Le garçon et la bête - 2015 - Mamoru Hosoda

Science-Fiction, Horreur, Epouvante, Merveilleux, Heroic Fantasy et tout le toutim du Fantastique !

Modérateurs : savoy1, Karen, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20308
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

Le garçon et la bête - 2015 - Mamoru Hosoda

Message par Manolito » lun. juil. 17, 2017 8:19 pm

Titre Japon : Bakemono no ko

Image

Ren, un petit garçon qui a fui sa famille, trouve refuge dans un monde magique peuplé d'hommes-bêtes. Il devient l'apprenti d'un ours sabreur... assez mal léché !

Mamoru Hosoda, un réalisateur faisant l'unanimité, des amateurs d'animation japonaise aux séances familiales des salles "Art et Essai", ayant mis toute la critique dans sa poche en 3 films, de Télérama à Mad Movies, rabattant tout de même un certain nombre de spectateurs en France.

Bref, un grand talent incontesté du genre fantastique contemporain... et aucun thread sur ce forum pour son dernier film ? Curieux... Ou peut-être une question de génération ?

Et c'est sans surprise et avec soulagement qu'on constate que Hosoda ne baisse pas sa garde après le succès des "Enfants loups" : ce "Le garçon et la bête" étant à nouveau une belle réussite, riche en trouvailles, en moments tendres, justes, humanistes, et aussi en humour ou en drame.

Partant sur le schéma classique du parcours initiatique, mais le rehaussant d'un élément fantastique légendaire, son dénouement part sur le principe que l'étape final pour grandir est d'être capable de s'affronter soi-même, son mal-être pour en sortir grandi. Techniquement raffiné, soigné, rien à redire, encore une réussite !

Vu sur OCS Replay, copie 1.85 HD, VM Japonaise DD 5.1 STF.

Algor
Messages : 858
Inscription : lun. févr. 11, 2008 11:02 pm

Re: Le garçon et la bête - 2015 - Mamoru Hosoda

Message par Algor » lun. juil. 17, 2017 10:23 pm

J'ai découvert Hosoda avec Summer Wars et Les Enfants Loups. :)
Inutile de dire que j'ai beaucoup aimé. Un cinéma d'animation dont les scénarios sont inventifs et les personnages très colorés qui en affrontent d'autres plus torturés; des démons intérieurs en quelque sorte.
Ici on nous présente un univers de combattants formés par des maîtres pas toujours au diapason avec leur élève. Comme dit par Manolito, c'est une démarche "initiatique" vers la maturité autant d'un côté que de l'autre.
Du mystère avec un pointe d'humour, voilà ce que nous propose Mamoru Hosoda.
À découvrir autant que les Ghibli, qui profitent un peu trop du devant de la scène, pour le malheur de studios moins connus. :|

Vu sur l'édition zone A qui, pour une fois, propose aussi des options en français...fait plutôt rare du côté de l'Amérique à l'exception des Disney/Ghibli.

bluesoul
Messages : 4026
Inscription : sam. sept. 27, 2008 4:09 pm
Localisation : Tokyo dans les annees 70s, baby! Yeah!

Re: Le garçon et la bête - 2015 - Mamoru Hosoda

Message par bluesoul » ven. juil. 27, 2018 4:16 pm

Decouvert a l'instant sur la NTV (Nippon Terebi) ou il etait a vrai dire deja passe plus d'une fois.

De Hosoda bibi connait Summer Wars qu'il adore, Toki o kakeru Shojo [The Girl who leapt through Time] qu'il aime sans plus et Ame to Yuki [Rain and Snow] a.k.a Wolf Children dont il doit ne pas avoir depasse la premiere demi-heure. Bref, a part SW, je reste parfois un cran dubitatif face aux oeuvres de Hosoda.

Autant SW paraissait le plus ambitieux et risque, sorte de grand ecart entre cinema filme "au raz de tatami" d'Ozu et cyber-anime, trouvait un parfait equilibre, autant ses autres films, pourtant apparement plus "simples" dans leurs tenants et aboutissants me paraissent plus bancals au final.

Ainsi TokS me paraissait tirer son argument en longueur. Bon, c'est une adaptation d'un roman qui n'est pas de Hosoda (pas la premiere adaptation de surcroit), mais bon.

