Nous sommes le Jeu Nov 23, 2017 9:31 am

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: [Poliziesco] La Polizia Accusa, Il Servizio Segreto Uccide
MessagePosté: Sam Déc 25, 2004 10:24 pm 
Hors ligne
Modérateur

Inscription: Ven Avr 30, 2004 9:13 am
Messages: 12383
Localisation: Avec Milla en train de casser du zombie ...
Titolo in lingua originale: LA POLIZIA ACCUSA: IL SERVIZIO SEGRETO UCCIDE
Anno di produzione: 1974
Formato video: 16/9
Formato Audio: DOLBY DIGITAL 5.1; MONO
Codice area DVD: 2
Prezzo: 16,99 €
Disponibilità: dal 19-01-2005

Comprende: Audio commentary del regista, Galleria di poster e foto, Trailer originale, Video intervista a Luc Merenda, Biofilmografie.

Image

_________________
LE CHAT QUI FUME
LE CHAT QUI FUME SUR FACEBOOK


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Déc 26, 2004 5:27 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Mai 17, 2004 5:46 pm
Messages: 166
Localisation: lille
Y'a t-il des sous-titres sur ce dvd?
Et si oui en quelle langue?
Merci d'avance! ;-)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Déc 26, 2004 5:45 pm 
Hors ligne
Modérateur

Inscription: Ven Avr 30, 2004 9:13 am
Messages: 12383
Localisation: Avec Milla en train de casser du zombie ...
on peut croiser les doigts pour du st anglais ... mais pas plus.

_________________
LE CHAT QUI FUME
LE CHAT QUI FUME SUR FACEBOOK


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Déc 26, 2004 5:57 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam Aoû 07, 2004 9:39 am
Messages: 380
Moi j'men fous, je parle italien. :D

_________________
The Sound of Armande Altaï : cliquez pour écouter !
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Déc 27, 2004 2:41 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun Mai 17, 2004 5:46 pm
Messages: 166
Localisation: lille
ok merci superfly! ;-)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Poliziesco] La Polizia Accusa, Il Servizio Segreto Uccide
MessagePosté: Dim Mar 16, 2008 12:28 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Mai 08, 2005 9:44 am
Messages: 2994
Image


Quand Martino se prend pour Rosi et Petri ça donne cette Polizia accusa: il servizio segreto uccide, un très intéressant mélange de poliziesco traditionnel, avec poursuites automobiles trop spectaculaires pour être vraiment prise au sérieux et mitraillage à gogo, et de suspense politique plus réfléchi, sur fond de groupuscule d’extrême droite et de dérives vigilantes des services secrets italiens .

Tout comme dans son précédent polar, Morte sospetta di una minorenne, on est donc face à une curieuse combinaison d’influences cinématographiques plus ou moins bis, à priori difficilement conciliables mais que Martino gère nettement plus adroitement ici que sur Morte sospetta … Cette fois pas de déséquilibre dans le ton entre des personnages et péripéties à la limite du burlesque et des passages beaucoup plus sombres. Scènes d’action de pur film de genre et séquences « à message » sont emballés avec la même rigueur et le même sérieux. L’essentiel de l’action étant concentré sur la dernière demie heure de film, les amateurs de poliziesco lenzien reprocheront sans doute au film d’être un peu statique et bavard dans son ensemble, mais j’ai trouvé la partie enquête très bien menée, constamment intéressante à suivre.

La Polizia accusa: il servizio segreto uccide n’est pas non plus un Martino majeur. Passé la surprise de voir le cinéaste s’atteler à un sujet à ramifications ouvertement politique, dépassant largement dans ses ambitions le cadre du simple suspense policier violent, on se doit d’admettre que la trame proposée est relativement classique, voire basique, dans ses tenants et aboutissants. Plus regrettable encore, il faut reconnaître que le film déçoit un petit peu dans la forme. La réalisation de Martino est relativement anonyme. C’est efficace mais on ne retrouve pas le flair visuel, la pêche de Morte sospetta … ici, sans même parler de la maestria de ses mises en scène de giallos.

Côté interprétation, pas de grosse surprise, c’est du tout bon. Rappelons juste que Tomas Milian, en mode attention-cette-fois-je-ne-suis-pas-là-pour-faire-le-pitre, n’apparaît ici qu’en guest star. A signaler également un musique un peu trop morriconienne à mon goût de Luciano Michelini.


Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Poliziesco] La Polizia Accusa, Il Servizio Segreto Uccide
MessagePosté: Jeu Nov 13, 2008 10:52 am 
Hors ligne
DeVilDead Team
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven Avr 30, 2004 9:09 am
Messages: 18091
Localisation: Pyun City
Avant toute chose, la qualité de la copie proposée sur le NoShame est absolument excrémentielle :shock: .

