DVD (1)

Reviews (2)

DVD Covers

Videos

Posters

Lobby Cards

 FILM INFOS

 Titre original

 KILLING CAR

 Autres titres

 FEMME DANGEREUSE, LA
 

 Année

 1993

 Nationalité

 France

 Réalisation

 Jean Rollin

 Scénario

 Jean Rollin

 Musique

 Philippe Brjean

 Acteurs

 Tiki Tsang
 Frdrique Hayman
 Jean-Jacques Lefeuvre
 Karine Swenson
 Jean-Ren Gossard
 Karine Hulewicz
 Pascal Montsegur
 Oum Dierryla
 Samuel Tastet
 Morgan Buquen
 Jean-Pierre Bouyxou
 Anissa Rohmer
 Maurice Rohmer
 Fabienne Beze
 Jean-Loup Philippe

 

 DVD INFOS

 

Editeur

LCJ

Format Disque

Simple Couche

Durée

88 minutes

Format Image

Format Sonore

Francais

Sous-titrages

Aucun

 

 SUPPLEMENTS

 •Dans les yeux de Jean Rollin (15 minutes)
 • Bandes annonces£
 • Requiem pour un vampire
 • Le frisson des vampires
 • La morte vivante
 • Fascination
 • La nuit des traquées§
 • Galerie de 17 affiches de films
 • Filmographie et bibliographie

 

 ON AIME

• Un métrage très moyen avec quelques passages agréables

 ON N'AIME PAS

• Les mêmes bonus sur tous les disques de la collection
• Une qualité d’image médiocre

 KILLING CAR

 

Une mystérieuse jeune femme (Tiki Tsang) assassine des personnes qui n'ont aucun lien apparent entre elles. Elle signe ses meurtres d'une petite voiture qui semble apeurer les victimes, et intriguer fortement le jeune flic qui mène l'enquête, épaulé par un coéquipier proche de la retraite.

Photo : KILLING CAR

KILLING CAR (aka LA FEMME DANGEREUSE, sortie cinéma en 1993), est l'un des films les plus récents de Jean Rollin. Ce dernier a développé, durant les années 80 (PERDUES DANS NEW YORK, LES TROTTOIRS DE BANGKOK) une thématique parallèle à celle de ses films de vampires : action, érotisme, décors urbains… qu'on retrouve dans KILLING CAR (l'action y est omniprésente, plans de coupe dans les rues de New York, Paris …) mêlée à des scènes plus «classiques» (le meurtre des deux trafiquants, dans une maison isolée, à la campagne).

Photo : KILLING CAR

L'intrigue de ce film, tourné en une dizaine de jours, éloigne Rollin de ses rivages habituels : la place de la voiture, sa trivialité, l'ouverture du film dans une casse, c'est là le centre du film (dont le titre se fait l'écho). La scène d'amour dans la voiture, où les raisons de la vengeance sont enfin dévoilées, évoque de façon lointaine le thème et le traitement de CRASH de Cronenberg. Le monde onirique, fantastique de Jean Rollin est perverti par la présence de plus en plus forte du quotidien et de ses objets symboles.

Photo : KILLING CAR

KILLING CAR n'est pas un film d'horreur. Ce métrage oscille entre le roman-feuilleton et le polar. Sa filiation est donc autant littéraire que filmique : l'histoire s'organise en cinq séquences de meurtre tranchées par l'apparition récurrente de l'héroïne posant de façon mélancolique sur son yacht ; chaque séquence apporte son (faible) lot d'informations menant à la résolution finale et met en scène un aspect de la personnalité de l'héroïne. Le choix narratif de ne pas dévoiler d'emblée la cause de la vengeance fonctionne ; c'est d'ailleurs le principal intérêt du film.

