Carl V. Dupré
 Joel Soisson

 Musique

 Lars Anderson

 Acteurs

 Doug Bradley
 Katheryn Winnick
 Henry Cavill
 Lance Henriksen
 Christopher Jacot
 Khary Payton
 Michael Regan
 Anna Tolputt
 Gary J. Tunnicliffe

 

 DVD INFOS

 

Editeur

Format Disque

Double Couche

Durée

91 minutes

Format Image

Format Sonore

English

Francais

Sous-titrages

Francais

 

 SUPPLEMENTS

Aucun

 

 ON AIME

• Même avec beaucoup de bonne volonté, on ne trouve pas...

 ON N'AIME PAS

• Voir la saga s’effondrer à ce point
• Un slasher bas de gamme
• Un casting teenage médiocre
• Que font Henriksen et Bradley dans cette galère ?

 VIDEOS

 Bande-annonce

 
 HELLRAISER : HELLWORLD

 

Amoureux de l'univers de HELLRAISER, une poigne de jeunes participe un jeu concours en ligne. Chacun d'eux gagne une invitation pour un week-end thmatique au coeur d'un manoir dont le propritaire semble galement fascin par la boite de LeMarchand et le monde des Cnobites. La soire bat rapidement son plein et les caleons se tendent au rythme des soutiens-gorge qui tombent. Reste que le btiment rserve quelques secrets et que certains invits se voient confronts des cratures aux mthodes expditives...

Photo : HELLRAISER : HELLWORLD

Huitime volet de la saga HELLRAISER, HELLRAISER : HELLWORLD verra sa pr-production dbuter ds l'anne 2002, alors que HELLRAISER : HELLSEEKER vient d'tre dit en DVD amricain et que HELLRAISER : DEADER n'est pas encore tourn... Comme ce fut le cas pour les trois opus prcdents, ce nouveau mtrage prend sa source dans un scnario qui n'a, la base, rien voir avec le mythe initi par Clive Barker. Dans le cas prsent, il s'agit d'un petit traitement intitul Dark Camp Breathe, rdig sur un coin de table par Joel Soisson. Si ce nom ne vous est pas tranger, c'est probablement parce que vous avez dj d pester contre le monsieur, suite au visionnage d'un Direct-To-Video bancal. Bien qu'il soit essentiellement producteur, le bonhomme a en effet scnaris bon nombre de perles comme par exemple HIGHLANDER: ENDGAME, la trilogie DRACULA 2000 de Miramax mais aussi MIMIC 2 et les trois derniers PROPHECY. On vous avait prvenu, l'homme est un tueur. Reste que son traitement sduit Nick Phillips, un producteur visionnaire qui appelle Carl V. Dupr la rescousse et lui offre d'toffer cette histoire de souvenirs implants par le biais de drogues?

Photo : HELLRAISER : HELLWORLD

Carl V. Dupr connat bien la musique puisqu'il s'est dj acquitt du scnario filiforme et sans surprise de HELLRAISER : HELLSEEKER. Il s'attle donc rapidement la tche et livre un traitement qu'il conviendra cependant d'laguer. En effet, cette premire version prvoit quelques flashbacks, dont l'un mettrait en scne des soldats nazis. L'ide est intressante au sein de l'univers tortur et masochiste de HELLRAISER mais en crivant cela, Dupr oublie l'une des rgles de base du DTV Miramax : L'conomie. Malgr un budget de cinq millions de dollars, on se doit de serrer la ceinture et de brider sa crativit. Les nazis passent donc la trappe, de mme qu'une squence montrant l'un des bbs expriences du film s'chapper de son rceptacle et attaquer.

