Nous sommes le Dim Déc 17, 2017 8:14 am

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Rollercoaster - James Goldstone (1977)
MessagePosté: Mer Avr 08, 2009 9:46 am 
Hors ligne
DeVilDead Team
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven Avr 30, 2004 9:09 am
Messages: 18156
Localisation: Pyun City
Un génie de l'électronique (Timothy Bottoms) provoques des accidents dans les parcs d'attraction afin d'obtenir une rançon d'un million de dollars. Un spécialiste de la sécurité de rollercoasters (George Segal) est sur sa piste, en compagnie d'un agent du FBI retors (Richard Widmark).

Image

En VF : le Toboggan de la Mort, qui a fait les beaux jours du "Cinéma du Dimanche Soir" sur TF1 il y a quelques 25 ans, pour les 30naires et 40naires qui s'en souviennent.

Tourné en Panavision et en Sensurround (le générique indique aussi "effets musicaux en Sensurround par Lalo Schiffrin") et produit par Jennings Lang, le film achoppe deux concepts.
Le premier : celui de la caméra placé devant la première voiture d'une attraction de montagnes russes (ou Rollercoaster, donc) afin d'obtenir un maximum d'effets. Ce qui a avait été effectué dans les années 50 pour promouvoir le Cinerama.
Ensuite, le film catastrophe, alors en pleine vogue au milieu des années 70. Ici, c'est la première scène qui retient l'attention (et dont Destination Finale 3 reprendra le principe pour également sa première scène) : une bombe explose sous les rails de l'attraction, faisant se précipiter dans le vide l'ensemble des personnes dans les voitures. C'est très spectaculaire, même plutot violent à la revoyure. En tout cas, très efficace.

Le reste est beaucoup plus routinier, hélas. Enquête, parlotte et principe très mince. C'est surtout beaucoup trop long (1H59) et la promenade de George Segal supposé délivrer l'argent en faisant le tour de toutes les attractions d'un parc est exténuante. Aucun intérêt véritable si ce n'est la promotion du parc en question. Les motivations du tueur (Timothy Bottoms, excellent par ailleurs) restent floues- argent, bien sûr, mais les explications sont laissées (in)volontairement de côté. de toute façon, on s'en fiche un peu, c'est surtout la bande démo en Sensurround qui devait intéresser la production, vu qu'on se tape trois "ride" (avec un plan magnifique, ceci dit, de la camera qui au sommet d'un virage effectue un virage à 180°, donnant l'impression que l'une des voitures est partie dans le vide. Sur grand écran, cela devait etre impressionnant, à la fois visuellement et pour les oreilles!
Le dernier quart d'heure bénéficie d'un bon suspense et là aussi d'un montage intéressant entre le ride et la poursuite du tueur.

Interprétation de qualité : Segal est idéal dans un rôle détaché. Widmark est lui aussi parfait dans le rôle de l'officiel du FBI intraitable et henry Fonda joue les utilités, comme dans les rôles qui lui étaient dévolus dans les années 70. La "Henry Fonda's touch" qui fait si bien sur les affiches, même si on le voit 5 minutes. Susans Strasberg en sert à rien du tout, si ce n'est de montrer que dans les années 70, Segal est moderne, peut etre divorcé et se mettre en ménage avec une autre femme. waow.

Goldstone, metteur en scène malheureux à la fin des années 70 - il réalisa deux gros flops : Swashbuckler et le jour de la Fin du Monde qui signera son arret de mort cinéma-, donne une certaine impulsion à sa caméra et certains plans dynamiques sont très élégants (dont un travelling latéral assez complexe lorsque T. Bottoms retourne à sa voiture vers la fin). Ce qui laisse à penser qu'il était plus un bon technicien qu'un metteur en scène original (voir ses films comme Jigsaw, Winning ou encore They only kill their masters...)

