Scream 3 - Wes Craven (2000)

Science-Fiction, Horreur, Epouvante, Merveilleux, Heroic Fantasy et tout le toutim du Fantastique !

Moderators: savoy1, Karen, DeVilDead Team

Post Reply
User avatar
Superwonderscope
DeVilDead Team
Posts: 18306
Joined: Fri Apr 30, 2004 9:09 am
Location: Pyun City

Scream 3 - Wes Craven (2000)

Post by Superwonderscope » Wed May 04, 2011 10:16 am

Image

Sydney (Neve Campbell) vit désormais recluse. Pendant ce temps, le tournage de Stab 3, deuxième séquelle adaptée des événements réels survenus à Woodsboro, commence à voir son équipe de massacrée par un tueur.
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?

User avatar
Superwonderscope
DeVilDead Team
Posts: 18306
Joined: Fri Apr 30, 2004 9:09 am
Location: Pyun City

Re: Scream 3 - Wes Craven (2000)

Post by Superwonderscope » Mon May 09, 2011 2:21 pm

j'avais bien aimé cette seconde séquelle à sa sortie (mieux que le 2), confirmé par une vision sur le dvd US. A la revoyure du BD US, j'ai été un peu déçu et l'ayant vu dans la foulée du 2, j'ai revu ce dernier à la hausse.

On voit que Kevin Williamson est sorti de l'écriture. Cette particularité de ses traits d'esprit ont disparu ici. On a bien les clins d'oeil à Holywood, les années 70, Princesse Leia, tout ça.. toujours bon à prendre. Mais il n'y a plus cette spécificité de replacer la violence dans son véritable contexte, juste de faire un ride avec un nouveau tueur, avec rebondissements en cascade et humour noir à la clé. Attention, rien de mal dans ce dispositif - une fois de plus, je suis client de la chose et il y a pas mal de scènes réjouissantes dans le lot.

Mais l'intérêt s'est quelque peu déplacé des trois personnages principaux. C'est Parker Posey qui vole la vedette à tout le monde. Son interprétation de Gale Weathers est vraiment fun. Elle apporte un contrepoint inattendu dans la déroulement de l'histoire. Dommage que Kruger n'ait pas fait la même chose avec les autres... Emily Mortimer ne colle pas vraiment au perso de la neo-Sydney et Matt Keeslar n'a pas vraiment de bon matériel sur quoi travailler. La violence est aussi adoucie pour le coup, pédale douce sur le peu de gore qu'il y avait déjà... un pas vers quelque chose de plus grand public dans l'exécution et le rendu. A la revoyure, je ne sais pas si c'était une bonne idée.

L'idée de base de faire fonctionner l'histoire au sein-même du décor reconstitué de la troisième séquelle de Stab est bonne en soi. C'est même d'ailleurs plutôt bien vu dans certaines scènes de chasse avec le tueur. La caméra toujorus aussi mobile et virevoltante de Craven cadre bien le propos et retrouve un rythme régulier pas désagréable. Quelques morceaux de choix (la maison de Posey, le décor de Stab) donnent une action fun à suivre, mais jamais bien dérangeante. La dernière partie dans son aspect train fantôme (passage secret, bibliothèques truquées, tout ça..) bien qu'amusante sur le papier, ne m'a pas semblé vraiment réussie. Ca m'a fait un peu sortir du suspens, tant le scénario semble vouloir donner du rebondissement, du rebondissement et encore du rebondissement. L'idée du passé qui ressurgit me plait (et il ne faut pas nier une certaine ingéniosité dans les pistes proposées!). Ca fonctionne bien la plupart du temps, mais je trouve cela au final beaucoup moins intéressant. Sauf que ce côté "je suis pas dupe du sujet" a déjà été traité auparavant.

La scène d'ouverture, une marque de fabrique pour les Scream à présent, est moins spectaculaire que les deux premiers opus. Une certaine logique avec le reste de l'histoire, mais il n'y avait pas "l'esprit" du double jeu sur la fiction et le réel. De voir LIev Schreiber se faire malmener (comme sa copine refaite), c'est toujours plaisant car il est assez odieux à la base :D , mais la scène manque d'épaisseur et

Ca reste quand même largement au-dessus de la mêlée en terme de rendu final. Je ne connais pas beaucoup de thrillers comme la série des Scream qui ait pu apporter des suspens funs et violents, qualitativement bien torchés, avec un certain soin de l'écriture et du rendu final comme cela; On aime ou pas, mais il y avait vraiment du plaisir à voir cela...

Sinon, le BD US est vraiment bien, là aussi. Un chouïa en dessous du 2 (qui m'apparait être le meilleur techniquement parlant), mais la bande-son 5.1 DTS HD MA est hyper-fun dans le rendu de la musique, des agressions musicales ou bruitistes qui contribuent à faire de cette trilogie ce qu'lele est pour beaucoup. Une référence (adulée ou haïe, c'est selon), mais un point d'ancrage.
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?

User avatar
Manolito
DeVilDead Team
Posts: 19906
Joined: Fri Apr 30, 2004 9:15 am

Re: Scream 3 - Wes Craven (2000)

Post by Manolito » Thu Aug 04, 2011 8:19 am

"Scream" à Hollywood... Mouais... Alors, ce n'était pas bien glorieux, plutôt moyen dans l'ensemble, mais j'avais quand même trouvé que c'était le "Scream" qui m'avait le moins déplu dans les trois premiers, le plus rythmé, le plus drôle. Pas de quoi pavoiser quand même à mon sens...

