Ashanti (1979)
Posté le 2010-09-28 19:32:22

Né à Lausanne en 1948, Georges-Alain Vuille grandit avec les films américains projetés au Colisée, le cinéma dirigé par son père. À l’âge adulte, il reprend la salle puis devient distributeur ; passionné, il veut gravir un échelon supplémentaire. "Il n’est pas né pour rester "épicier du cinéma", écrit Norbert Creutz dans le journal "Le Temps". Mais les temps n’ont-ils pas changé depuis ce vieil Hollywood qui le fascine tant ? Il n’en a cure et s’improvise producteur en appliquant la vieille recette : acquisition des droits d’un best-seller, engagement de stars et d’un metteur en scène. Le reste du financement suivra." En 1978, il lance trois projets simultanément : le drame intimiste Clair de femme de Costa-Gavras d’après Romain Gary, la fresque historique Tai-Pan d’après James Clavell et le film d’aventures Ashanti d’après Alberto Vázquez Figueroa.

Si le premier se monte sans peine, le deuxième nécessite un énorme budget (Vuille veut Steve McQueen à qui il propose dix millions de dollars) ; quant au troisième, c’est une grosse production tournée au Kenya et en Israël. Pour cette histoire d’un médecin anglais parti à la recherche de sa femme enlevée par des trafiquants d’esclaves en Afrique, Vuille a réuni un casting d’exception : Michael Caine, Peter Ustinov, Omar Sharif, Rex Harrison, Telly Savalas et Beverly Todd (Kirk Douglas a également été approché mais sans succès). Sous la houlette du réalisateur Richard Sarafian (Point Limite Zéro), le tournage débute le 24 avril 1978 au Kenya… pour s’interrompre une semaine plus tard, le réalisateur et son producteur ne parvenant apparemment pas à s’entendre (pour des raisons inconnues). Acteurs et techniciens ont deux semaines de repos.

Georges-Alain Vuille convainc Richard Fleischer de reprendre la barque. Le vétéran hollywoodien n’est pas emballé par l’idée (il avait déjà remplacé John Huston en 1972 sur Les Complices de la dernière chance) mais le Suisse lui promet de lui confier la réalisation de Tai-Pan. Et au festival de Cannes qui s’ouvre le 17 mai, de coûteux emplacements sont loués à l’extérieur et à l’intérieur du Carlton pour annoncer la prochaine adaptation du roman de Clavell par le réalisateur des Vikings.

Fleischer profite de son séjour français pour repenser Ashanti. "J’ai tout recommencé à zéro." Beverly Todd est remplacée par le mannequin Beverly Johnson, qui a récemment fait ses débuts à l’écran. Telly Savalas refuse de reprendre le rôle du pilote d’hélicoptère-mercenaire, qui est proposé à William Holden. L’acteur, qui vit une grande partie de l’année au Kenya, accepte ce tournage de onze jours pour 250.000 dollars. Un gros problème se pose concernant Omar Sharif, qui doit interpréter Malik, un nomade qui emmène le médecin britannique à travers le désert. Or, ses scènes, censées se dérouler en Afrique de l’Est, doivent se tourner en Israël. Des groupes palestiniens menacent de mort l’acteur égyptien s’il s’obstine à s’y rendre. "Je ne pouvais pas courir le risque de me faire tuer par un fanatique. J’ai du refuser le rôle qui m’aurait porté sur les rives du Jourdain. J’ai accepté celui d’un prince auquel un négrier vend à un prix élevé la très belle Beverly Johnson." Les scènes (récrites par George MacDonald Fraser, le scénariste de Tai-Pan) seront tournées en septembre au palais de Seta (d’architecture mauresque) à Palerme. Quant à Malik, il est finalement interprété par l’acteur indien Kabir Bedi, alors très populaire grâce à la série Sandokan.

Hormis le fait que Richard Fleischer est contraint de retravailler le scénario au jour le jour, toute l’équipe doit subir un mauvais choix de calendrier. En effet, le tournage se déroule au Kenya pendant la saison des pluies et en Israël pendant l’été. Dans les déserts du Neguev et du Sinaï, la température est de 45°. "Nous étions obligés de nous arrêter de travailler à deux heures de l’après-midi" explique le cinéaste. "C’était comme vivre et travailler à l’intérieur d’un sèche-cheveux" renchérit Michael Caine, qui doit également faire face à d’autres problèmes. "Travailler avec des enfants et des animaux est très difficile. Et dans une scène, j’ai dû tourner avec les deux, des gamins et des chameaux - en plein désert ! Pour moi, cela a été la scène la plus difficile que j’ai jamais faite." Comme si cela ne suffisait pas, Fleischer doit freiner Peter Ustinov dans son interprétation du négrier Suleiman. "Je sais bien, mes méchants sont toujours charmants dans la vie comme au cinéma. Mais lui avait tendance à en faire quelqu’un de trop rigolo. Je voulais qu’on rit mais aussi qu’on pleure !"

Le tournage s’achève en octobre, au grand soulagement de Fleischer. "Ce fut pour moi uniquement un labeur, un pensum qu’il me fallait franchir pour obtenir ce que je désirais avec la réalisation de Tai-Pan." Mais le film ne se fit pas et Dino de Laurentiis récupérera les droits cinq ans plus tard. Fleischer n’évoque pas Ashanti dans ses mémoires et Michael Caine en parle dans les siens comme du pire film de sa carrière. Pourtant, malgré tous les problèmes rencontrés au cours de la production, le film est un récit d’aventures très réussi…

Philippe Lombard

[Sources : "Eugene Register-Guard" du 17 août 1978, "Ciné-Revue" n°39 (26 septembre 1978), "Lakeland Ledger" du 10 décembre 1978, "The Afro American" du 14 avril 1979, "France-Soir" du 25 avril 1979, "Le Temps" du 8 juillet 1999, "Richard Fleischer" de Stéphane Bourgoin (Edilig, 1986), "What’s it all about ?" de Michael Caine (Arrow, 1992), "Michael Caine" de Michael Freedland (Orion Books, 1999), "The Light’s on at Signpost" de George MacDonald Fraser (Harper Collins, 2003)]

Titre Original :
ASHANTI

Année : 1979

Nationalité : France

Réalisé par :
Richard Fleischer

Ecrit par :
Stephen Geller & Alberto Vázquez Figueroa

Musique de :
Michael Melvoin

Interprété par :
Michael Caine, Peter Ustinov, Kabir Bedi, Beverly Johnson, Omar Sharif, Rex Harrison & William Holden


POSTER

ASHANTI - Poster


Commentaires
Réagissez dans le Forum à propos de cet article ou donnez nous votre avis ?
Cliquez ici

FaceBook


Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de Philippe Lombard

Powered by http://www.devildead.com