The Hateful Eight / Les huit salopards - Quentin Tarantino (2015)

Modérateurs : savoy1, Karen, DeVilDead Team

Avatar de l’utilisateur
Machet
Messages : 2660
Inscription : ven. févr. 24, 2006 6:34 am
Localisation : Annecy

Re: The Hateful Eight - Quentin Tarantino (2015)

Message par Machet » lun. févr. 08, 2016 9:39 pm

MadXav a écrit :Mouais enfin là il n'est ni question d'une interdiction aux moins de 18, ni d'une entrave au cycle de vie du film. Et sans être Conservateur, Catho ou même cucul la praline, je serai plutot tenté de leur donner raison dans le cas du dernier Tarantino. Franchement, mettre un gosse de 12 ans (qui vient juste de quitter l'école primaire pour entrer au collège) devant une fellation forcée ou des cervelles qui explosent, c'est juste de la connerie. Le film est clairement calibré ado / adulte. A partir de 15 ans, peut être à la limite 14. Mais certainement pas 12 !
Ben -16 alors, et comme ça tout le monde est content.
Il y a un p'tit détail qui me chiffonne

Avatar de l’utilisateur
MadXav
DeVilDead Team
Messages : 11660
Inscription : lun. mai 03, 2004 8:18 am
Localisation : Sur la plage à latter des Ninjas rouges

Re: The Hateful Eight - Quentin Tarantino (2015)

Message par MadXav » lun. févr. 08, 2016 9:51 pm

Machet a écrit :Ben -16 alors, et comme ça tout le monde est content.
C'est ce que propose l'association "Promouvoir" et bien que je n'ai aucune sympathie pour eux, je trouve que pour une fois, ils n'ont pas tort...
Interview de l'acteur Saif Ali Khan pour la sortie de GO GOA GONE :
Image

Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20403
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

Re: The Hateful Eight - Quentin Tarantino (2015)

Message par Manolito » mar. févr. 09, 2016 7:56 am

Les articles ne précisent pas ce qu'ils veulent. Ils veulent l'annulation du visa, c'est tout.

Pour l'instant, il est -12 ans avec avertissement.

Pour mémoire, parmi ses réalisations, seuls "reservoir dogs" et "Kill Bill 1" ont été interdits au moins de 16 ans pour le moment, aucun au moins de 18 ans.

bluesoul
Messages : 4071
Inscription : sam. sept. 27, 2008 4:09 pm
Localisation : Tokyo dans les annees 70s, baby! Yeah!

Re: The Hateful Eight - Quentin Tarantino (2015)

Message par bluesoul » mar. févr. 09, 2016 9:19 am

Les articles ne précisent pas ce qu'ils veulent. Ils veulent l'annulation du visa, c'est tout.
Ce qui veut dire quoi en somme?

L'annullation du visa d'exploitation, ce qui (attention: supposition gratuite) empecherait de facto d'exploiter le film en salle ou l'annullation du visa d'exploitation "12 ans avec avertissement", ce qui (attention: nouvelle supposition gratuite) renverrait le film devant la commission de classification?

Je ne connais pas les regles en vigueur, je ne fais que des suppositions en fonction du vocabulaire utilise. :oops:
En direct du Japon. Bonsoir. A vous, Cognac-Jay.

Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20403
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

Re: The Hateful Eight - Quentin Tarantino (2015)

Message par Manolito » mar. févr. 09, 2016 8:27 pm

J'ai déjà fait une réponse très détaillée sur la question dans Antichrist à laquelle tu as d'ailleurs répondu... :D

bluesoul
Messages : 4071
Inscription : sam. sept. 27, 2008 4:09 pm
Localisation : Tokyo dans les annees 70s, baby! Yeah!

Re: The Hateful Eight - Quentin Tarantino (2015)

Message par bluesoul » mer. févr. 10, 2016 2:00 am

:oops:
Bon, cette fois plus de doutes, j'ai besoin de vacances... )8 §£
En direct du Japon. Bonsoir. A vous, Cognac-Jay.

Avatar de l’utilisateur
MadXav
DeVilDead Team
Messages : 11660
Inscription : lun. mai 03, 2004 8:18 am
Localisation : Sur la plage à latter des Ninjas rouges

Re: The Hateful Eight - Quentin Tarantino (2015)

Message par MadXav » dim. déc. 18, 2016 12:57 pm

Je viens de rematter en Blu-Ray ce HATEFUL EIGHT qui ne m'avait pas fait très bonne impression en Salle.