On y voit pour la première fois à l'écran Helen Hunt dans le rôle de la fille de george Segal. Craig Wasson en hippie halluciné, Steve Guttenberg en agent fédéral et le regretté Robert Quarry dans le rôle du maire. Pour peu, on attend presque que les canines sortent! Il y aussi ...les Sparks en concert (quichantent "Big Boy" la chanson semble d'ailleurs durer des plombes!) et Ron mael qui finit par péter une chaise sur la scène :D

Au final, un film assez bête dans son concept, un peu trop long, excitant dans son premier quart d'heure, mais

Spoiler : :
vous espérerez voir d'autres morts passées les 15 premières minutes, c'est rapé, il n'y en aura plus


et donc qui souffre d'un défaut de construction à ce niveau. Ceci dit, le spectacle reste honorable, bien que strictement similaire au niveau des intrigues de l'époque (genre Black Sunday, Two-Minutes Warning et consorts)

Revu sur le LD NTSC de qualité moyenne (mais au format). Les effets pendant les scènes d'action au niveau des basses restent moyens.

Il existe un dvd Z1 sorti en 1998 sans 16/9e puis à nouveau en 2004 avec des st anglais + une VF, mais franchement, vue l'édition et les pistes sonores, j'ai préféré garder mon LD.

Image

_________________
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rollercoaster - James Goldstone (1977)
MessagePosté: Mer Avr 08, 2009 8:26 pm 
Hors ligne

Inscription: Dim Mai 08, 2005 9:44 am
Messages: 2994
Vu pour ma part à la télé au cours de l'été 88. Faudrait évidemment que je rafraîchisse mon souvenir de la chose, mais comme ça, à chaud, je dirais que c'est l'un de mes films catastrophe préférés de la vague 70s. Dans le rôle principal George Segal apporte une décontraction inédite et bienvenue dans le genre, le suspense fonctionne, la partition de Schifrin est inspirée - je me souviens notamment d'un morceau d'introduction original, mélangeant les styles musicaux - et puis d'une façon générale je suis assez sensible au travail de Goldstone (l'idée d'un petit top me travaille depuis quelques temps mais il me reste encore pas mal de titres importants à voir de lui), dont j'avais notamment bien apprécié le They only kill theirs masters et son TV avec John Forsythe, Cry Panic.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rollercoaster - James Goldstone (1977)
MessagePosté: Jeu Avr 09, 2009 8:31 am 
Hors ligne
DeVilDead Team
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven Avr 30, 2004 9:09 am
Messages: 18156
Localisation: Pyun City
Pour le coup, je me suis réécouté ce matin la musique de Lalo Schifrin et bon, c'est quand un sacré morceau qui oscille entre Roller Boogie et Lalo-Disco §£ . Entre la flute traversière, la pédale wah-wah et la flute de pan qui fait frémir à l'idée que George Zamfir sorte du lecteur CD )8
Ceci, les effets sonores repris du film sont assez sympas mixés à l'ensemble et la diversité des thèmes (jazz, rock, disco, ballade)... mais bon, même je reconnais un certain talent au bonhomme, c'est quand même pas du tout ma tasse de thé :?

Image

_________________
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rollercoaster - James Goldstone (1977)
MessagePosté: Jeu Avr 09, 2009 9:17 am 
Hors ligne

Inscription: Dim Mai 08, 2005 9:44 am
Messages: 2994
Désolé pour le mauvais quart d'heure musical. J'aurais peut-être dû préciser avant que j'aime beaucoup la veine disco de l'oeuvre Schifrienne, celle des Monsieur St. Ives et autres Dollars en cavale.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rollercoaster - James Goldstone (1977)
MessagePosté: Sam Avr 03, 2010 1:41 am 
Hors ligne

Inscription: Dim Mai 08, 2005 9:44 am
Messages: 2994
Revu et pas déçu. Bon, c’est vrai que le film n’est pas parfait. On note quelques facilités d’écriture ici et là : Segal qui comprend que ce n’est pas un accident et rentre en contact avec les patrons des parcs de loisirs au moment le plus opportun qui soit, sa série de déduction quant à la prochaine cible du poseur de bombe ou encore
Spoiler : :
le gros coup de bol qui lui permet de l’identifier à la fin.
Je trouve que Timothy Bottoms y va un peu fort sur les mimiques de type mastermind froid et machiavélique. Et puis il faut en effet reconnaitre que l’ensemble est un poil longuet, même s’il me semble que c’est surtout dans le dernier tiers que ça s’enlise véritablement, avec notamment toutes ces séquences barbantes qui tournent autour du concert et de la fête inaugurale du nouveau rollercoaster.