Aucune fixité des couleurs, pluie de micro-rayures blanches, contrastes pourris -il n'y a pas d'autres mots- instabilités des plans osbcurs -le noir est opaque!-, couleurs parfois lavasses... quand on lit sur la jaquette que le film a été "remastérisé à partir du négatif original de manière optimale" §£ )8
Le son est lui aussi parfaitement horrible. Qu'il s'agisse dumono ou de l'abominable remixage en 5.1, il est métallique, comme passé dans une caisse de résonance et certains sons semblent avoir disparu au passage.

Version italienne avec st italiens (qui se décalent juste avant la scène de la prison en révolte, bravo la synchronisation avec l'action :evil: )

Probablement une des pires copies qu'il m'ait été donné de voir :shock:

Sinon, on a affaire à une bonne surprise. Martino tente un sujet plus ambitieux que d'habitude (un peu à la manière d'Ercoli dans La Polizia ha le mani ligate) et a visiblement bénéficié de moyens à la mesure du projet. Je rejoins manuma sur le mélange des genres, partant d'un bis poliziesco pour élargir le propos au complot politique, la dérive droitière quasi fasciste des services secrets italiens

Par contre, j'aime beaucoup les scènes d'actions, assez brutales. La caméra de Giancarlo Ferrando se met dans des coins pas possibles lors de la poursuite de bagnole, c'est à croire qu'il y aurait laissé sa vie :shock: . C'est très brut de décoffrage, avec caméra emùbarquée à bords des voitures qui se percutent et on voit clairement que Luc Merenda a effectué lui-même toutes les cascades!

Ne serait-ce que la cascade qui inaugure le film, à couper le souffle! La scène de l'attaque par hélicoptère est là aussi très spectaculaire et d'une ampleur inédite pour Martino. Là aussi, une caméra très mobile, qui colle à l'action. C'est là où je diffère de l'analyse ci-dessus, car Martino a su insuffler dans sa mise en scène l'énergie nécessaire requise par le scénario et l'action. Même les scènes d'exposition démontrent un savoir-faire dans les compositions du cadre (ici en Scope) : voir l'arrestation du faux-agent en début de métrage, où pas moins de 4 niveaux de lecture de l'action figure sur un même plan. C'est moins gothique que certains plans de La Queue du Scorpion (par exemple), mais n'étant pas dans un Giallo, je pense que ses audaces visuelles ne s'y prêtaient pas ici. Quant on pense à ses machins d'après comme le TV Crimes au cimetière étrusque ou encore Casablanca Express, on se demande bien ce qui lui est arrivé...

Le scénario tente de ménager des rebondissements, même si je dois avouer que la révélation finale n'en était pas une pour moi, car finalement assez mal amenée. Même si ce n'était pas le but du scénario. Ceci, l'un des aspects intéressants est le fait qu'il n'y a pas de "méchants" à proprement parler. Tous coupables, à un degré ou un autre. Même les individus les plus retors (cette sale tronche d'Antonio Casale en tête dans le rôle de Massù) ne sont pas décrits de manière unilatérale et foncièrement mauvais. Juste des maillons qui effectuent "leur travail".

Le film s'éloigne et se trouve ainsi largement au-dessus des Merlineries et autres Lenziades populistes des années 70, ne serait-ce que par l'ambiguïté qui se dégage des personnages, les ramifications d'une intrigue à tiroir, l'ambition de voir au-delà des simples bagarres et de ne pas asséner de messages à coups de poings dans la gueule.

Aussi, comme manuma a noté, de voir un Tomas Milian sobre, bien dirigé et cadré, surtout.
Luc Merenda est impeccable et se révèle un acteur qu'on a largement sous-employé (et c'est bien dommage).

Il y a d'ailleurs un interview assez rigolote de lui dans les boni, ou il parle italien comme une vache espagnole en le mélangeant de français. Il parait un peu désabusé, mais bourré d'humour et de respect pour les participants au film.

Un excellent divertissement, donc, même s'il est clair qu'on reste au niveau d'un bon film "populaire" -dans le bon sens du terme-, sans atteindre les sommets atteints par Rosi ou Petri, auquel le film fait en effet immanquablement penser.

La zique est trrrrrrrrrès Moricconienne, en effet, peut être une volonté de faire "plus sérieux" dans la livraison finale? En tous cas, je ne l'ai pas trouvée déplaisante, même si je ne considère pas Luciano Michelini comme un grand auteur, et collant très bien à l'action.

_________________
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: La ville accuse - Sergio Martino (1975)
MessagePosté: Dim Juil 04, 2010 1:38 pm 
Hors ligne

Inscription: Mar Mai 31, 2005 4:57 pm
Messages: 695
Localisation: pas à Paris, mais pas loin
Il est parfois intéressant de revoir d'anciens films tombés dans les oubliettes du souvenir afin de les réévaluer. Ainsi en est-il de cette Ville accuse, plusieurs fois citée en ces pages au fil des discussions consacrées à Martino ou aux polars bis.