Ame to Yuki me paraissait (deja) caresser une fibre sociale qui me paraissait (assez maladroitement) deguisee en fable fantastique et Bakemono no ko [The Beast's Boy ] a.k.a. The Boy and the Beast parait faire un peu de meme.

BnK dans sa partie fantastique n'a pas vraiment arrete de me rappeller Dragon Ball, l'anime pas le forumeur bien sur :mrgreen: et l'anime dans sa partie non-Dragon Ball Z, la partie consacree a une quete, un enseignement, au depassement de soi, a une relation maitre-eleve, a des tournois, le tout empruntant au cinema populaire hong-kongeais des annees 60/70s.

Bref, rien de neuf, mais en mode fantastique, tres fun et toujours surprenant. [Notez qu'on a meme un pendant de Oolong (le cochon) cette fois en moine bouddhiste et un singe (pendant de Songoku) tout deux deja present dans "Le Voyage vers l'Ouest" qui a largement inspire...Dragon Ball a nouveau. On a meme un "tournoi" dans la derniere partie(!). Coincidence? Bibi ne le croit pas...]

BnK vient quand meme 3 decennies apres et ne fais donc pas tres tres novateur sur le creneau dans cette partie.

Dans sa partie "sociale", touchant a la "recherche du pere", la "reinsertion" dans le monde des humains (avec une romance en bonus(!) ), le tout est effleure et tient plus d'une sorte de "figure imposee", qui ne menant a pas grand' chose, pourrait tout simplement...etre zappee que rien n'en serait fondamentalement change.

A notez aussi que la partie post-tournoi (avec l'autre enfant "humain") qui jusque-la n'a pas grand'chose a faire dans le film parait aussi sortir d'un peu nulle part, floue dans ses tenants et aboutissants et pourrait egalement (a mon sens)...etre zappee du recit sans que ce dernier n'en soit fondamentalement transforme.

Au risque de paraitre "mechant", bibi doit avouer que la partie post-"tournoi"
Spoiler : :
ravages de la baleine dans le quartier de Shibuya et allusions passablement cryptique a "Moby Dick"
m'ont non seulement laisse sur le carreau, mais aussi franchement...ennuye... :( Le tout est techniquement a tomber, mais oscille entre le remplissage et le vide. )8

Mode souvenirs ON: debut des annees 80s, Mme Bluesoul mere n'arretait pas de reprocher aux animes japonais de n'etre que des recits ou les gens s'entre-tuaient. Il aura fallu a bibi une sceance ou on a visionne ensemble Kaze no Tani no Nausicaa pour qu'elle change d'avis. Quelque chose me dit que ce ne serait pas BnK qui l'aurait fait flechir...Mode souvenirs OFF.

En guise d'explication et en aparte, pour parler d'experiences vecues ou vues de mes propres yeux (comme pour Ame to Yuki donc je reparlerais sans doute un jour), la partie consacree a l'autre enfant humain m'a fait penser a
Spoiler : :
plusieurs "gaijins" [non-japonais] que j'ai croise au Japon ces 14 dernieres annees. Les personnes en question ont toutes essaye d'"etre" "japonaises"...et se sont TOUTES plantees, certaines TRES TRES mechamment. On est ce qu'on est. Point barre!

Qu'importent leurs raisons, ces personnes ont essaye d'etre quelque chose qu'elles n'etaient pas et pour ce que j'ai pu en voir, les resultats ont parfois ete assez desastreux.

Pour conclure l'anecdote, bibi s'est TOUJOURS garde de ne pas commettre la meme erreur. :wink: Disons que je reconnais une mauvaise idee quand j'en vois une. Mais visiblement, c'est une erreur assez frequente par ici. A mediter pour ceux que l'experience (ou le demenagement) tenterait. Caveat lector. :wink:
Bref, un film techniquement nickel, plutot sympatoche, mais surement pas novateur et a vrai dire franchement bancal et qui ne m'a pas convaincu du final... :(

Bakemono no Ko: 3.75 / 5 (je monte la note car ayant quand meme beaucoup apprecie la partie...la plus "classique" et rabachee (et les visuels(!) 8)) ), les elements "novateurs" du recit m'ayant au final laisse quelque peu froid, voire franchement sur le carreau quand aux pourquois des comments.)
En direct du Japon. Bonsoir. A vous, Cognac-Jay.

Répondre