User avatar
Superwonderscope
DeVilDead Team
Posts: 18306
Joined: Fri Apr 30, 2004 9:09 am
Location: Pyun City

Re: Scream 3 - Wes Craven (2000)

Post by Superwonderscope » Sun Jan 14, 2018 1:30 pm

revu sur le BD US de chez Lionsgate, qui offre une excellente tenue! Son comme image, on a droit à du premier choix. u'ils s'fiasse des scènes nocturnes, très douces et des couleurs riches. un très bon rendu à l'oeil.
Idem pour le son, qui impressionne lors des scènes d'action la fois en punch et en diversité des canaux, environnement sonore et une musique de Marco beltrami pas trop envahissante.

J'aime toujours bien le film, finissant de déconstruire la machine à frissons en mettant les pieds dans un tournage d'un film s'inspirant d'un livre écrit via des événements s'étant déroulés dans la réalité (donc d'une fiction originelle, le premier Scream.).

En fait en regardant le film, je me suis dit que soit Erhen Kruger s'est inspiré de ce qu'il connaissait ou alors est sacrément prémonitoire : à savoir le producteur (lance Henricksen) organisant des sex parties, et couchant avec ses actrices... jusqu'au scandale Harvey Weinstein actuel - producteur exécutif de la série Scream. Le paradoxe est d'autant plus amusant/inquiétant, avec le discours d'Henricksen indiquant qu'i "faut jouer le jeu" d'Hollywood si on veut y parvenir. Plus bien vu, toujours, est le personnage de carrie Fisher, gardienne des archives du studio, confondue avec "la" vraie Carrie Fisher, et retournant le compliment à Gale Weathers. Très drôle.

La caméra de Craven se tourne vers elle-même, se scrute, se moque et inquiète. Ce sont les acteurs jouant les acteurs qui semblent déplacer l'intérêt de la nouveauté, jenny McCarthy se moquant des dialogues débiles quo'n lui inflige et Parker Posey, décidément, toujours au sommet dans quelque genre qu'elle caresse. Ici, elle y est tour à tour agaçante, hilarante, combattive. Ca se moque aussi des acteurs interchangeables (Matt keeslar s'appelle Tom Prinze, entre autres!) et pointe vers un final très maison hantée, finissant de désamorcer le mythe cinéma pour retourner au réel qui tranche.

Même s'im manque des dialogues plus incisifs que les deux premiers, le produit final s'avère intelligent, rythmé pour ses 117mn et sait projeter le spectateur (même s'il ne comprendra pas les allusions) dans un spectacle tout aussi bondissant que les deux premiers.
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?

User avatar
Machet
Posts: 2557
Joined: Fri Feb 24, 2006 6:34 am
Location: Annecy

Re: Scream 3 - Wes Craven (2000)

Post by Machet » Sun Jan 14, 2018 2:36 pm

Superwonderscope wrote:En fait en regardant le film, je me suis dit que soit Erhen Kruger s'est inspiré de ce qu'il connaissait ou alors est sacrément prémonitoire : à savoir le producteur (lance Henricksen) organisant des sex parties, et couchant avec ses actrices... jusqu'au scandale Harvey Weinstein actuel - producteur exécutif de la série Scream. Le paradoxe est d'autant plus amusant/inquiétant, avec le discours d'Henricksen indiquant qu'i "faut jouer le jeu" d'Hollywood si on veut y parvenir. Plus bien vu, toujours, est le personnage de carrie Fisher, gardienne des archives du studio, confondue avec "la" vraie Carrie Fisher, et retournant le compliment à Gale Weathers. Très drôle..
Intéressant. Curieux de le revoir.
"Il y a un p'tit détail qui me chiffonne"

User avatar
dario carpenter
Posts: 4630
Joined: Fri Apr 30, 2004 9:10 pm
Location: 75002 PARIS & EVREUX 27000!
Contact:

Re: Scream 3 - Wes Craven (2000)

Post by dario carpenter » Sun Jan 14, 2018 3:36 pm

Superwonderscope wrote:La scène d'ouverture, une marque de fabrique pour les Scream à présent, est moins spectaculaire que les deux premiers opus. Une certaine logique avec le reste de l'histoire, mais il n'y avait pas "l'esprit" du double jeu sur la fiction et le réel. De voir LIev Schreiber se faire malmener (comme sa copine refaite), c'est toujours plaisant car il est assez odieux à la base :D , mais la scène manque d'épaisseur
L'ouverture faisait clairement moins d'effet que celle des deux premiers, plus basique, même sur grand écran...j'avais trouvé quand même à l'époque le film moins décevant que l'opus 2, avec quelques moments réussis comme la poursuite dans la maison reconstituée ou le joli épilogue, ces derniers plans qui semblaient mettre un terme à la série et aux angoisses du personnage de Sidney...avant que la série soit relancée 10 ans plus tard, évidemment. :)

User avatar
Manolito
DeVilDead Team
Posts: 19906
Joined: Fri Apr 30, 2004 9:15 am

Re: Scream 3 - Wes Craven (2000)

Post by Manolito » Sun Jan 14, 2018 5:11 pm

Pour être exact, Dimension qui a distribué le premier "Scream" et produit ses suites est la filiale de Miramax (puis de Weinstein Company) destinée à sortir et produire des films auxquels Miramax ne voulait pas être trop visiblement attachés - films de mauvais genre, particulièrement horreur.

Dimension est - était ? - complètement géré et dirigé par Bob Weinstein, Harvey Weinstein ne s'en occupait pas...

Post Reply