Donc premier point, le 70mm qui ne servait à rien sur grand écran, est encore moins utile chez soi, quand bien même on est sur un écran de 2 mètres de base. La photographie est belle, mais ça n'a clairement rien à voir avec le format et je continue de penser que ce ratio 2.76 a rarement été aussi mal utilisé. Du 70mm dans une cabane étroite, c'est juste n'importe quoi et à part quelques plan extérieurs superbes, c'est un caprice de snobinard...

L'autre caprice de Tarantino sur ce film, c'est le concours d'Ennio Morricone à la Bande-Originale. J'aimais bien l'aspect "Compil' référentielle" des autres B.O de Tarantino. Nous en sommes privé ici et j'admets que ça m'a grandement déçu. On a même là la première B.O que je n'ai pas acheté dès sa sortie, et la première B.O qui n'ait suscité aucun engouement sur les ondes hertziennes.
A la revoyure et passé cette déception, le travail de Morricone est plutôt bon même s'il ne s'inscrira pas dans ses travaux les plus mémorables. B.O agréable donc, mais je n'arrive pas à passer au-delà de la déception de n'avoir une B.O "à la Tarantino" sur ce film. Pour moi, la plus décevante avec celle INGLORIOUS BASTERDS...

INGLORIOUS et HATEFUL partagent également un immobilisme assez désarmant. Dans ses deux films, Tarantino semble persuader qu'il peut meubler 2h30 ou 2h40 de pelloche par le seul génie de ses dialogues, et quelques élans gores décalés destinés à choquer le cannois. Restait "acceptable" dans INGLORIOUS grâce à deux longues scènes mémorables. Ca l'est beaucoup moins pour HATEFUL qui ne contient en réalité qu'un monologue mémorable. Celui de Samuel Jackson qui se trouve malheureusement entaché par un choix plus que douteux : Montrer en images ce que Jackson aurait du se contenter de raconter. Un échec de mise en scène cuisant.

L'autre échec de mise en scène, qui dénote d'un vrai ramollissement de Tarantino, c'est cette voix-off ridicule qui s'invite au sein de deux chapitre sur les cinq. Une voix-off explicative qui n'a absolument aucun sens. RESERVOIR DOG n'en avait pas besoin, pas plus que PULP FICTION. HATEFUL aurait pu / du s'en passer mais Tarantino ne semble pas sûr de lui, pas sûr de l'intelligence de son spectateur, ou de la sienne. La deuxième intervention de la voix-off se fait pourtant sur une scène qui nous ramène directement aux deux premiers films de son auteur, et sont la preuve que Tarantino fut capable, il y a un certain temps, de rendre fluide un récit déstructuré. Pas de bol, ça semble bien fini.

Enfin il y a ces excès gores, qui sont de plus en plus Bis et ridicules. Exactement ce que je reproche à Refn. Un décalage trop important entre le film, ses dialogues, ses personnages, son ton posé, et ces élans gores dégueulasses qui n'ont leur place qu'au sein de série B que l'on savoure au second degrés. Par ce décalage, Tarantino perd son spectateur, le fait sortir de l'histoire, le fait rire par le grotesque, l'éloigne de l'action. Le poison dans le café et la tête qui explose sont à mon sens un summum de ridicule, au même titre que l'acharnement sur le cadavre de Hitler dans INGLORIOUS.

Bref, le film m'avait laissé froid et continue sur cette lancée. Le générique de début et le chapitre / flashback avec Minnie Mink sont les seuls instants de grâce, même si le second est partiellement gâché par l'intrusion de la voix-off.
Le plus mauvais film de Tarantino donc, à égalité avec INGLORIOUS BASTERDS et derrière LE BOULEVARD DE LA MORT, qui lui au moins offre quelques dialogues splendides et une B.O parfaite.
Interview de l'acteur Saif Ali Khan pour la sortie de GO GOA GONE :
Image

comte vonkrolock
Messages : 8833
Inscription : mer. févr. 28, 2007 6:32 pm
Localisation : Dans les Carpathes Lyonnaises

Re: The Hateful Eight - Quentin Tarantino (2015)

