"Vingt mille lieues sous les mers" par Fellini
Posté le 2010-09-28 19:09:13

En 1984, le romancier et scénariste britannique George MacDonald Fraser (Les Trois Mousquetaires, Octopussy) est engagé par le producteur Dino de Laurentiis pour écrire une nouvelle adaptation de Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne. Lorsque Richard Lester décline la proposition de la réaliser, l’Italien est loin d’être abattu. "Oubliez Lester!" dit-il à MacDonald Fraser avant d’affirmer que Federico Fellini se couperait le bras droit pour faire le film. Bien que surpris, le scénariste se rend en Italie pour rencontrer le maître.

"Il est vite apparu que Fellini n’avait aucune intention de réaliser le film. Dino, m’expliqua-t-il, l’avait mal compris. " Nous nous croisons à l’aéroport, il me demande ce que je fais, je le lui dit, je lui demande ce qu’il fait, il me répond Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne, et vous savez comment c’est…" Il fait un mouvement avec ses mains. "Je veux dire quelque chose de gentil, donc, je dis ‘super, Dino, un de mes livres préférés depuis que je suis enfant’." Il sourit comme pour s’excuser. "C’est tout.""

Les deux hommes parlent cependant du projet et MacDonald Fraser lui décrit une image qu’il a en tête : le Nautilus reposant au fond de la mer, parmi les ruines de l’Atlantide, tandis que l’ennemi jette depuis la surface des mines qui descendent en produisant des bulles argentées et explosent en silence. L’idée séduit Fellini d’un point de vue visuel. "Des explosions silencieuses. Pas de bruit. Simplement… de la lumière." Puis, le cinéaste se met à réfléchir. "Ce pourrait être comme… vous savez, une comédie musicale. Enfin non, non, non, pas une comédie musicale, mais plutôt…" La phrase reste en suspens et l’interprète le prévient que Dino de Laurentiis est au téléphone. Après un échange amical en italien, Fellini passe le combiné à MacDonald Fraser. "Eh, George… oubliez Fellini ! Vous rentrez et on trouve quelqu’un d’autre, ok ?"

Le film ne se fera pas mais George MacDonald Fraser écrira Kalidor pour le producteur italien...

Philippe Lombard

[Sources : "The Light’s on at Signpost" de George MacDonald Fraser (Harper Collins, 2003)]

Commentaires
Réagissez dans le Forum à propos de cet article ou donnez nous votre avis ?
Cliquez ici

FaceBook


Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriété de Philippe Lombard

Powered by http://www.devildead.com