DVD (5)

Reviews (2)

DVD Covers (1)

Videos (1)

Posters

Lobby Cards

 FILM INFOS

 Titre original

 CORPSE VANISHES, THE

 Autres titres

 VOLEUR DE CADAVRES
 CASE OF THE MISSING BRIDES, THE

 Année

 1942

 Nationalité

 Etats-Unis

 Réalisation

 Wallace Fox

 Scénario

 Harvey Gates
 Sam Robins
 Gerald Schnitzer

 Acteurs

 Bela Lugosi
 Luana Walters
 Tristram Coffin
 Elizabeth Russell
 Minerva Urecal
 Angelo Rossitto
 Frank Moran
 George Eldredge
 Vince Barnett

 

 DVD INFOS

 

Editeur

Aventi

Format Disque

Simple Couche

Durée

63 minutes

Format Image

Format Sonore

English

Sous-titrages

Francais

 

 SUPPLEMENTS

 •BOWERY AT MIDNIGHT
 • THE CORPSE VANISHES

 

 ON AIME

• Une ambiance macabre à souhait

 ON N'AIME PAS

• Un film mou
• Une bande-son vraiment abîmée

 VIDEOS

 Bande-annonce

 
 THE CORPSE VANISHES

 

Au début des années 1940, la carrière de Bela Lugosi prend un tour mitigé. Certes, en 1939, le succès du FILS DE FRANKENSTEIN, dans lequel il incarne un mémorable Ygor, met fin à sa traversée du désert entamée en 1936. Néanmoins, contrairement à Boris Karloff dont le nom reste bien mis en valeur dans les génériques, les grands studios le confinent, de plus en plus, dans des rôles secondaires. Ainsi, dans le VENDREDI 13 de Universal, il se contente d'un petit rôle de gangster, tandis que, dans LE LOUP-GAROU, les premiers rangs reviennent à Claude Rains et Lon Chaney Jr. Lugosi devient au mieux un second couteau de prestige, au pire un objet de raillerie.

Photo : CORPSE VANISHES, THE

En fait, seules les petites compagnies spécialisées dans les série B offrent au grand Bela des apparitions de premier plan. Le comédien devient ainsi un pilier des productions horrifiques de la Monogram qui, depuis THE APE de 1940, se spécialise dans ce domaine. Pour elle, Lugosi joue le docteur Orloff dans THE HUMAN MONSTER. Puis, il est la vedette de INVISIBLE GHOST, SPOOKS RUN WILD et, enfin, THE CORPSE VANISHES. Celui-ci est réalisé par Wallace Fox, metteur en scène qui, après avoir aligné une longue liste de westerns, s'oriente ici vers l'épouvante. Aux côtés de Bela Lugosi, l'amateur à l'oeil exercé pourra reconnaître quelques habitués du fantastique. Ainsi, le nain complice du Dr. Lorenz est incarné par Angelo Rossitto, comédien de petite taille apparu dans de nombreuses oeuvres bizarres (LA MONSTRUEUSE PARADE, MAD MAX III…) et surtout dans des films de "Fantasy" (L'EPEE ENCHANTEE de Bert I. Gordon, LES AMOURS ENCHANTES de George Pal…). De même, Elizabeth Russell, qui interprète la comtesse Lorenz, fut l'étrange femme slave qui trouble Simone Simon dans le classique LA FELINE.

Photo : CORPSE VANISHES, THE

Panique dans la ville ! Une incroyable série de faits divers sème la terreur parmi les jeunes femmes et leur entourage ! Lors de plusieurs mariages, les mariées s'effondrent mortes devant l'autel, juste au moment de prononcer leur consentement. Encore plus macabre : les corps de ces pauvres victimes disparaissent mystérieusement peu après les décès. Patricia Hunter, une journaliste intrépide, décide de débusquer le voleur des cadavres des mariées…

Photo : CORPSE VANISHES, THE

Série B oblige, THE CORPSE VANISHES n'a pas pour vocation de créer de nouvelles mythologies fantastiques. Il s'agit ici de jouer sur des succès obtenus auparavant par des firmes plus ambitieuses. Le tueur de jeunes mariées, le Dr. Lorenz, utilise les fluides vitaux de ses victimes pour en faire un sérum rendant temporairement la jeunesse à son épouse. Nous retrouvons là l'argument, assez classique au début de cette décennie, du savant fou prélevant sur des victimes les produits nécessaires à l'élaboration d'un sérum guérisseur (BEFORE I HANG, THE APE…). THE CORPSE VANISHES joue aussi sur l'image de sa vedette, Bela Lugosi, et incorpore ainsi quelques macabres éléments vampiriques. La façon dont Lorenz prélève les fluides vitaux sur les jeunes femmes lui donne l'allure d'un de ces buveurs de sang et, surtout, sans réelle raison pratique, lui et sa femme dorment, la nuit, dans des cercueils !