Message par comte vonkrolock » ven. déc. 23, 2016 4:26 pm

MadXav a écrit :Donc premier point, le 70mm qui ne servait à rien sur grand écran, est encore moins utile chez soi, quand bien même on est sur un écran de 2 mètres de base. La photographie est belle, mais ça n'a clairement rien à voir avec le format et je continue de penser que ce ratio 2.76 a rarement été aussi mal utilisé. Du 70mm dans une cabane étroite, c'est juste n'importe quoi et à part quelques plan extérieurs superbes, c'est un caprice de snobinard...
Ouchh comme il a pris sa baffle le Quentin joli :wink:
MadXav a écrit :INGLORIOUS et HATEFUL partagent également un immobilisme assez désarmant. Dans ses deux films, Tarantino semble persuader qu'il peut meubler 2h30 ou 2h40 de pelloche par le seul génie de ses dialogues, et quelques élans gores décalés destinés à choquer le cannois. Restait "acceptable" dans INGLORIOUS grâce à deux longues scènes mémorables. Ca l'est beaucoup moins pour HATEFUL qui ne contient en réalité qu'un monologue mémorable. Celui de Samuel Jackson qui se trouve malheureusement entaché par un choix plus que douteux : Montrer en images ce que Jackson aurait du se contenter de raconter. Un échec de mise en scène cuisant.
Apparement on est plus d'accord toi et moi que le fossoyeur du net, qui lui a complétement faux sur ce coup là, car Tarantino abuse de ces fameux dialogues étirer a l’extrême, pour nous asséné comme a chaque fois sa surprise du tiens pan tu la pas celle-là :mrgreen: sauf qu'a force de le faire sur chacun de ces films bein ou bout d'un moment sa ne fonctionne plus, du moins sur les plus habitué qui finissent par être lassé de cette même méthode usé.... Bon bref s'est un film quand même bien long.
MadXav a écrit :une scène qui nous ramène directement aux deux premiers films de son auteur, et sont la preuve que Tarantino fut capable, il y a un certain temps, de rendre fluide un récit déstructuré. Pas de bol, ça semble bien fini.
ce talent soit disant rare qu'il avait et qu'il n'a jamais su revitalisé, tiens sa me fait penser a Eli Roth.... :mrgreen:

Mais j'ai trouvé ça meilleurs que Django, car malheureusement s'est sans doute l’esthétique le coté film de siege qui m'aura complétement trompé et plu, plagier Carpenter s'est sans doute la dernière frontière qui fait que je craque un peu comme sur la prequelle-remake. Mais après s'est que d'un poil, faut espérer que le Quentin se réveil un des ces jours car je suis sûr qu'il peut nous pondre un vrai scénario sans y passer une vie entière :D
Toi t'est un flic..? Non j'uis un con. :D
Snake Plisken Escape from NY

Avatar de l’utilisateur
leWalrus
Messages : 1277
Inscription : ven. avr. 30, 2004 11:36 am
Localisation : Besançon

Re: The Hateful Eight - Quentin Tarantino (2015)

Message par leWalrus » ven. janv. 20, 2017 10:27 pm

A la bourre comme toujours, j'ai bien aimé le film. Pour moi c'est largement au dessus de Django que j'avais trouvé très moyen et ennuyeux.

Alors c'est un peu long et on utilise un format scope très large (et du 70 mm, comme je viens de le découvrir en lisant le thread) alors que le film se passe essentiellement dans une seule pièce )8

Je sais pas trop à quoi Tarantino pensait, mais vu que le film est une grosse bisserie rigolote, à mon avis c'est un peu pour se moquer des réals mégalos. Ou... il est devenu mégalo lui-même (ce qui est plus probable en fait :mrgreen: ).

Malgré un côté pièce de théâtre de 3h, le film est plutôt fun : racisme franchement glauque, dialogues à nous d'un bon niveau, interprétation correcte,
Spoiler : :
gore rigolard
et too much, etc.

Je retrouve espoir en Tarantino même si j'aurais aimé des dialogues plus courts.

La suite en spoil donc :
Spoiler : :
Je découvre que la scène du viol a fait parlé. Bon, je vois pas trop pourquoi, dans Pulp Fiction c'était 100 fois plus fou quand même avec la "pieuvre" et Bruce Willis.

Le gore : ben oui c'est rigolo quand même.

L'intrigue : c'est dommage, j'aurais aimé un truc plus complet. Il y a des idées qui sont abandonnés. L'ambiance à l'extérieur est très forte, les chiottes au loin la corde, etc. Il y aurait eu matière à jouer avec la tempête plus finement.