M’enfin, pour voir que passé le premier quart d’heure, il ne se passe plus grand-chose de spectaculaire dans le film, les auteurs ne s’en tirent pas trop mal. Le suspense est plaisant, agrémenté d’une bonne dose d’humour, le personnage central est assez bien croqué. Et puis l’interprétation de Segal ne manque pas de saveur, combinant classe et ironie made in seventies. Faut notamment voir sa scène du grand huit où, secoué comme un prunier, il parvient à rester imperturbable. Richard Widmark hérite d’un rôle plus standard de ponte du FBI obtus, dont Segal déclare d’ailleurs se méfier presque autant que du poseur de bombe (!).

Des on côté, Schifrin a certainement fait mieux que ce Rollercoaster, mais il tombe néanmoins un sacré boulot ici, proposant en particulier un intéressant travail sur la source music, qu’il mélange par moment assez habilement à son score pur et dur. La scène d’ouverture lui doit par ailleurs beaucoup. En revanche le petit thème lié au personnage de Bottoms, repris quasi systématiquement à chacune de ses apparitions, devient vite saoulant.

Quant à la réalisation, d’accord avec Superwondie : à défaut d’avoir beaucoup d’idées originales – on retiendra surtout le coup du faux plan subjectif de la chenille qui vous propulse dans les airs et vous fait croire quelques secondes à un déraillement : c’est totalement gratuit mais d’une efficacité imparable – il se montre par moment assez inspiré dans ses cadres. Du bon boulot, dynamique et agréable à l’œil.

Enfin, pour l’anecdote, il n’est pas interdit de penser que le problème de tabagisme du personnage joué par Segal ait été inspiré par la véritable dépendance au tabac de Richard Levinson, dépendance fatale que son comparse William Link (l’un des 2 autres scénaristes de ce Rollercoaster) relatera dans le téléfilm The Boys en 1991, avec James Woods et John Lithgow.

Diffusé actuellement en VM sur TCM.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rollercoaster - James Goldstone (1977)
MessagePosté: Ven Aoû 28, 2015 7:22 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven Fév 24, 2006 6:34 am
Messages: 2518
Localisation: Annecy
Voici un film que j'aimerai bien revoir (pas vu depuis une diff télé dans les années 80) et qui m'avait bien plu et impressionné. D'après Forgotten silver, Rollercoaster vient de sortir en bluray en italie... J'ai toujours un peu peur d'un simple upscale quand les films ne sortent pas en bluray d'abord dans leur pays d'origine... Donc un bluray restauré image par image avec son fameux sensurround remixé en 7.1 serait idéal. Un jour peut-être...

Je ne sais plus où j'ai lu ça, mais c'est le critique Christophe Lemaire qui expliquait être allé voir au cinéma Le toboggan de la mort le même jour que La guerre des étoiles, et qu'au final il avait trouvé sympa Star Wars et surtout excellent ce Rollercoaster ! Amusant.

_________________
"Il y a un p'tit détail qui me chiffonne"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rollercoaster - James Goldstone (1977)
MessagePosté: Ven Aoû 28, 2015 10:40 am 
Hors ligne
DeVilDead Team
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven Avr 30, 2004 9:09 am
Messages: 18156
Localisation: Pyun City
le film est sorti en Blu ray en Italie.
Le son est toujours compressé (DD 5.1 italien et 2.0 anglais).
Il est donc urgent d'attendre.

_________________
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rollercoaster - James Goldstone (1977)
MessagePosté: Ven Mar 11, 2016 8:18 pm 
Hors ligne
DeVilDead Team
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven Avr 30, 2004 9:09 am
Messages: 18156
Localisation: Pyun City
Ca arrive en Blu ray US cette année chez Kino Lorber, avec visiblement la piste en Sensurround.

