Furia à Bahia pour OSS 117 (1965)
Posté le 2008-03-21 06:22:59

Après «Banco à Bangkok pour OSS 117», André Hunebelle crée la franchise «Fantômas», qui va vite elle aussi loucher du côté de James Bond, mais également de OSS 117. Le titre du deuxième film, «Fantômas se déchaîne» reprend celui du premier Kerwin Mathews, tandis que le canon à ondes télépathiques s’inspire de la machine du Dr Sinn de «Banco à Bangkok pour OSS 117». Pour «Furia à Bahia pour OSS 117», Hunebelle va également utiliser deux des principaux comédiens de son autre série : Mylène Demongeot (Hélène, la compagne de Fandor) et Raymond Pellegrin (la voix de Fantômas).

Pour la nouvelle mission du héros de Jean Bruce, un problème de casting se pose. Les exigences financières de Kerwin Mathews sont trop élevées et il est décidé de le remplacer. Le choix ne se porte pas sur l’un des nombreux acteurs américains venus tenter leur chance à Paris ou à Rome (Ken Clark, Richard Harrison, Sean Flynn, Lex Barker, Ray Danton, George Nader…) mais sur un inconnu, qui plus est autrichien et sans expérience de la comédie. Son nom : Frederick Stafford. Jean-Pierre Desagnat, qui fut assistant-réalisateur sur plusieurs films d’André Hunebelle et qui réalisera «Pas de Roses Pour OSS 117», se souvient de lui : «A l’origine, Stafford n’était pas acteur. De son vrai nom Frederich Strobl von Stein, ce noble autrichien était représentant en produits pharmaceutiques et était marié à l’actrice Marianne Hold , connue pour son interprétation de «Marianne de ma Jeunesse» de Julien Duvivier. Elle tournait alors à Bangkok et Frederick l’accompagnait. Sigmund Graa, le secrétaire d’Hunebelle, fit sa connaissance et de retour à Paris, proposa des essais au cinéaste, qui avait apprécié sa grande silhouette sportive».

Autrichien né le 11 mars 1928 en Tchécoslovaquie, Stafford vécut longtemps en Australie, avant de revenir s’installer en Europe. Très athlétique, il participe aux compétitions de hockey sur glace à Davos en 1947 et aux épreuves de natation aux Jeux Olympiques de 1948. Une fois choisi pour interpréter Hubert Bonisseur de la Bath, il suit des cours de français, de diction, de judo et de karaté. «Ce n’est pas du tout un acteur», constate Mylène Demongeot. «Il est raide comme une potiche, mais c’est un bel homme, très grand et très gentil». Malgré son handicap de départ, Frederick Stafford va très bien s’en sortir, aidé par un physique avantageux et une aisance évidente dans les scènes d’action.

En prenant pour base le roman «Dernier Quart d’Heure», André Hunebelle, son fils Jean+Halain, et Pierre Foucaud envoient Hubert Bonisseur de la Bath au Brésil, pour démanteler un réseau terroriste responsable d’attentats sanglants contre d’importantes personnalités sud-américaines. Après avoir échappé à plusieurs pièges, il met en échec les plans d’un néo-nazi (François Maistre, apparu dans «Le Bal des Espions»), qui veut dominer le monde grâce à des tueurs téléguidés.

Comme sur le film précédent, les tournages des extérieurs sont assurés par Jacques Besnard. Il avait débuté comme assistant-réalisateur sur «OSS 117 se déchaîne» avant de devenir réalisateur de seconde équipe sur les deux premiers «Fantômas». Il deviendra cinéaste, dirigeant notamment Frederick Stafford dans «Estouffade à la Caraïbe» en 1967 (une production André Hunebelle).

Dans le dossier de presse du film suivant, on pouvait lire : «Quand les lumières s’allumèrent à nouveau après la première projection de «Furia à Bahia pour OSS 117» au cinéma Normandie, Paris comptait une vedette de plus. Frederick Stafford venait d’être projeté au firmament des stars grâce à André Hunebelle». Auréolé de ce succès, l’acteur débutant devenu célèbre du jour au lendemain s’envole pour le Liban pour y tourner un film au titre plus que révélateur, «Baroud à Beyrouth par FBI 505» de Manfred Köhler. Un film aujourd’hui complètement oublié…

Philippe Lombard

[Texte écrit à l’origine, et remanié depuis dans cette version, pour un livre sur OSS 117 devant paraître chez DLM en 1996 et finalement inséré dans le coffret DVD édité par Gaumont en 2005.]

[Sources : Témoignage de Jean-Pierre Desagnat, «Archives 007» n°3, «Télérama» n°969, «Robert Hossein, le Diable Boiteux» de Henry-Jean Servat (éd. du Rocher, 1991), «A l’Ombre des Stars» d’Yvan Chiffre (Denoël, 1992), «When the Snow Melts» de Cubby Broccoli et Donald Zec (Boxtree, Londres, 1998), «Tiroirs Secrets» de Mylène Demongeot (Le Pré aux Clercs, 2001), livret du CD «Fantômas» (Universal, 2001)]

Titre Original :
FURIA A BAHIA POUR OSS 117

Titre anglais :
OSS 117 : MISSION FOR A KILLER

Année : 1965

Nationalité : France / Italie

Réalisé par :
André Hunebelle

Ecrit par :
Pierre Foucaud, Jean Halain, André Hunebelle & Jean Bruce

Musique de :
Michel Magne

Interprété par :
Frederick Stafford, Mylène Demongeot, Raymond Pellegrin, Perrette Pradier, Annie Anderson, Jacques Riberolles, François Maistre, Yves Furet, Guy Delorme, Jean-Pierre Janic, Yvan Chiffre, André Cagnard, Guy Fox, Gérard Moisan, Rico López & Henri Attal


Commentaires
Réagissez dans le Forum à propos de cet article ou donnez nous votre avis ?
Cliquez ici

FaceBook


Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de Philippe Lombard

Powered by http://www.devildead.com