Cependant, la fin est satisfaisante. Gros client d'oeil à The Thing. Le blanc bec est-il devenu franchement sympa ou va-t-il régler son compte à Jackson ? 8)

comte vonkrolock
Messages : 8833
Inscription : mer. févr. 28, 2007 6:32 pm
Localisation : Dans les Carpathes Lyonnaises

Re: The Hateful Eight - Quentin Tarantino (2015)

Message par comte vonkrolock » mar. mars 07, 2017 1:39 pm

Alors je me le suis revu à la maison en HD, et bon dieu je me dis que se film finalement n'a presque rien d'un western on est clairement dans un cinéma d'horreur, plus proche d'un gros gore qui tache, qu'un vrai suspense. Bon bah s'est vrai que s'est du The Thing version d'époque mais alors pourquoi ne pas avoir intégré la créature alors :D

Bref s'était pour pas dire grand chose en dehors du fait que.... Vorace sa reste mille fois plus intéressant et prenant quand on y pense, vivement la sorti du BR qui n'arrivera certainement jamais.... :( :( :(
Toi t'est un flic..? Non j'uis un con. :D
Snake Plisken Escape from NY

Avatar de l’utilisateur
Dragonball
Messages : 12131
Inscription : ven. déc. 17, 2004 8:43 pm
Localisation : Dans un Bunker avec Playboy, une Dreamcast et un M16

Re: The Hateful Eight - Quentin Tarantino (2015)

Message par Dragonball » mar. mars 07, 2017 11:20 pm

Du gros gore qui tache, en effet, mais donc très loin de l'ambiance d'épouvante de "The thing" !

Le film de Tarantino n'est jamais réellement stressant et encore moins effrayant, contrairement en effet à "Vorace", qui réserve quelques moment particulièrement tendue pour ce qui est à la base un western et non un film d'épouvante.

Avatar de l’utilisateur
Manolito
DeVilDead Team
Messages : 20403
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:15 am

Re: The Hateful Eight - Quentin Tarantino (2015)

Message par Manolito » lun. janv. 15, 2018 12:30 am

Découvert sur le tard.

Je ne suis pas un grand fan de Tarantino, le personnage a des côtés énervants, ses films ont des aspects immatures qui m'énervent (j'ai détesté "Pulp Fiction" à sa sortie) ; mais c'est un gars qui a du talent, dans la mise en images, dans les dialogues, dans la direction d'acteurs, c'est certain. Il y a une vraie passion du cinéma, des acteurs, de la musique.

"Les huit salopards" est un drôle de pari, une curieuse tentative d'aller quelque part au bout de son cinéma par Tarantino lui-même. Je n'y ai pas du tout vu un remake de "The Thing" (où tous les personnages se connaissent déjà, et où le Mal n'a aucune motivation humaine), on est pour moi plus proche de huis-clos à suspens du genre "Le crime de l'Orient Express", "Identity" ou "Lifeboat" - et, c'est vrai, l'épisode de "La quatrième dimension" noté plus haut pour le côté auberge avec des inconnus qui se rencontrent pour la première fois ! Le souci étant d'ailleurs que tout ça fait un peu déjà vu...

Bon, première déception pour moi : la musique. J'attendais le grand retour de Morriconne à la musique de western, on a une composition relativement passe-partout, à mi-chemin de ses musiques symphoniques des années 80-90 et de ses composition plus pop des années 60 ; il ne tranche pas vraiment. Surtout, à part en début de métrage, on entend très peu de cette musique, le morceau le plus proéminent par la suite est piqué dans la musique de "The Thing", ce qui 1 - est distrayant pour le spectateur ; 2 - doit être vexant pour Ennio !

Par contre, je rejoins SWS sur l'usage du format large, que je trouve très beau, très bien employé. On ne peut pas utiliser de 70mm et autres super-formats dans des scènes intimistes ? Revoyons les superbes et mythiques scènes dans la maison au début de "La prisonnière du désert", ou "Fenêtre sur cour" qui comme son nom l'indique se déroule dans une cours d'immeuble (tous deux des films en Vistavision) et on reparle... Filmé un huis clos dans le plus super-format des super-format, c'est culotté, c'est un refus de la facilité. Les compositions d'images sont splendides, chaque recoin du cadre est occupé avec soin, la profondeur de champs exploitée à fond, le regard est sollicité par une foule de détails dans tous les coins ; il y a un côté à l'ancienne qui, à nouveau, respire de la passion du cinéma.