Photo : HELLRAISER : HELLWORLD

Une fois finalis, le script est distribu sur le tournage de HELLRAISER : DEADER qui, rappelons-le se droulait en Roumanie. Une bonne part de l'quipe sera alors recycle d'un film l'autre que ce soit devant ou derrire la camra. Le ralisateur Rick Bota rempile sans surprise, accompagn de Gary J. Tunnicliffe aux maquillages (et l'cran dans la peau de Bound), Michael J. Fox (l'autre !) au son et de toute une ribambelle de maquilleurs. Au chapitre des acteurs, ce sont essentiellement des figurants locaux qui reviennent. Ca sera par exemple le cas des deux lesbiennes vues dans le mtro de HELLRAISER : DEADER, qui se montrent ici une nouvelle fois impudiques. Catalina Alexandru deviendra pour sa part une nonne perverse et prompte se dessaper. Toujours au casting, on notera galement quelques curiosits comme Carl V. Dupr, devenant Barman pour l'occasion, l'image du scnariste Peter Atkins dans HELLRAISER III : HELL ON EARTH.

Photo : HELLRAISER : HELLWORLD

Prsent Bucarest pour le tournage de DRACULA II : ASCENSION, Khary Payton vient se faire dcapiter dans HELLRAISER : HELLWORLD. Mais dans le mme ordre d'ide, c'est surtout la prsence de notre cher Lance Henriksen qui retiendra l'attention des fantasticophiles. L'acteur a rencontr Rick Bota en Roumanie fin 2002, alors qu'il joue dans MIMIC 3 : SENTINEL et que le ralisateur met en boite le septime volet de la saga HELLRAISER. Bota tente d'intgrer Henriksen au film en cours mais n'y parvient pas. Il lui proposera donc de devenir l'hte de HELLRAISER : HELLWORLD, ce que l'acteur acceptera malheureusement... Car s'il est toujours plaisant de retrouver la gueule burine de celui qui fut Bishop (ALIENS), Ed Harley (PUMPKINHEAD) ou Frank Black (MILLENNIUM), cela fait toujours un peu de peine quand c'est dans un mtrage de l'toffe de HELLRAISER : HELLWORLD. Certes, Henriksen n'est plus un mtrage alimentaire prs mais tout de mme, rien ne l'empcherait d'y aller mollo sur la culture des navets?

Photo : HELLRAISER : HELLWORLD

Car ne nous voilons pas la face plus longtemps, HELLRAISER : HELLWORLD n'a rien d'un bon film. On peut mme sans mal lui coller l'tiquette de plus mauvais opus de la saga, et ce pour diverses raisons. Tout d'abord, il semble vident plus que jamais que cette trame scnaristique n'avait rien voir avec les fondamentaux dfinis par Clive Barker. La conversion opre par Dupr ne convainc pas le moins du monde et les cnobites n'ont plus rien des cratures perverses et extrmes que l'on connaissait. Pinhead et ses sbires sont ici les croquemitaines sans relief d'un slasher tout ce qu'il y a de banal. Chacune de leurs apparitions se soldera donc par une mise mort, ralise par le biais d'ustensiles divers et tranchants, l'image des travaux les moins inventifs de Michael Myers ou Jason Voorhees. Mais au-del de ces deux influences, c'est essentiellement la saga Freddy qui viendra l'esprit lors du visionnage de ce HELLRAISER : HELLWORLD.

Photo : HELLRAISER : HELLWORLD

De la saga initie par Wes Craven, Rick Bota et ses scnaristes reprennent l'ide d'une ralit alternative, fantasme. Et de ce postulat, ils ponctionnent galement quelques ides de mise en scne, comme certains personnages ne pouvant voir/aider les autres car ne se trouvant pas dans le mme univers... Sur le papier, cet imbroglio scnaristique pouvait se montrer pertinent et les multiples ponctions qui sont faites ailleurs pouvaient passer inaperues. A l'cran, l'alchimie ne fonctionne pas une seconde et l'criture est l'vidence bcle. Elle n'est malheureusement pas seule et la mise en scne de Rick Bota se montre plus insipide encore que celle de HELLRAISER : HELLSEEKER ou HELLRAISER : DEADER. Sur le plan de la photographie, nous aurons galement de bonnes raisons de tiquer face un rsultat incroyablement fade et mal pens. Gabriel Kosuth nous livre une copie tlfilmesque au grain dgueulasse, preuve encore une fois que l'on a jou la carte de l'conomie tous points de vue.