Photo : CORPSE VANISHES, THE

Ce dernier détail hautement surréaliste se trouve en général recensé parmi les griefs émis contre THE CORPSE VANISHES. Pourtant, il apporte une touche de bizarrerie et de macabre des plus séduisantes pour l'amateur d'insolite. De même, le modus operandi délirant du professeur Lorenz participe de cette atmosphère délirante, tout comme l'entourage haut en couleurs du savant. Celui-ci est en effet aidé par un nain grimaçant, un géant doucement nécrophile et la mère de ce dernier, une veille femme à la mine hallucinée ! Enfin, l'interprétation tient globalement le coup, particulièrement grâce à Bela Lugosi, toujours aussi mystérieux, toujours aussi intrigant…

Photo : CORPSE VANISHES, THE

Malheureusement, cette liste de qualités se voit contrebalancée par de sérieux défauts. D'abord, la mise en scène s'avère d'une absolue mollesse, la caméra restant désespérément fixe ou n'osant que de très timides panoramiques. Surtout, le scénario lui-même manque de substance. Les séquences paraissent se répéter, l'intrigue se traîne désespérément, tant et si bien que la petite heure de métrage de THE CORPSE VANISHES paraît bien longue au spectateur.

Photo : CORPSE VANISHES, THE

Voilà donc une petite série B sans prétention, qui séduit autant par son atmosphère étrange et funeste qu'elle déçoit par son manque de nerfs. Par la suite, Bela Lugosi retourne au studio Universal pour retrouver le rôle d'Ygor dans un nouveau film de la saga Frankenstein : LE SPECTRE DE FRANKENSTEIN.

Photo : CORPSE VANISHES, THE

THE CORPSE VANISHES était inédit en France, bien qu'il ait été montré en Belgique sous un titre francophone : CORPS DISPARUS. Il vient d'être publié par Aventi, dans sa collection dédiée à Bela Lugosi. Il est ainsi proposé dans son "Volume 2" qui réunit deux productions Monogram réalisées par Wallace Fox : THE CORPSE VANISHES et BOWERY AT MIDNIGHT, disposées sur un seul disque double-couche.

Photo : CORPSE VANISHES, THE

THE CORPSE VANISHES est proposé avec une image en noir et blanc à la qualité un peu décevante. Certains passages paraissent excessivement sombres, la définition est faible, pour ne pas dire insuffisante dans les séquences les plus animées. Les quelques petites saletés repérées ici ou là sur cette copie plutôt propre paraissent alors un moindre mal au vu de ces défauts. Certes, ce film est un classique des éditeurs américains spécialisés dans les titres "libres de droit", et son potentiel commercial en France n'a rien de transcendant. Mais bon, le résultat déçoit tout de même un peu.

Photo : CORPSE VANISHES, THE

Plus grave, la bande-son (uniquement disponible en version originale mono d'origine, codée sur deux canaux) souffre de distorsions et d'échos très gênants. Sans les sous-titres, les dialogues seraient difficilement compréhensibles, même pour des anglophones. Le sous-titrage français, lui, est satisfaisant, mais il est incorporé au signal vidéo et n'est donc pas amovible.

Enfin, aucun supplément dédié au film lui-même n'est disponible. Toutefois, les éditions anglo-saxonnes concoctées par des éditeurs plus ou moins sérieux (Roan pour les "plus", Alpha pour les "moins") se contentent elles aussi d'interactivités réduites et de copies économiques.

Emmanuel Denis

MENUS

CORPSE VANISHES, THE - Menu DVD CORPSE VANISHES, THE - Menu DVD

 

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS


 Il y a 5 DVD/HD en DB...

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Horreur

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com