Bons Baisers de Hong Kong (1975)
Posté le 2011-09-11 23:31:18

En 1975, Les Charlots sont au sommet de leur gloire. Des millions de spectateurs plébiscitent chacun de leurs films qui sont désormais orchestrés par le producteur Christian Fechner (frère de l’un des membres du groupe, Jean-Guy). Lorsque Claude Zidi, après quatre films avec eux, veut voguer vers d’autres eaux, Fechner propose la réalisation de leur nouvelle comédie au cascadeur Yvan Chiffre, par ailleurs un de leurs bons amis (Gérard Rinaldi a vécu un temps chez lui, où il a écrit la chanson "Merci patron"). "Nous voulons faire un très, très, très, gros film, lui dit-il. Nous allons changer l’image des Charlots, nous allons travailler ensemble, et si tu veux, fais préparer ton passeport, on part dans quinze jours pour Hong Kong, en repérage." À leur retour, les deux hommes ont établi les grandes lignes du scénario, qui sera une parodie de James Bond avec un soupçon de kung-fu.

Un farfelu enlève la Reine d’Angleterre ; les services secrets britanniques, voulant garder le secret sur cette affaire, chargent leurs homologues français de la retrouver. Marty Feldman, le comique anglais aux yeux exorbités (Frankenstein Junior) est pressenti pour le rôle du kidnappeur fou mais Fechner obtient aux Etats-Unis l’accord de Mickey Rooney (dont le personnage s’appellera… Marty !). Les réels interprètes de "M" et de Miss Moneypenny dans la série des 007, Bernard Lee et Lois Maxwell, sont engagés pour reprendre leurs rôles (ce qu’ils avaient déjà fait dans un film italien de 1967, Opération Frère cadet). Un autre rescapé des Bond n’est autre que Clifton James, l’interprète du shérif Pepper dans Vivre et laisser mourir et L’Homme au pistolet d’or. Des acteurs très français comme Jacques Marin, Louis Seigner, André Pousse ou Léon Zitrone (qui accepte comme cachet un billet d’avion pour Hong Kong pour son épouse) sont également de la partie.

Le tournage débute en août 1975. Les intérieurs du château de Vaux-le-Vicomte représentent ceux du palais de Buckingham et les scènes finales ferroviaires, censées se passer en Chine sont tournées en Touraine, sur la ligne touristique Chinon-Richelieu, grâce à l’Association Ajecta, qui conserve d’anciennes locomotives (Tess de Roman Polanski ou La Course à l’échalote de Claude Zidi seront aussi tournées sur cette ligne). La voiture à bord de laquelle les Charlots poursuivent le train est une réplique du véhicule de la comédie musicale anglaise Chitty Chitty Bang Bang de Ken Hughes. Pendant le week-end du 15 août, Rémy Julienne règle un carambolage monstre sur les quais de Seine, qui se termine par le vol plané du hors-bord des Charlots (agents 022, 023, 024 et 025). "Michel Naudin, le spécialiste des effets spéciaux, utilise à cet effet un canon à air comprimé pour projeter l’engin qui accomplit sans peine une trajectoire de trente mètres. Le canot est évidemment allégé, avec un tube qui le traverse de part en part et qui s’adapte autour du canon. L’effet est spectaculaire."

En septembre, l’équipe s’envole pour Hong Kong. "Mickey Rooney, dès sa sortie d’avion, déclare à la presse qu’il joue le personnage d’un fou charmant qui enlève la reine d’Angleterre, se souvient Yvan Chiffre. Or, Hong Kong fait partie du Commonwealth, placé sous la haute protection de la reine. Aussitôt, les autorisations de tournage nous sont refusées. Il nous faut déployer des trésors de diplomatie pour éviter que les Anglais n’interdisent le film." Les déclarations de l’acteur sont d’autant moins les bienvenues que la véritable Elizabeth II s’apprête à faire un voyage officiel dans l’île. "L’idée est d’en profiter (…) pour la filmer dans tous ses déplacements, précise Jean Sarrus (l’un des Charlots). Nous jouons ensuite dans les gros plans avec notre sosie, la célèbre Huguette Funfrock, ce qui provoque des situations cocasses, notre sosie étant en France femme de ménage." La dite sosie l’est réellement dans la vie, et aura l’occasion de personnifier la reine à l’écran, notamment dans une autre parodie bondienne, Mad Mission 3 : Our Man From Bond Street de Tsui Hark.