Photo : KILLING CAR

Film noir, KILLING CAR l'est par son intrigue, mais aussi par ses personnages. Policiers, prostituées, maquereaux ou danseuses de strip-tease semblent tout droit sortis de quelque série TV allemande (le son en prise directe renforce évidemment l'analogie entre le film et une série TV) ; les actrices n'hésitent pas en plus à se dénuder, comme de coutume chez ce cinéaste. Seule l'héroïne trouve grâce aux yeux du réalisateur : Rollin fait de ce personnage, une tueuse vengeresse, un personnage énigmatique, puissant et déterminé, pour laquelle il n'y a plus de bien et de mal, prête à toutes les compromissions pour obtenir sa vengeance, rappelant (de loin) les flics de John Woo ou certains personnages de Charles Bronson.
Les scènes de meurtre ne brillent pourtant pas par leur côté spectaculaire, puisqu'elles reposent toutes (ou presque) sur une fusillade, et Rollin n'excelle pas vraiment dans le traitement de l'action. Les séquences illustrant la vengeance lassent vite par leur aspect répétitif .

Photo : KILLING CAR

Rollin fait pourtant preuve de ses qualités de réalisation dans la meilleure séquence du film : deux receleurs sont attirés par l'héroïne dans une ferme ; elle pourchasse l'un et sa petite amie, puis les tue et les stocke dans une remise. Le suivant arrive, lui aussi en charmante compagnie. Il s'installe pour la nuit, peu rassuré, et le couple finit assassiné au revolver pour lui, à la fourche pour elle. Image de la faucheuse, meurtre à la fourche (enfin, l'héroïne pose son arme à feu !) dans une ferme perdue à la campagne, lumière sombre et profonde, plans subjectifs, Rollin convoque pour cette séquence ses fantômes (FASCINATION, LES RAISINS DE LA MORT) et réalise un moment de cinéma intense. Le furtif regard caméra de la victime, qu'on peut bien sûr taxer une nouvelle fois de maladresse, appelle le spectateur de façon subliminale, le fait pénétrer dans cette scène d'éventration, morceau de bravoure d'un film assez terne pour le reste. A part dans cette séquence, le rythme, si particulier, du cinéaste semble laissé de côté, ou du moins ne fonctionne pas avec la même efficacité que dans ses films des années soixante-dix ; restent quelques réflexes quant aux couleurs et aux lumières (surtout dans la séquence sus-citée). L'ambiance pourrait fonctionner parfois : il manque peu de chose, une bande son plus soignée peut-être, une musique moins mélancolique que la partition de piano de Philippe Bréjean, un peu plus de conviction.

Photo : KILLING CAR

Ce disque fait partie de la collection Jean Rollin qui compte une dizaine de titres édités par L.C.J. et distribués en VPC. Le transfert est loin d'être parfait et l'image subit très régulièrement des sautes et un assaut de tâches auxquelles les pratiquants du cinéaste sont habitués : le travail de l'éditeur est cependant correct, on pouvait craindre bien pire (!). Le DVD propose une image au format 4/3 au ratio 1.33:1.

Photo : KILLING CAR

Les disques de la collection offrent tous les mêmes bonus et utilisent la même présentation. Les bandes-annonces font un rapide tour du meilleur de Jean Rollin (ou du moins du plus marquant) mais on peut regretter qu'elles soient presque identiques sur tous les disques : elles sont enchaînées en un seul programme heureusement chapitré, ce qui permet l'accès direct à une bande annonce. Même remarque pour l'interview, proposée en ratio 1.77:1, qui apporte néanmoins quelques précisions intéressantes sur le travail de Rollin, et sur la perception qu'il a de son oeuvre.

Photo : KILLING CAR

KILLING CAR est donc loin d'être un des meilleurs films de Jean Rollin, même s'il possède quelques passages savoureux. Il met en scène encore une fois Jean-Pierre Bouyxou (acteur chez Franco dans FEMALE VAMPIRE, chez Rollin dans LA MORTE VIVANTE… scénariste des LES RAISINS DE LA MORT) et Jean-Loup Philippe (LEVRES DE SANG) que l'on retrouve avec plaisir.

Jrme Peyrel

MENUS

KILLING CAR - Menu DVD KILLING CAR - Menu DVD

 

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 LES DVD EXISTANTS

 

 DANS LE MEME GENRE

Genre (Beta)

Thriller
Etrange

 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com