Dead-end drive in (Brian Trenchard-Smith - 1986)

Science-Fiction, Horreur, Epouvante, Merveilleux, Heroic Fantasy et tout le toutim du Fantastique !

Modérateurs : savoy1, Karen, DeVilDead Team

Répondre
Avatar de l’utilisateur
fiend471
Messages : 1309
Inscription : ven. avr. 30, 2004 4:01 pm
Localisation : depts 94, 75,99
Contact :

Dead-end drive in (Brian Trenchard-Smith - 1986)

Message par fiend471 » dim. oct. 02, 2005 10:38 pm

un peu plus loin dans le futur. délinquance, crise, la société se dissout. embarquant sa copine dans une virée au drive-in, le héros commet l'erreur de sa vie, choisir le tarif chômeur bien plus attractif à l'entrée. plus tard il croit lutter contre des voleurs de roues qui ne sont autre que des policiers :lol: . le but ? piéger les voitures et leurs passagers et transformer nationalement les aires de drive-in en prisons pour les exclus de la société.

bien que tout le monde semble le vivre tranquilos, contents de leur sort dans le vaste drive-in nourris ..logés , le héros (avec son faux air de kevin costner) essaie de convaincre sa copine de s'enfuir ensemble, puis seul tente de s'échapper.. court après de l'essence, des pneus, pour finir dans un spectacle pyrotechnique de chasse à l'homme.

petit regret, la bande annonce présente un plan de plus (assez barjo)

c'est australien, punk, slacker, arthouse, postnuke d'ambiance, très décontracté et bien fendard aussi :) on dirait du Troma à gros budget et mieux filmé. bien que je n'ai pas pigé tous les dialogues, j'ai passé un bon moment peinard.
Cthulhu vs Macross Zero = my dream !

Avatar de l’utilisateur
Kerozene
Messages : 2893
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:28 am
Localisation : A Lôzaaaaane
Contact :

Message par Kerozene » lun. oct. 03, 2005 12:49 am

On ne le répétera jamais assez: Trenchard Smith est un génie ! Et ce film est un de ses fleurons, le meilleur peut-être après LES TRQUES DE L'AN 2000. un vrai film de politique-fiction au relent de pré-post-nuke façon big brother grimé en keupon facho (pas mal ça, hein ? fallait le faire :D )

Bref, du tout bon bis !
Image

Avatar de l’utilisateur
fiend471
Messages : 1309
Inscription : ven. avr. 30, 2004 4:01 pm
Localisation : depts 94, 75,99
Contact :

Message par fiend471 » lun. oct. 03, 2005 12:17 pm

j'étais sûr que tu viendrais poster un qq chose, les rares fois où trenchard-smith était mentionné, tu étais du post :D

vrai qu'il y a une satire sociale en fond en plus ! j'occultais : la fille malgré ses airs de coiffeuse est bien mignonne surtout dans sa robe vynil :P

coincidence ou allusion, le fond d'immeubles obscurs décor rougeatre des génériques de Troma apparait ici aussi :idea:
Cthulhu vs Macross Zero = my dream !

Avatar de l’utilisateur
igorfx
Messages : 1071
Inscription : ven. avr. 30, 2004 10:04 am
Localisation : Derrière les cemetery gates

Re: Dead-end drive in (Trenchard-smith, 1986)

Message par igorfx » jeu. juil. 16, 2009 11:25 am

J'ai revu ce petit bijou bis ce week-end et même si juste un DVD sans sous-titres existe, c'est un véritable plaisir à tout moment avec cette ambiance très eigthies et le concept même du film... coincé dans un drive-in avec comme seule bouffe des hamburgers et comme installations sanitaires les chiottes (celles des mecs bien dégeus évidemment)

même l'accent prononcé australien est parfois assez amusant comme le héros cherchant continuellement "mé weels" ....

Avec les Traqués de l'an 2000, Trenchard-Smith frappe encore très fort...

Avatar de l’utilisateur
Superwonderscope
DeVilDead Team
Messages : 18505
Inscription : ven. avr. 30, 2004 9:09 am
Localisation : Pyun City

Re: Dead-end drive in (Trenchard-smith, 1986)

Message par Superwonderscope » dim. janv. 14, 2018 12:34 pm

Enfin vu sur le Blu Ray Arrow qui s'avère de qualité plus qu'honorable. Scope Impeccable, couleurs éclatantes et une bande son LPCM 2.0 faisant la part belle aux chansons new wave qui parsèment le film (et qui la rythment, musique comme parole).

Il y a définitivement un côté post)-mad max, avec cette aventure post-écroulement de civilisation capitaliste et ses solutions désespérées comme par exemple parquer la jeunesse une peu chaude dans un Drive In éloigné de tout. Approche quelque peu nihiliste, parsemé d'accès punk - tout en fondant la bande musicale sur une pop culture accessible aux plus nombreux.
Egalement, le fait d'avoir créer un groupe social (et particulièrement un couple) enfermé dans un lieu clos, sans possibilité de partir - malgré leur volonté de, ressemble quelque peu (je dis bien quelque peu) l'Ange exterminateur de Bunuel. Tout cela autour du cinéma fait pour divertir les masses (au point où la jeune fille ne veut plus partir pour voir la fin du film) - à noter que le Drive In diffuse des images des Traqués de l'an 2000, de l'Homme de Honk Kong (de Trenchard Smith) ou encore de Snapshots (Wincer)... avec des affiche de films de Rambo 8 : Rambo takes Russia :D :D . Une sorte de politique fiction, avec ses exagérations - à peine, en fait...- de mettre en concurrence les dépanneurs sur les lieux d'accident, une police démissionnaire et un chaos toujours plus ambiant.

le réal s'amuse comme un fou à télescoper ce petit onde, et dote le film (évidemment) de cascades assez bien vues, dont la finale qui est proprement hallucinante. Un film fait pour le grand écran, et doté d'un budget assez confortable vus les décors et figurants choisis. Le décorateur a fait en ce sens un travail assez remarquable dans ce fouillis général semblant désorganisé, mais consciencieusement élaboré compte tenu des déplacements des acteurs et de la caméra. une caméra très mobile, posé dans des recoins improbables pour dynamiser le tout.

Quelques morceaux totalement gratuits (comme la poursuite avec la Mini au milieu des trains abandonnés). C'est diablement bien filmé, mais ne sert strictement rien à l'action. Ceci posé, passé le jeu outrancier de chacun et les incohérences propres au genre, c'est court (87mn), mené tambour battant et se termine par une caméra au ras du bitume pour une voiture allant nulle part, mais probablement vers un semblant de liberté?

Le film fut cependant un échec commercial, mettant au tapis l'idée de suite. C'est un peu au ski le début de la fin de l'Ozploitation, dirigeant l'ensemble vers du DTV de manière générale pour les produits de genre australiens.

Pas encore vus les bonus ou écouté le commentaire.

Mais très content de m'être procuré le Blu ray!
Oh really? Well then I'm sure you wouldn't mind giving us a detailed account of exactly how you concocted this miracle glue, would you ?

Répondre