Maintenant, le fameux huis-clos en lui-même, le suspens, c'est clairement trop long, Tarantino tire à la ligne, tourne en rond, fait parfois du remplissage, on finit par se lasser. Je suis d'accord que certains éclats de gore (la quasi-totalité en fait) sont ridicules et cassent l'ambiance ; ça rappelle un peu "Reservoir dogs" peut-être, mais on se dit qu'ici, le ton gagnerait à rester plus sec plutôt que de partir dans des explosion de têtes et autres geysers de sang franchement pas réalistes.
Spoiler : :
Je suis partagé sur la scène du viol (pas si terrible, j'ai attendu tout le film en pensant qu'il y en aurait une autre plus violente tellement j'en ai entendu parlée) : mais je pense que ce qui est le plus dérangeant, c'est que dans cette scène (dont on ne sait pas si elle a vraiment eu lieu ou non, comme le remarque Mannix), Warren se venge sur le fils et non sur le vrai coupable qui est le père.

Et de façon très dégradante, aussi bien pour la victime que pour le violeur quelque part qui abuse d'une personne sans défense et à l'agonie. Ca rend ce personnage, a priori le plus sympathique, beaucoup moins sympa d'un seul coup ! Tarantino le moraliste le punit d'ailleurs par où il a péché, ça n'est sans doute pas un hasard ! Mais c'est vrai que c'est une scène dont on se demande si le film ne serait pas mieux sans...

La fin politique, le Nord et le Sud qui se retrouvent, sur fond de lettre de Lincoln... mais aussi devant le cadavre d'une femme pendue dans des circonstances crapuleuses. Ca tombe un peu à plat quand même...
Bon, des choses intéressantes, mais des défauts, c'est certain, c'est un film qui aurait gagné être plus resserré, plus tendu, plus classe (mais le cinéma de Tarantino a-t-il jamais été vraiment "classe" ? Il y a toujours eu un côté provoc et sale gosse dans son cinéma...)

Ce qu'on retient surtout, c'est une troupe d'acteurs quand même exceptionnelle. Certes, certains sont un peu sacrifiés (Tim Roth, plutôt rare ces temps-ci, est peu exploité), mais Kurt Russel, Samuel Jackson, Bruce Dern et surtout Jennifer Jason Leigh sont plus que servis ! Il y a cette passion de l'acteur et de sa direction, de sa métamorphose et sa réinvention même pour Leigh, qui caractérise le cinéma de Tarantino.

Au passage, ce qui a été coupé dans la version digitale n'est pas vraiment des scènes, mais des intermission, prologue, musique de sortie, etc... seules quelques lignes de dialogues ont sauté, mais vraiment pas grand chose... Si ça peut consoler Dragonball que ça avait l'air bien contrarié plus haut...

Je l'ai vu sur le replay de ciné+ où il est dispo en ce moment...

Avatar de l’utilisateur
leWalrus
Messages : 1277
Inscription : ven. avr. 30, 2004 11:36 am
Localisation : Besançon

Re: The Hateful Eight - Quentin Tarantino (2015)

Message par leWalrus » jeu. avr. 05, 2018 2:56 pm

Manolito a écrit :
lun. janv. 15, 2018 12:30 am
Par contre, je rejoins SWS sur l'usage du format large, que je trouve très beau, très bien employé. On ne peut pas utiliser de 70mm et autres super-formats dans des scènes intimistes ? Revoyons les superbes et mythiques scènes dans la maison au début de "La prisonnière du désert", ou "Fenêtre sur cour" qui comme son nom l'indique se déroule dans une cours d'immeuble (tous deux des films en Vistavision) et on reparle... Filmé un huis clos dans le plus super-format des super-format, c'est culotté, c'est un refus de la facilité. Les compositions d'images sont splendides, chaque recoin du cadre est occupé avec soin, la profondeur de champs exploitée à fond, le regard est sollicité par une foule de détails dans tous les coins ; il y a un côté à l'ancienne qui, à nouveau, respire de la passion du cinéma.
Mais ma frustration vient surtout que je ne possède pas de projecteur 70 mm chez moi pour voir le film dans des conditions optimales et que les ciné de mon bled n'ont que des projos 35mm ou 2k.

Pour la cinématographie je suis d'accord, c'est beau. Mais n'était-ce pas possible en 35 mm ou en HD ( :mrgreen: ).
Image

Répondre