Du fond de l'abime (Lee child -1997)

Modérateurs : savoy1, Karen, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
fiend41
Messages : 1536
Inscription : sam. mai 01, 2010 7:07 pm

Du fond de l'abime (Lee child -1997)

Message par fiend41 » mar. sept. 22, 2015 6:39 pm

une petite ville du sud des usa, une petite ville trop propre finançée par des gens trop propres. à peine arrivé dans un café, un vagabond se fait arrêter pour un meurtre qu'il n'a pas commis. il a beau raconter son histoire, personne n'y croit.. surtout que le principal témoin n'est autre que le chef de la police. de fil en mauvaise aiguille et anguille sous roche, il se fait incarcérer en préventive avec un autre suspect. les preuves de sa liberté peinent à venir mais il se sauve juste à temps, se lie d'amitié professionnelle voire plus avec des flics bien pris dans une enquête patinante, pas si palpitante, qui tourne un peu en rond, mais plutôt bien menée.

mais mais mais .. tout ça ne serait rien :mrgreen: :D :mrgreen: :D si le héros de service ne s'appelait tadam tadam pleurez veuves et jeunes filles éternellement, JACK REACHER.

il faut s'imaginer "The rock" et non Tom Cruise.. et c'est ça Jack reacher physiquement déjà. le mec sait presque tout faire ou l'apprend dans la nuit, a un jukebox rock/country permanent dans la tête et marche marche, roule des km et des km à la recherche de la piste ultime.

alors pour le lifestyle, c'est effectivement tranquille et dépeunaillé. et on comprend qu'avoir été militaire une moitié de sa vie c'est comme vivre en prison. mais pour l'enquête policière, c'est là que ça devient juste énorme. car non seulement J.R. a du être le mentor de Chuck Norris, Sherlock Holmes, MacGyver, John Rambo, voire Dieu lui même.

le roman s'emballe donc dans une enquête tarabiscotée avec des détails tranchants et nets, pas forcèment dans des exploits improbables physiques. mais le niveau d'enquête est juste délirant. il peut reconstituer des pistes à partir de quasi rien. Evidemment l'auteur Lee child (plutôt bien joué pour un anglais, vu la description américaine type des intervenants et des détails techniques très intéressants), prend ses lecteurs tel un mauvais roman de gare, pour des demeurés et leur assène indice par indice ni vu ni connu. c'est à force que le gloubigoulba prend forme et qu'on se dit mais bon sang c'est bien sûr..

le début d'une longue saga... (ce roman de poche est dur à dégotter, ~40€ !, comme la plupart de ses autres ouvrages je n'en ai pas vu une trace en videgrenier encore.

Image

Répondre