A TOMBEAU OUVERT
BRINGING OUT THE DEAD


New York, une ambulance file à toute allure dans les rues sales et humides. Au volant, on découvre un personnage hébété, comme halluciné par les lumières qui défilent sous ses yeux. Les sirènes hurlent dans la nuit : la sale besogne des deux ambulanciers commence. Franck Pierce raconte sa descente aux enfers, tentant nuit après nuit d'exorciser la douleur qui le ronge.

Comme dans LEAVING LAS VEGAS, Nicolas Cage interprète ici le rôle d'un type à la dérive, que seul l'alcool maintient sous perfusion. Il fait de sa vie un constat d'échec et son métier ne fait que l'enfoncer toujours plus dans une profonde dépression. Il faut dire qu'il n'a pas choisi le plus facile, car New York est une ville aussi impitoyable qu'elle apparaît magique aux yeux du monde. Les laissés pour compte y sont légion, présentés comme une masse grouillante et malodorante de vermine qu'il faut pourtant aider, avec les moyens du bord. Aux USA, il n'y a de sécurité sociale que pour ceux qui ont les moyens de se la payer, les soins ne sont donc prodigués qu'à la condition expresse de sortir son carnet de chèques et de souscrire à une assurance privée. Les autres seront systématiquement déversés dans la rue, qui continuera de les tuer à petit feu. Ils seront ramassés par des ambulanciers, qu'on apparente d'ailleurs plus dans le film à des éboueurs, admis puis rejetés par des hôpitaux débordés, jusqu'à ce que la mort finisse son oeuvre.

Franck ramasse toutes les nuits, au gré des appels radio, de pauvres hères à l'article de la mort, arrivant souvent trop tard pour les sauver. A force de voir toute cette misère, impuissant face à une mort trop forte pour lui, il se remet en question, hanté nuit et jour par les fantômes de ceux qu'il n'a pas pu sauver. Nicolas Cage est excellent dans ce rôle, comme si la dépression chronique était une seconde nature pour lui. On décèle dans ses yeux toute l'horreur qu'il côtoie chaque nuit, toute l'ignominie. Il faut dire que pour coller au mieux au personnage, il a suivi pendant des semaines les ambulanciers, les "paramedic" de New York. Gageons qu'il a dû en voir de vertes et de pas mûres, même si la ville est devenue plus sûre depuis l'arrivée de son Monsieur Propre de maire, qui a nettoyé les quartiers les plus sordides de la ville à grands renforts de moyens humains et financiers. Tout le monde le sait, New York est devenue une ville où il fait bon déambuler, ce qui n'était pas le cas à l'époque où Joe Connelly, qui a écrit ce roman autobiographique dont Scorsese a tiré son dix-huitième film, faisait ce métier.



A TOMBEAU OUVERT est un film dépressif, glauque et violent qu'il vaut mieux ne pas regarder un dimanche après-midi pluvieux. Tout y est si désespéré qu'on se sent morose un bon moment après l'avoir visionné. Quelques touches d'humour, dans les dialogues, ne suffisent pas à faire sortir le spectateur de l'espèce de torpeur dans laquelle il glisse immanquablement face aux visions macabres qui jalonnent les rues, où l'on ne distingue plus les morts des vivants, où les âmes damnées sont solidaires sur terre et dans l'au-delà. La scène de rue, où Franck aide des fantômes à sortir du bitume où il sont emprisonnés, en est un exemple : tandis qu'il continue à tendre la main, les fantômes eux-mêmes prennent le relais et aident leurs semblables. La rue est le tombeau dont Franck extirpe au mieux ces corps voués à une errance éternelle. Lorsqu'il comprend que la mort peut être le moyen pour certains de trouver enfin la paix, il exorcise ses démons et accepte la mort comme partie intégrante de la vie. La violence est le lot habituel de ces rues où la mort est anecdotique pour la plupart de ses occupants.

Le personnage de Franck est ambigu. En effet, il déteste ce travail qui lui pompe toute son énergie, mais paradoxalement, il en redemande, comme si c'était un moyen de se prouver qu'il existe bel et bien. Il traverse ces rues sombres et croise des regards vides, des visages blêmes, toujours halluciné par cet étalage de misère. D'un oeil hagard, il observe le monde et semble toujours plus surpris de voir à quel point c'est une jungle sans pitié. Les jeunes se font tirer dessus pour quelques dollars, les femmes continuent de faire le trottoir alors qu'elles sont enceintes jusqu'aux dents, les fous demandent qu'on les achève... Pourtant, on s'aperçoit vite que Franck n'aurait qu'un pas à franchir pour se retrouver de l'autre côté, avec tous ces gens qu'il découvre au hasard de ses sauvetages nocturnes. Il boit, se prépare des cocktails de médicaments, et ne nourrit pas un grand espoir quant à son avenir. Il n'est pas loin, en somme, de sombrer lui aussi dans cette déchéance qu'il côtoie. Il se contente de survivre, dopé par ceux qu'il arrive à sortir des griffes de la mort, de moins en moins nombreux, ce qui explique son état lamentable. Il n'a plus sa dose de vivants.

Le disque présente une Featurette (documentaire promotionnel) montée avec des interviews de l'équipe et des extraits du film. Malheureusement, aucun sous-titrage n'est affichable. Présentée sous le nom de " coulisses du film ", on regrette seulement que la jaquette ne précise pas que c'est uniquement en VO. ce qui réserve ce mini-documentaire aux seuls anglophones. Pour les autres, pas de regrets, puisque l'on n'y apprend pas grand chose de passionnant.

Nadia Derradji

ON AIME
Franck en voix-off

ON N'AIME PAS
Etre plongé si brutalement dans cette réalité
Pas de sous-titrage sur la Featurette

Meilleures scènes

  • Monsieur Ho
    (Chapitre 4)
  • Question de vie ou de mort
    (Chapitre 8)
  • L'euthanasie
    (Chapitre 28)
Année : 1999

Durée : 135 minutes

Acteurs :
Nicolas Cage
Patricia Arquette
John Goodman
Ving Rhames
Tom Sizemore
Marc Anthony
Nestor Serrano
Cynthia Roman
Afemo Omilami

Réalisateur :
Martin Scorsese

Scénario :
Paul Schrader
Joe Connelly

Musique :
Elmer Bernstein

Touchstone
Format disque :
Double Couche

Format Image :

Format sonore :
Anglais : 
Français : 

Sous-titrage :
Anglais
Français
Néerlandais
Polonais

Les Suppléments

Coulisse du tournage

Les Liens

Making-Of et Bande-annonce du film

 

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Drame

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com