Bradford 2011 : Widescreen Week-end

  Introduction

Au moment où le tout numérique est en train de déferler sur l’ensemble des cinémas mondiaux, multiplexes comme salles dites "indépendantes" (pas financièrement !), il existe quelques poches de résistance argentique. La cinémathèque de Bradford demeure un des exemples les plus criants. S’y organise chaque année le festival international du film, où sont célébrées toutes les diversités du cinéma. Des œuvres nouvelles, des avant-premières, des hommages (cette année à l’actrice Claire Bloom, à Terry Gilliam et à Jim Henson), des projections avant-gardistes... L’on y trouve aussi un spécial film de genre "Bradford After Dark" où l’on a pu découvrir des œuvres aussi diverses que MOTHER’S DAY, HOBO WITH A SHOTGUN, et les avant-premières de STAKE LAND, WAKE WOOD ou encore ROADMAN. Mais aussi, pour l’amour des grands formats cinématographiques : le 17ème Widescreen Weekend qui accueille les projections de films au format large : du 70mm en passant par le Cinerama, Technovision,Technirama, Sovscope 70 et autre DEFA 70…

Toutes ces techniques sont graduellement reléguées au rang de reliques (mais pas encore de la mort). On peut d’ailleurs s’interroger sur la pertinence du discours qui accompagne les nouveautés techniques numériques qui ont envahi notre quotidien. La norme de diffusion 2K au cinéma est devenue monnaie courante et le Blu Ray grignote régulièrement des parts de marché dans le cadre du Home cinéma. Et de lire/entendre des commentaires sur la supposée qualité des nouvelles normes en passe d’emboîter le pas sur le 2K : le 4K donc. Et qui "serait" au moins aussi précise qu’une image 70mm. Ah bon ?

Le conditionnel est de rigueur car :

1. la technologie de diffusion 4K est peut-être au point, mais à ce jour, aucun long-métrage n’a été tourné en 4K. Selon Sony, qui vient de présenter en France leur projecteur Cinema Digital 4K, les premiers films natifs 4K ne seront prêt que fin 2012. Et à condition que le parc de projecteurs numériques français soient installés pour ce type de technologie (pour rappel : le 4K désigne une image formée de 4 096 pixels par ligne et 2 160 pixels par colonne. Soit environ 8.85 mega Pixels contre le 2K avec ses 2.23 mega pixels et 2.1 mega pixels pour un Blu Ray).

2. Aujourd’hui, le peu de projecteurs 4K installés ne diffusent que du 2K. Autrement dit, la technologie a beau évoluer, le produit diffusé n’évolue pas en qualité. Et pour atteindre la qualité de précision du 70mm, il faudra au moins atteindre de la diffusion 6K.

3. A ce jour, personne ne répont de manière claire sur la précision, consistance ainsi que la longévité des nouvelles avancées sur le 4K. Une seule chaîne de multiplexes anglais a effectué ce choix via Sony pour le futur : Appolo Cinemas et ses 14 sites.

En conclusion : avant que le numérique n’atteigne le niveau de qualité d’un filmé tourné ou diffusé en 70mm, il y a encore de la marge.

En observant la programmation 2011, il se dégage une thématique centrée autour des conquêtes, des guerres, des militaires. Eu égard probablement à ce que de nombreux grand spectacles, pour lesquels le format 70mm était le plus apte à la représentation du grandiose, étaient justement la mise en scène d’actes héroïques. Donc guerriers.

SUITE

 Dossier réalisé par Francis Barbier.

 ESPACE MEMBRE

Connexion

Si vous n'avez pas de compte DeVilDead.com : Cliquez ici !

 RECHERCHE


 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com