Photo : HELLRAISER : HELLWORLD

A la vision de HELLRAISER : HELLWORLD, il est du reste difficile de croire qu'on ait faire au plus gros budget attribu l'un des DTV de la saga. On peut lgitimement se demander o sont passs les sous puisque nous avons l un lieu unique, quelques extrieurs vides, peu d'effets spciaux et une brochette d'acteurs et actrices venus cachetonner sans conviction. Ce casting rsolument jeune s'ajoute d'ailleurs la liste sans fin des tares que l'on pourra attribuer ce mtrage, l'abondance de fessiers rebondis et de ttons arrogants tant malheureusement loin de faire oublier la mdiocrit gnrale des prestations?

Photo : HELLRAISER : HELLWORLD

Vous l'aurez compris, HELLRAISER : HELLWORLD est une bien triste manire de clturer un cycle. La premire ttralogie avait su se faire une place au cinma avec un certain brio, et une originalit louable. Mais la qualit des quatre DTV qui ont suivi n'a fait que dcrotre, jusqu' un constat bien regrettable. La franchise pouvait difficilement tomber plus bas et pourtant, un ultime coup d'clat a t tent cette anne puisque HELLRAISER : REVELATIONS vient d'tre tourn en catimini, en septembre 2010, sans Doug Bradley et pour un budget trs Z de 300.000 dollars? Esprons sans trop y croire que le remake, annonc mais maintes fois repouss, saura redonner un peu de vie cet univers moribond.

Photo : HELLRAISER : HELLWORLD

Les intrieurs de HELLRAISER : HELLWORLD auront t tourns en tout dbut d'anne 2003 mais les extrieurs (trs rares) auront d attendre l't pour des raisons climatiques. Le film aura donc t dfinitivement boucl quelques mois plus tard, en automne. Reste qu'encore une fois, il faudra s'armer de patience pour dcouvrir le vilain petit canard en DVD. Il ne pointera le bout de son nez que deux ans plus tard, en septembre 2005 alors qu'en France, les fans attendront jusqu'en octobre 2006. La sortie hexagonale se fait dans les mmes conditions que pour les deux volets mis en boite par Bota, c'est--dire par le biais d'un coffret TF1 Video regroupant six films. En fait, tous les films sauf le troisime, dit par Opening, et le quatrime dont les droits appartenaient Studio Canal. Comme ce fut le cas pour HELLRAISER : HELLSEEKER et HELLRAISER : DEADER, HELLRAISER : HELLWORLD perd tous ses bonus lors de la traverse de l'Atlantique. Nous nous retrouvons donc avec une dition bien chiche, dont le seul apport rside dans les options francophones et un malheureux lien internet.

Photo : HELLRAISER : HELLWORLD

L'image prserve le ratio 1.85 d'origine via encodage en 16/9me manquant un peu de dtail. La dfinition n'est donc pas extraordinaire mais ce n'est l qu'un moindre mal en regard d'un film bien laid la base. Dj voqu, le grain d'origine est omniprsent et s'accompagne de couleurs franchement termes. S'il semble que ce soit l des particularits lies au travail de Gabriel Kosuth, les contrastes mous et les noirs tendant vers le gris finissent d'achever une image qui, dfaut d'tre sale, peine clairement convaincre?

Photo : HELLRAISER : HELLWORLD

Sur le plan sonore, point de surprise. La version originale et le doublage franais disposent tous deux d'un mixage en Dolby Digital 5.1 sans vritable relief. Les enceintes surround pourront reposer paisiblement puisque l'action se droule essentiellement sur l'avant. Le doublage ne dmrite pas mais il convient tout de mme d'opter pour la piste anglaise, plus convaincante mme si les figurants roumains sont encore une fois maladroitement doubls.

Xavier Desbarats

MENUS

HELLRAISER : HELLWORLD - Menu DVD HELLRAISER : HELLWORLD - Menu DVD

 

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com