Voici en tout cas un film dont le fond et la forme me semblent complètement en porte-à-faux. D'un côté un sujet fort à la Damiani, l'apparition d'une conspiration néo-fasciste au sein du complexe militaire italien. De l'autre, une illustration ... à la Martino, quoi !, soit une enquête policière basique à base de meurtres de nouveau riche et de prostituée, avec la poursuite motorisée en terrain vague de rigueur, et les petites tracasseries quotidiennes des fonctionnaires en appui. Certes, c'est carré, sans temps mort, mais ça se révèle au final guère passionnant, surtout au vu du sujet largement plus que survolé.
On a du mal à croire que seuls de petits inspecteurs soient menacés. Les journalistes bien présents dans l'intrigue, et utiles, d'ailleurs, à l'évolution de celle-ci, ne semblent pas plus impliqués que cela dans la menace qui plane sur la société. Enfin c'est le parti-pris, par le petit bout de la lorgnette, choisi ici par le réalisateur, et c'est donc bien frustrant par rapport à un Damiano Damiani, déjà cité.

Question mise en scène, c'est de l'artisanat de base. Et à côté du giallo et du western spaghetti, on ne peut que constater définitivement, dans le cadre du poliziesco, l'absence de véritable recherche de cadre ou de montage. Aucune "grande" scène à signaler, pas d'image iconique à se mettre sous le regard. Ce n'est pas le court revirement de l'action, style guérilla campagnarde, avec révolutionnaires maquisards et jets de grenades depuis des hélicoptères, scène bien maladroite, qui viendra contredire cette impression.
Et pour la tirade attendue sur la société italienne, il faudra se contenter d'une prose sur le bien et le mal assénée par notre modeste héros.

Aux côtés de Luc Merenda, un Mel Ferrer peu impliqué (n'est pas Martin Balsam qui veut) et un Tomas Milian sobre et bien propre sur lui en costard cravate.

A ranger donc sur l'étagère des complétistes.

Pour info, la copie vf jadis diffusée à la Cinémathèque et proposée récemment sur Ciné Polar porte bien le titre de "La ville accuse", bien que le film soit maintes fois cité dans les fanzines sous celui de "La police accuse". De plus, il était programmé dans les hebdos télé sous le titre de "L'accusé". Que de dénominations, comme d'hab'.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La ville accuse - Sergio Martino (1975)
MessagePosté: Dim Juil 04, 2010 1:53 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Mai 08, 2005 9:44 am
Messages: 2994
Dit donc, je te trouve bien sévère sur ce coup, même s'il est clair qu'on ne tient pas là un Martino majeur.

Par ailleurs, il existe déjà un thread sur ce film, sous son titre original.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: La ville accuse - Sergio Martino (1975)
MessagePosté: Dim Juil 04, 2010 4:06 pm 
Hors ligne

Inscription: Mar Mai 31, 2005 4:57 pm
Messages: 695
Localisation: pas à Paris, mais pas loin
manuma a écrit:
Par ailleurs, il existe déjà un thread sur ce film, sous son titre original.
Je me disais aussi ... Ce n'est pourtant pas faute d'avoir fait tourner le moteur de recherche. Malheureusement le nom de Sergio Martino n'était pas cité dans le titre du sujet sur "La polizia accusa". Et le critère "La ville accuse" m'envoyait donc au coeur d'autres sujets sur le réalisateur ou le poliziesco.
Si quelqu'un veut recoller les morceaux ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Poliziesco] La Polizia Accusa, Il Servizio Segreto Ucci
MessagePosté: Mar Nov 14, 2017 8:20 pm 
Hors ligne
DeVilDead Team
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven Avr 30, 2004 9:09 am
Messages: 18091
Localisation: Pyun City
revisitation sur le pas très beau dvd de la NoShame.
Même sentiment de poliziesco haut de gamme. Il y a des moyens, voir la poursuite finale en hélicoptère et l'attaque massive du dernier 1/4 d'heure. Les cascades sont impressionnantes - made in Remy Julienne -, ne serait-ce que la première, inattendue et assez violente. Et quelques maquettes efficaces.

je n'avais pas fait attention que derrière le scénario se matérialisaient Fabio Pittorù (La dame rouge tua 7 fois et Abus de pouvoir entre autres)et Gianfranco Couyoumdjian (qui a produit quelques margheriti par la suite).

ce curieux mélange de polar anti-corruption à tous les étages de la société italienne (Suburra m'est venu en tête à plusieurs reprises) et de poliziesco populaire fonctionne vraiment bien. Martino épaulé par un Ferrando habile manie sa caméra de manière mobile, en mode urgence par instants. Qui fait que cela bouge en permanence, un peu comme le scénario qui multiplie les digressions et rebondissements.

Pas un chef d'oeuvre en soi, mais ça reste quand même hautement recommandable - et très largement supérieur aux conneries monomaniaques à la Castellari et autres Lenzi de ces mêmes années.

_________________
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages précédents:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 8 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  
Design By Poker Bandits  
Traduction par: phpBB-fr.com & phpBB.biz


 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriete de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com