_________________
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rollercoaster - James Goldstone (1977)
MessagePosté: Lun Aoû 21, 2017 3:42 pm 
Hors ligne
DeVilDead Team
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven Avr 30, 2004 9:09 am
Messages: 18156
Localisation: Pyun City
Le film sort en Blu ray français le 5/09/17:

http://www.devildead.com/indexnews.php3?NewsID=10420

_________________
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rollercoaster - James Goldstone (1977)
MessagePosté: Mar Aoû 22, 2017 12:02 am 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven Fév 24, 2006 6:34 am
Messages: 2518
Localisation: Annecy
excellente nouvelle ! :)

_________________
"Il y a un p'tit détail qui me chiffonne"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rollercoaster - James Goldstone (1977)
MessagePosté: Mer Oct 11, 2017 6:56 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu Sep 30, 2010 4:56 pm
Messages: 1323
apparement c'est pas la joie en comparant avec le Kino! :(


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rollercoaster - James Goldstone (1977)
MessagePosté: Jeu Oct 12, 2017 9:01 am 
Hors ligne
DeVilDead Team
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven Avr 30, 2004 9:09 am
Messages: 18156
Localisation: Pyun City
tu as un article ou un comparateur d'éditions?

_________________
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rollercoaster - James Goldstone (1977)
MessagePosté: Jeu Oct 12, 2017 12:10 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu Sep 30, 2010 4:56 pm
Messages: 1323
http://www.dvdclassik.com/test/blu-ray- ... ms/galerie
http://www.blu-ray.com/movies/Rollercoa ... creenshots


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Rollercoaster - James Goldstone (1977)
MessagePosté: Jeu Oct 12, 2017 6:16 pm 
Hors ligne

Inscription: Mer Fév 28, 2007 6:32 pm
Messages: 7804
Localisation: Dans les Carpathes Lyonnaises
Dans le même temps s'est ce qu'ils sont sorti de mieux avec la Kermesse des Aigles, car a titre comparatif The Deadly Affaire (que je possède) chez Calysta/Sidonis, ou Don Angelo est Mort chez Monvinside, le grain semble presque avoir tout simplement disparu de l'écran.

Cela semble presque une marque de fabrique chez ces faux indépendants qui pense qu'une image de bonne qualité doit être complétement dégrainée... Tous le monde peut-pas être aussi soigneux que chez par exemple Carlotta.

Et puis tous dépend aussi des testeurs, lorsque l'ont lis dans le mag LAL que le Retour du Proscrit avec John Wayne semble avoir un technicolor chahuté, alors que sur DVDclassik s'est bien là se qui fait la force de ce BR une copie technicolor restauré a partir du matériel photochimique originale chose qui est plutôt risqué. Donc les avis diverge.

Dernier point ce film plutôt rare aura bénéficie d'une sortie à la hauteur, alors qu'il est n'est pas un film majeur, se qui en fait doublement une aubaine pour l'acheteur Francophone, avec en plus l'ajout de cette fameuse piste 3.0 sur la VO en plus d'une piste mono classique.

J'ai pour habitude de dire que chez Elephant un disque sur deux est réussi... )8 Se qui n'est pas faux :mrgreen: dans ce cas précis sa semble être faux. En lisant le mag LAL d'Octobre j'ai constaté qu'il était décerné une note moyenne de 7/10 sur chacun des titres suivants de l'éditeur sortis au mois de Septembre/Octobre:

- La Kermesse des Aigles,
- Sauvez le Neptune,
- Le Toboggan de la Mort,
- Un tueur dans la foule.

Comme quoi il s'améliore un peut à chaque fois :D

Movinside semble sur le même tempo la Scandaleuse de Berlin garde son grain, tandis que sur Topkapi le film à été complétement lissé alors que subsiste bien tous les problèmes de pellicule (poussière, tache, et fil dentaire...).

_________________
Toi t'est un flic..? Non j'uis un con. :D
Snake Plisken Escape from NY


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages précédents:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  
Design By Poker Bandits  
Traduction par: phpBB-fr.com & phpBB.biz


 

Les illustrations et photos contenues sur ce site sont la propriété de leurs éditeurs respectifs.
Les textes contenus sur ce site sont la propriete de DeVil Dead
http://www.devildead.com - devildead@devildead.com