Le tournage à Hong Kong est l’occasion pour les quatre Charlots, leurs compagnes et André Bézu, l’attaché de presse du film, de tester certains paradis artificiels. Tout au moins, telle est leur idée première. Car, après avoir vainement réussi à localiser une fumerie d’opium, ils achètent auprès d’une Chinoise des pilules de LSD qui s’avèrent, en réalité, être des somnifères ! Plus sagement, ils passent leurs soirées avec Mickey Rooney qui leur raconte ses souvenirs hollywoodiens…

Une partie des scènes est tournée aux studios de la Shaw Brothers, dans des décors permanents (on reconnaît notamment le pont de La Rage du tigre). Mais l’ambiance n’est pas toujours très saine. Un jour, Yvan Chiffre se rend compte que l’actrice Kuan Shang (ou Shan Kwan Ling Fung) a été remplacée par… une doublure ! Il interroge les membres de l’équipe, qui ne font que lui sourire, "leur manière de traduire leur embarras, pour ne pas perdre la face". En fin de journée, le directeur de production lui révèle enfin que la jeune femme a été enlevée par des truands qui la séquestrent à Formose ! "Me voilà sans la vedette principale ; par chance, les principales scènes avec elle sont déjà tournées. Par la suite, il me faudra employer trois doublures différentes pour terminer le film ; et trois mois plus tard, Kuan Shang sera rendue à l’affection des siens contre une confortable rançon."

Un peu plus tard, la quarantaine de cascadeurs chinois engagée sur le film expérimente le mélange vin blanc (offert par la production) et haschisch… Le premier assistant vient prévenir en hâte Yvan Chiffre qu’une bagarre générale est à deux doigts d’éclater. "J’abandonne aussitôt mon plateau et je me présente sur l’autre, où je trouve le responsable de l’équipe de Hong Kong, qui a autant de respect pour moi que j’en ai pour lui. Je décide de chatouiller son sens de l’honneur. "Je t’avais dit que j’avais confiance en toi, et tu m’avais promis qu’il n’y aurait aucun problème. J’ai appris qu’il y a des gens de ton équipe qui font des menaces à mon premier assistant. Je voudrais savoir qui !" Aussitôt, il se retourne vers ses troupes et hurle quelque chose en chinois. Deux garçons sortent du rang, leur chef leur envoie sans prévenir deux atemis bien placés, les deux hommes s’écroulent. Il n’y aura plus de problèmes ce soir-là." Peu de temps avant la fin du tournage, l’associé chinois de la production est tabassé par des racketteurs dans les bureaux du Hilton et sa secrétaire "a le cou en sang : non pas tranché, juste coupé, en guise d’avertissement. C’est dans cette atmosphère tendue que le tournage s’achève." Les Charlots profitent de leur présence en Asie pour promouvoir leurs anciens films qui font là-bas un carton…

Philippe Lombard

[Sources : Emission "Dix de der" du 4 octobre 1975, "Silence… on casse !" de Rémy Julienne (Flammarion, 1978), "À l’ombre des stars" de Yvan Chiffre (Denoël, 1992), "100% Charlots" de Jean Sarrus, (Ramsay, 2004)]


POSTER

BONS BAISERS DE HONG-KONG - Poster


Commentaires
Réagissez dans le Forum à propos de cet article ou donnez nous votre avis ?
Cliquez ici

FaceBook


Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de Philippe Lombard

Powered by http://www.devildead.com